Comment se décline l’aspect social dans l’ESG ?

Les placements ESG doivent, en principe, considérer de façon identique les trois critères que sont l’environnement, le social et la gouvernance. S’il est facile d’appréhender les considérations environnementales dans ce type de placements, l’investisseur a parfois des difficultés à concevoir ce que recouvre l’aspect social dans ses investissements durables.

 

Plusieurs éléments ont récemment contribué à accroître l’implication des critères sociaux dans les investissements durables. La pandémie et la hausse des tensions sociales ont aiguisé l’attention sur les inégalités et les droits des travailleurs. Dans le monde de la gestion, l’aspect social est un élément qui est aussi davantage pris en considération. De ce fait, cette approche favorise une augmentation des investissements qui améliorent certaines situations sociales préoccupantes. Des réglementations de plus en plus exigeantes en matière de responsabilité sociale sont aussi propices à une meilleure qualité dans ce type de placements.

 

Prise en considération

 

Comment ces critères sociaux peuvent-ils être pris en considération par les gestionnaires ? « Plusieurs approches permettent de favoriser la prise en compte de ces critères. Il y a d’abord les investissements ciblés sur certaines thématiques. Ensuite, la participation aux votes dans les assemblées générales des sociétés permet aussi d’avoir un impact sur ce volet. On peut également intégrer dans la gestion des fonds des critères restrictifs », explique Irina van der Sluijs, Senior Responsible Investment Specialist chez NNIP.

 

Les gestionnaires mettent alors en place un ensemble de critères qui leur permettent de prendre en considération le facteur social. C’est ainsi que des critères comme la satisfaction sur le lieu de travail ou le nombre de femmes employées dans les postes de direction et les heures de formation sont scrutés.

 

« Les investissements se font dans des grands thèmes sociaux sélectionnés préalablement. Nous nous basons sur les Objectifs de développement durable de l’ONU. Nous en avons sélectionné certains et nous nous attachons à distinguer des sociétés dont l’activité ou la façon de travailler permettent de répondre à ces objectifs », ajoute Marina Iodice, Senior Portfolio Manager, Impact Equities chez NNIP.

 

Un exemple : Etsy

 

Pour illustrer la façon dont on peut sélectionner une entreprise sur base de critères sociaux, la société Etsy est un bon exemple. Etsy est une place de marché digitale qui promeut à la vente des produits fabriqués à la main. Elle est cotée sur le Nasdaq. 80% des vendeurs sur cette plateforme sont des femmes. La mission de l’entreprise est de garder le commerce humain. Elle fonctionne sur un modèle loin de celui pratiqué par les grandes plateformes de commerce en ligne. Etsy veille également à limiter son impact carbone en favorisant une utilisation responsable des ressources. Toute sa stratégie est basée sur les trois piliers de l’ESG. Avec 2,6 millions d’emplois indépendants promus dans l’économie, cette plateforme a un réel impact social positif.

 

Mesurer l’impact

 

Les investissements avec un focus sur l’aspect social peuvent se faire via des fonds d’actions mais aussi dans des fonds qui investissent dans des social bonds. Ces obligations sont, soit des obligations d’entreprises qui financent des projets sociaux bien définis, soit des obligations d’Etat avec également un objectif social. Une fois que les investissements sont réalisés, il faut aussi pouvoir mesurer leur réel impact social. Il convient alors de mettre en place des outils de mesure efficaces.

 

Les outils de mesure en matière environnementale sont assez concrets et souvent bien définis. En matière sociale, cette mesure est parfois plus difficile à mettre en place mais les outils existent. Parmi ces outils, on peut citer l’accès des populations aux services de base (eau, éducation, santé), des critères liés à l’éducation comme le nombre d’étudiants, le nombre de patients traités dans les hôpitaux ou par des techniques ou des thérapies. On peut aussi mesurer la connectivité des populations à certains services de télécommunications, par exemple. Une attention particulière est aussi apportée à un environnement de travail sûr et aux performances en matière d’égalité des sexes.

 

« Au niveau des entreprises, celles qui ne respectent pas les normes ou les conditions de travail appropriées risquent d’en subir les conséquences négatives sur leurs résultats commerciaux à long terme. Un bon environnement social, qu’il s’agisse d’un pays ou d’une entreprise, conduit à des conditions plus stables et peut entraîner une surperformance », relèvent les gestionnaires chez NNIP.

 

Consultez aussi sur MoneyStore :

Qu’est-ce que la finance durable ?

Quel rôle jouent les obligations sociales dans le financement des politiques sociales ?

La pandémie a été un catalyseur pour les problèmes sociaux

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.