Quels sont les risques liés à la souscription d’une assurance-vie de la branche 23 ouverte ?

@Pexels

Par AG

 

 

 

 

 

Véritable outil de placement, les contrats d’assurance-vie de la branche 23 ouverte permettent à l’investisseur de viser un rendement potentiellement élevé et, éventuellement, de faire fructifier son patrimoine. Il peut également s’agir d’une alternative intéressante à l’heure où les comptes-épargne n’ont plus la cote. Cependant, tout produit financier s’accompagne de risques qu’il est nécessaire de garder à l’esprit avant de souscrire. Tour d’horizon.

 

Qu’entend-t-on par « risque » ?

 

Lors de la souscription d’un contrat d’assurance-vie de la branche 23 ouverte, l’investisseur s’engage à verser un capital de départ et/ou des primes récurrentes (par exemple, mensuelles ou annuelles) tout au long de la durée du contrat ou pendant une période déterminée. Concrètement, la notion de risque signifie que l’investisseur pourrait éventuellement perdre une partie, voire la totalité, du capital investi.

 

Quels types de risques ?

 

  1. Le risque lié à une éventuelle faillite de l’assureur

 

Toute entreprise peut potentiellement être confrontée à un risque de faillite. Il en va bien entendu de même pour les compagnies d’assurance.

En cas de faillite, le patrimoine constitué par les actifs du fonds lié au contrat d’assurance-vie est réservé en priorité à l’exécution des engagements envers les preneurs d’assurance et/ou bénéficiaires concernés.

D’un point de vue légal, les compagnies d’assurance sont par ailleurs tenues de prévoir une marge de solvabilité (également appelée capital-tampon). Celle-ci correspond au ratio entre les fonds propres et les activités de la compagnie. Certains assureurs peuvent également décider d’aller plus loin et de prévoir une marge de solvabilité supérieure au montant prévu par la loi.

 

  1. Le risque lié à la gestion du ou des fonds

 

Une assurance-vie de la branche 23 ouverte est liée à un ou plusieurs fonds d’investissement. Ces fonds sont généralement exposés à différents risques en fonction de la politique et des objectifs fixés par les gestionnaires de fonds. Malgré l’expertise des gestionnaires, il est possible que les fonds sélectionnés n’atteignent pas le résultat escompté.

Une solution potentielle pour limiter l’impact de ce type de risque ? Opter pour un portefeuille d’investissement diversifié et un horizon de placement à long terme.

 

  1. Le risque lié aux fluctuations de marché

 

Lors de la souscription d’une assurance-vie de la branche 23 ouverte, le montant investi initialement est converti en « unités » du/des fonds. Sur les marchés financiers, la valeur d’une unité fluctue constamment et dépend des fonds sous-jacents. Les plus-values ou pertes réalisées dépendent de nombreux facteurs : santé des entreprises, situation économique ou politique, taux d’intérêt, etc.

 

Le risque financier est entièrement supporté par le preneur d’assurance. Par conséquent, à terme, la valeur d’unité pourrait être tant supérieure qu’inférieure à la valeur en vigueur lors de la souscription du contrat.

Encore une fois, un horizon de placement suffisamment long et un portefeuille bien diversifié peuvent permettre de faire face aux conditions de marché et de viser un rendement potentiellement élevé à terme.

 

  1. Le risque de liquidité

 

À titre exceptionnel, la liquidation (c’est-à-dire la vente ou le rachat) des unités du fonds pourrait être suspendue ou retardée.

 

Comment déterminer le niveau de risque lié à un produit d’assurance-vie avant de souscrire ?

 

 

Afin d’éviter que les investisseurs potentiels n’optent pour des produits dont ils ne comprennent ni les coûts ni les risques, l’Union européenne a imposé une série de mesures destinées à améliorer la transparence de la communication sur les produits d’investissement.

Depuis le 1er janvier 2018, tout organisme financier est tenu de fournir un document standardisé, baptisé « document d’informations clés » (KID), lors de la souscription d’un produit financier. Ce document reprend notamment les caractéristiques essentielles du produit, les frais, un indicateur de risque ainsi que différents scénarios de performance envisageables (favorable, intermédiaire, défavorable, etc.).

 

Outre le document d’informations clés, les conditions générales du produit d’assurance et le règlement de gestion du ou des fonds représentent une source d’information détaillée lors de la souscription d’un contrat d’assurance-vie. Ces documents sont disponibles via l’intermédiaire en assurance ou directement sur le site Internet de l’assureur. Bien entendu, les conditions varient d’un produit et d’une compagnie d’assurance à l’autre.

 

Les produits financiers tels que les assurances-vie sont réputés complexes. Bénéficier des conseils d’un professionnel permettra au futur investisseur de prendre une décision en toute connaissance de cause.

 

Consultez aussi le corner Assurances

Une réponse sur “Quels sont les risques liés à la souscription d’une assurance-vie de la branche 23 ouverte ?”

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.