Infographie du mois : quel est l’impact de notre alimentation ?

Le site Our World In Data publie une infographie interactive sur l’impact de notre alimentation sur les émissions de gaz à effet de serre, sur l’utilisation des sols et sur l’utilisation de l’eau. De façon très concrète, on peut ainsi voir que certains plats ou aliments que nous consommons ont un impact négligeable ou non sur ces différents éléments.

 

Certaines de ces données sont assez surprenantes. Le fait de visualiser cet impact permet de conscientiser les consommateurs mais aussi les investisseurs. Quel est l’impact de nos investissements dans certains pans de l’économie sur les émissions de gaz à effet de serre, les terres et l’eau ? Une invitation à adapter nos menus et nos portefeuilles.

 

 

Gaz à effet de serre

 

Le site Our World in Data permet de sélectionner une série de plats ou d’aliments. Dans le menu composé ici, on constate que ce sont les viandes de bœuf qui sont les plus grosses émettrices de gaz à effet de serre. En revanche, les pommes de terre se situent dans le bas du tableau en compagnie des amandes et … de la bière. On constatera aussi que la production fromagère (parmesan, camembert, feta ou mozzarella) est aussi fortement émettrice de GES.

 

Utilisation des terres

 

Même constat pour l’utilisation des terres. A nouveau, la viande de bœuf est la plus grande consommatrice de terres arables. Et, contrairement à ce que l’on pourrait croire, la production de pommes de terre utilise moins de terres que la production de vin, de fromages ou même … d’œufs !

 

Utilisation de l’eau

 

Mauvais élève toutes catégories confondues, le bœuf est aussi le plus gros consommateur d’eau : 3.492 litres d’eau par kilo de viande produite !  On constate que, dans l’ensemble, le menu proposé ici a un fort impact sur l’utilisation de l’eau.

 

A noter cependant, que ce classement peut être totalement bouleversé si l’on regarde cet impact non pas sur base d’un kilo de nourriture produit mais sur base de 100 grammes de protéines, par 1.000 calories produites ou par 100 grammes de graisse.  Dans ces cas, l’impact sur les GES, les terres utilisées et l’eau peut être totalement différent. Le vin et le lait d’amandes deviennent alors, dans certains cas, les mauvais élèves de la classe.

 

Il n’est pas toujours évident de concilier différents critères : une nourriture saine et variée, qui répond à tous les apports nécessaires et qui respecte tous les aspects environnementaux.

 

Composez votre menu sur Our World in Data et analysez son empreinte environnementale.

 

Consultez aussi sur MoneyStore :

Quelle est l’empreinte carbone de notre alimentation ?

Comment nourrir la population tout en préservant la planète ?

Pourquoi et comment investir dans un mode de vie plus sain ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *