Infographie du mois : L’investissement à long terme est-il révolu?

Chaque mois, MoneyStore vous présente un tableau ou un graphique illustrant un sujet d’actualité. Ce mois-ci, nous vous présentons un graphique montrant la durée moyenne de détention des actions sur la Bourse de New York (New York Stock Exchange).

 

On constate que la durée moyenne de détention de ces actifs a véritablement dégringolé depuis les années 50. Or, un des principaux conseils prodigués en gestion est d’avoir une vision à long terme. Il est, en effet, déconseillé de vendre et racheter continuellement des actions en bourse. A l’instar du gestionnaire Warren Buffett, il est plutôt judicieux d’avoir une politique « buy and hold ». Cette technique consiste à acheter et conserver à long terme des actions et ce, indépendamment de la performance à court terme.

 

Mais alors comment explique-t-on cette hausse de la fréquence des opérations en bourse ?

 

 

Source : Visual Capitalist

 

Technologies et vitesse

 

On constate qu’en juin 2020, la durée moyenne de détention des actions n’était que de 5,5 mois. C’est une diminution massive par rapport au pic de 8 ans de la fin des années 1950. Quelques principaux éléments peuvent expliquer la baisse de la durée de détention des actifs en portefeuille. Une première cause de ce phénomène est due aux avancées technologiques, à l’émergence et à la propagation du trading à haute fréquence. Cette technologie rend, en effet, plus faciles les opérations de trading de très courte durée.

 

Ces processus ont permis d’augmenter significativement le nombre d’opérations journalières traitées en bourse. « Le trading à haute fréquence représente 50 % du volume des transactions sur les marchés d’actions américains. Cela en fait un facteur important de la diminution des périodes de détention. De plus, la technologie a également permis aux investisseurs de devenir plus actifs. Grâce à Internet et aux smartphones, les nouvelles informations sont largement diffusées et faciles d’accès. Avec les plateformes de négociation en ligne, les investisseurs ont également la possibilité d’agir immédiatement sur ces informations », peut-on lire sur le site Visual Capitalist.

 

Les investisseurs réagissent alors plus rapidement aux nouvelles à court terme. Ils sont aussi plus sensibles aux performances à court terme. Dans certains cas, on a aussi assisté à une baisse des coûts de transaction. La combinaison de tous ces facteurs incite les détenteurs d’actions à réagir beaucoup plus rapidement.

 

Durée de vie des entreprises

 

En marge de ces technologies, on remarque aussi que les entreprises ont une durée de vie beaucoup plus courte que par le passé. « En 1970, les entreprises incluses dans le S&P 500 avaient une durée de vie moyenne de 35 ans. En 2018, la durée moyenne de vie était tombée à 20 ans, et d’ici 2030, elle devrait être inférieure à 15 ans », indique le site Visual Capitalist. On remarque en effet que la présence des entreprises dans les indices boursiers varie au fil du temps. Dans un article de ce blog, nous avions montré à quel point les grandes capitalisations boursières avaient évolué entre 1980 et 2020. Plus aucune des cinq plus grandes sociétés présentes dans le S&P 500 en 1980 ne l’était encore en 2020.

 

En conclusion

 

Aujourd’hui, l’investissement à long terme paraît nettement moins excitant. Pourtant, il ne cesse de montrer sa valeur. Ces réactions de ventes rapides ne sont pas toujours raisonnables et peuvent entraîner des manques à gagner.

Plusieurs études ont déjà largement démontré qu’il vaut mieux rester investi que de se retirer hâtivement de la bourse. On risque, de ce fait, de rater les rebonds. Nonobstant son côté peu excitant, l’investissement à long terme reste une valeur sûre. Suivre le troupeau et s’obstiner dans une vision à court terme n’est pas une bonne optique d’investissement.

 

Consultez aussi sur Moneystore :

Pourquoi est-il judicieux de rester investi ?

Comparaison de la taille des marchés boursiers entre 1900 et 2021

Quel est l’investissement le plus rentable sur le long terme ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.