Infographie du mois : Quels sont les principaux responsables de la déforestation ?

Un dessin vaut parfois mieux qu’un long discours ! MoneyStore vous présente chaque mois un graphique ou une infographie illustrant un sujet économique. Ce mois-ci, nous vous présentons deux infographies montrant les responsables de la déforestation dans le monde.

Il faut savoir que, depuis le début du millénaire, notre planète perd environ 5 millions d’hectares de forêts chaque année.

 

Pays tropicaux

La quasi-totalité de cette perte de biodiversité se produit dans les pays tropicaux. Le site Our world in data montre, dans un premier graphique, que près de la moitié de la déforestation a lieu au Brésil et en Indonésie. Les pays latino-américains sont globalement les plus responsables de cette déforestation.

 

Source : Our world in data

Causes

Mais quel est l’intérêt de raser ces forêts ? Selon Our world in data, les trois quarts de la déforestation sont dus à l’agriculture. Nous avons déjà épinglé dans les pages de ce blog les dégâts engendrés par la production de viande de bœuf. En effet, la production de viande de bœuf est une source importante d’émission de gaz à effet de serre. C’est même la source la plus importante de GES dans notre assiette.

Cette production de bœuf est également responsable de 41 % de la déforestation. Ensuite, l’huile de palme et le soja engendrent 18 % de la déforestation dans le monde. L’exploitation du papier et du bois dans les régions tropicales est responsable à concurrence de 13 % de cette perte de biodiversité.

 

Des solutions

On peut mettre en place des solutions efficaces axées sur les activités agricoles et sur les pays où la déforestation est la plus importante. C’est ainsi qu’en 2006, sous la pression de certains acheteurs et des ONG, les principaux négociants en soja du monde ont signé le moratoire brésilien sur la production de soja (SoyM). « Il s’agit du premier accord volontaire de déforestation zéro au monde. Les négociants se sont engagés à ne plus acheter de soja cultivé sur des terres déboisées en Amazonie brésilienne après juillet 2006. Dans l’ensemble, ce fut un succès. Au cours des deux années précédant l’accord, 30 % de l’expansion du soja dans la région s’est faite au détriment de la forêt. Par la suite, la déforestation a diminué de manière spectaculaire et, en 2014, seul 1 % de l’expansion agricole transformait les forêts en terres pour la production d’oléagineux », peut-on lire sur le site de Our world in data.

Si nous pouvons prendre des mesures similaires dans les autres industries comme la viande bovine, l’huile de palme et le papier, il serait possible de réduire une grande partie de la déforestation actuelle.

A l’avenir, il faudra cependant être attentifs à ce qui se passe au niveau agricole en Afrique. L’extension des terres arables risque d’y faire des dégâts dans les forêts.

Au niveau des consommateurs, il y a certainement des actions à mener. La consommation de viande bovine ne cesse de croître à travers le monde. Il conviendrait donc, d’une part, de réduire cette consommation. « D’autre part, des innovations technologiques en matière de substituts de viande et de produits carnés de culture permettraient aux gens de continuer à manger des produits carnés sans la destruction des forêts tropicales qui va de pair ».  Changements dans les habitudes de consommation et recyclage du papier peuvent être des solutions pour l’avenir de nos forêts au niveau planétaire.

 

Consultez aussi sur MoneyStore

Quelle est l’empreinte carbone de notre alimentation ?

Qu’est-ce que les green bonds ?

Pour une contribution active de l’économie aux défis climatiques et environnementaux

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *