L’intégration de critères sociaux : une source de performance

@Pexels

Par Delphine Riou, Analyste ESG, BNPP AM

L’importance des considérations sociales est clairement devenue une priorité et un critère clé dans la prise de décision d’investissement. Une meilleure intégration des facteurs sociaux peut aider à réduire les risques et à améliorer les rendements durables pour les investisseurs. Les entreprises qui n’agissent pas en faveur de la diversité, l’égalité ou l’inclusion sont confrontées à des risques importants tant en termes de performance financière que de réputation.

 

Emergence de critères sociaux

Il y a 60% de chances supplémentaires pour une entreprise inclusive d’obtenir de meilleurs résultats financiers. La nette émergence des critères sociaux montre que les entreprises intégrant des pratiques inclusives génèrent de meilleures performances financières. En effet, :

  • Les entreprises dotées de politiques d’égalité des chances dans l’emploi et de cultures favorisant la mixité ont 60 % de chances supplémentaires[1]de voir leurs profits et leur productivité augmenter, de connaître une meilleure réputation de leur entreprise. Elles auront aussi plus de facilités à attirer et à conserver les talents et auront un surcroît de créativité et d’innovation.
  • On remarque une augmentation de 53 % de rentabilité financière[2]pour les sociétés du classement Fortune 500 qui ont au moins 3 femmes dans leur conseil d’administration
  • Les entreprises avec un faible taux de turn-over des collaborateurs ont généré un alpha annuel de 3 % sur cinq ans[2].

Le chemin est long

Malgré cette prise de conscience, nos sociétés ont encore un long chemin à parcourir.

  • Il y a encore 68 % des personnes handicapées[3]qui ne font pas partie de la population active.
  • 21,1 % de la population de l’Union européenne [4](92,4 millions de personnes) est exposée au risque de pauvreté ou d’exclusion sociale.
  • 10% de la population mondiale[5]vit toujours en dessous du seuil de pauvreté international de 1,90 dollar par jour. Près de la moitié du monde vit avec moins de 5,50 dollars par jour.
  • La rémunération des femmes dans l’Union Européenne est de 15 % inférieure[6]à celle des hommes en moyenne.

 

  1. Source : International Labour Organization, The business case for change, 2019
  2. Source : Facts and figures from Peterson Institute, Catalyst, BCG analysis, 2020
  3. Source : US data from Accenture/Bureau of Labor Statistics, 2018
  4. Source : Eurostat, 2019 “EU-Statistics on Income and Living Conditions (EU-SILC) survey”

Source : World Bank, 2018 & 2020

  1. Source : European Commission, 2020 factsheet on the gender pay gap

 

Consultez aussi sur MoneyStore le corner Future Makers

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *