Qu’est-ce qu’une convention d’accompagnement ?

Avec l’âge, certaines personnes ne se sentent plus capables de réaliser ou d’entreprendre seules une série de tâches. Elles souhaitent cependant rester autonomes le plus longtemps possible. Ne pas dépendre de leurs enfants ou de leur entourage devient alors une de leurs priorités.

Or, le quotidien les confronte à des tâches administratives, à la gestion financière, aux impératifs ancillaires, à des travaux de rénovation ou, parfois, à des contraintes médicales. Certains seniors doivent aussi faire face à la solitude suite au décès de leur conjoint. C’est dans ces moments particuliers que l’on souhaiterait obtenir un accompagnement ciblé. Une telle aide peut alors prendre la forme d’une convention d’accompagnement conclue avec des personnes de confiance.

 

Définir un cadre précis

 

« Avant de conclure un tel contrat, il est important de définir de manière précise le cadre de cet accompagnement. Quel sera son but ? Apporter une aide d’un point de vue de la sécurité de la personne, de ses tâches administratives, de son accompagnement dans une activité bien définie comme la vente d’un immeuble et un déménagement ? Ou une aide plus récurrente ? Il est important aussi d’échanger avec la famille pour bien délimiter la mission et l’objectif de ce contrat », explique Nathalie Schockert, Fondatrice de Blue Story.

 

Afin de bien définir l’objectif poursuivi par cette mission, il convient de le dérouler sous forme de liste, de tâches bien précises à réaliser. Le prestataire apparaît alors comme un véritable gestionnaire de confiance.

 

Convention sur-mesure

 

Les attentes et besoins des uns ne sont pas ceux des autres. « Chaque demande est particulière. Aucune ne se ressemble. On peut ainsi définir des missions à court terme, comme la vente d’un bien et ses conséquences, par exemple. Ou, on peut mettre en place un accompagnement plus récurrent sur base d’un rythme hebdomadaire ou mensuel. On peut aussi venir en aide pour l’aménagement d’un cadre de vie avec infirmières et livraison de plats à domicile », ajoute Nathalie Schockert. Cette convention est complétée par des mandats qui sont nécessaires à sa réalisation. Ce type de convention doit être bien analysé par les signataires qui veilleront à travailler avec une personne de confiance. Le prestataire devra, quant à lui, faire preuve de transparence et bien sûr d’honnêteté ! Ce contrat sera généralement rémunéré sur une base forfaitaire.

 

Quelques exemples

 

Voici quelques exemples de tâches et missions qui peuvent être couvertes par une convention d’accompagnement :

 

  1. La gestion administrative
  • Suivi des documents administratifs : courrier, factures, documents officiels, e-mails, contrats, …
  • Prise de rendez-vous
  • Suivi des prestataires de services : aide-ménagère, jardinier, électricien, traiteur,…
  • Suivi de la vente ou de la location d’un bien
  • Mise en place d’une assistance médicale
  • Aménagement du domicile ou l’organisation d’un déménagement
  • Mise en place d’un mandat de protection extrajudiciaire
  • Inventaire de biens mobiliers et immobiliers
  • Prise en charge des démarches lors d’une hospitalisation

 

  1. La vie sociale
  • Planification d’un rendez-vous hebdomadaire au domicile
  • Mise en place d’activités sociales et culturelles : loisirs, sorties au restaurant, conférences, activités culturelles, …
  • Organisation d’événements privés : réception d’anniversaire, week-end en famille, voyage entre amis,…
  • Sorties diverses, courses,…

 

Convention bien-être

 

Il existe aussi des conventions bien-être. Dans le cadre de la création d’une fondation, on peut prévoir d’y adjoindre une convention bien-être. « En marge du projet spécifique que la fondation soutient et de son but philanthropique, on peut prévoir une charge sous la forme d’une convention bien-être par laquelle la fondation prendra soin d’un bien spécifique ou d’une personne » note Nathalie Schockert.  La fondation pourra alors prendre en compte certaines prestations à titre de charge.

Parmi ces prestations, on peut citer l’accompagnement par un gestionnaire de confiance qui pourra s’occuper, par exemple, de l’aménagement du lieu de vie, de la gestion des documents administratifs, encore de l’organisation de certaines activités (réunions familiales, …).

 

Consultez aussi sur MoneyStore :

Pourquoi rédiger un testament ?

Assurance-vie : comment avantager un héritier ?

Mandat extra-judiciaire : comment bien gérer son incapacité ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.