Quelle est la différence entre un fonds indiciel et un ETF ?

@Pexels

Quand on veut investir en suivant un indice, on peut soit privilégier un fonds indiciel soit préférer un ETF (ou tracker). Les fonds indiciels (appelés aussi mutual funds) se contentent de répliquer un indice boursier ou obligataire sans s’en écarter. Par exemple, un fonds indiciel qui veut suivre le MSCI World va acheter toutes les valeurs qui composent cet indice en suivant les proportions exactes de ces valeurs dans le MSCI World.

Ces fonds sont aussi amenés à vendre les valeurs sous-jacentes lorsqu’elles quittent l’indice boursier de référence. Les ETF (ou trackers) poursuivent exactement la même philosophie d’investissement. La différence entre un fonds mutuel et un ETF réside dans le fait que l’ETF est coté en bourse.

 

 

 

Achat et vente

 

Cela signifie qu’un ETF (tracker) peut être acheté ou vendu à tout moment à son cours de bourse. On peut mettre aussi un ordre limite à la vente comme à l’achat. « A noter, que si les ETF peuvent être achetés ou vendus à n’importe quel moment de la journée, il y a, en général, une différence de l’ordre de 0,10% entre le prix d’achat et de vente (spread achat-vente) », peut-on lire sur le blog d’Indexa Capital. L’investisseur devra alors s’acquitter de la taxe sur les opérations de bourse (TOB). Cette TOB varie en Belgique entre 0,12% et 1,32% selon le type d’ETF et son lieu d’enregistrement.

 

L’achat et la vente en bourse ne sont pas possibles avec un fonds indiciel classique (mutuel). Ces fonds peuvent être achetés ou vendus une fois par jour auprès d’un intermédiaire financier à leur valeur d’inventaire. La VNI (valeur nette d’inventaire) est alors déterminée chaque jour ouvrable à la clôture des marchés par la société de gestion du fonds. Cette VNI est calculée en fonction de la valeur boursière des actifs sous-jacents.

 

Avantages et inconvénients

 

Mais au-delà de cette différence de base, on constate aussi des différences en termes de frais de gestion et de taxes. Voici un tableau reprenant ces différences.

 

Source : Indexa Capital

 

Chaque type de fonds (cotés ou non) présentent donc à la fois des avantages et des inconvénients. Les fonds mutuels ont des frais de gestion légèrement plus élevés. Ces frais restent cependant bien en-deçà des frais de gestion dans les fonds à gestion active classique. Les délais de liquidation sont également un peu plus longs que pour les ETF et on ne peut pas fixer de cours limite à l’achat ou à la vente.

En revanche, les fonds mutuels sont exempts de frais de courtage et de TOB. Ils n’ont pas non plus de spread à l’achat ou à la vente. Les fonds mutuels paraissent donc plus intéressants d’un point de vue financier. Cependant, force est de constater qu’ils ne sont pas toujours accessibles auprès de toutes les banques ou intermédiaires en ligne. Il faut trouver un intermédiaire qui les proposent à la vente. Les ETF, en revanche, sont cotés et donc plus accessibles.

 

Consultez aussi sur MoneyStore :

ETF synthétiques : attention au risque de contrepartie

ETF et trackers : entre a priori et idées fausses

Comment investir de façon durable en gestion passive ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.