Entre fake news et arguments fallacieux, comment s’y retrouver ?

@Pexels

Face à certains arguments développés pour nous convaincre, il arrive que nous soyons à court d’idée pour y répondre. Dans d’autres cas, nous devons nous-mêmes argumenter pour défendre des notions ou des concepts. Il est possible d’éviter les pièges qu’avancent certaines personnes dans leur argumentation. Il y a également une marche à suivre pour développer un bon raisonnement tangible. C’est ce que nous propose Luc de Brabandère, mathématicien philosophe, dans son dernier ouvrage intitulé « Petite philosophie des arguments fallacieux »[i].

 

Un chemin

Comme il en a l’habitude, c’est à la fois avec humour et rigueur que cet auteur nous livre ses secrets. Ce court opus nous propose d’abord un voyage au fil de la logique et de l’argumentation. De quoi parle-t-on exactement ? Quelle est la genèse de la logique ? D’où viennent les arguments fallacieux qui nous envahissent ? Si nous avons tous en tête la bonne construction d’un argument logique, nous en perdons souvent le fil. Un fil que retrace ce mathématicien philosophe pour nous aider à nous repérer dans les méandres de la logique. Car nous avons tendance souvent à perdre le chemin d’un discours logique bien construit. Nous le perdons quand nous suivons un argument fallacieux qui nous est soumis. Nous avons aussi, nous-mêmes, tendance à nous égarer dans des chemins de traverse quand nous voulons développer une idée ou un argument. L’auteur nous guide alors aux confins de la pensée logique, de la pensée critique et de la pensée créative.

Des exemples

Luc de Brabandère nous dresse aussi un répertoire d’arguments fallacieux ou proches de l’être. Ils sont des pièges dans lesquels nous tombons fréquemment. Et, il faut le reconnaître, nous avons parfois tendance à nous en servir nous-mêmes pour convaincre. Il y a, par exemple, l’attaque « ad hominem » qui consiste à dire que vous avez tort en raison de ce que vous êtes : « On voit bien que vous n’êtes pas scientifique ». On utilise aussi souvent l’accusation « tu quoque » qui estime que vous avez tort en raison de ce que vous faites. On retrouve, dans ces cas, le type de citation « vous êtes contre la chasse mais vous mangez du gibier, non ? ». Il nous arrive aussi de relever à un défenseur de l’environnement qu’il protège l’environnement alors qu’il voyage en avion. Mais, à bien y réfléchir, cet argument diminue-t-il le fait que nous devions défendre l’environnement ?

Hareng fumé

On peut aussi sortir du sujet pour faire dévier la conversation. De ce fait, on essaye de convaincre par un argument fallacieux. C’est la technique du « hareng fumé ». « Il faut du métier pour choisir un hareng fumé efficace et capable de berner un interlocuteur sans qu’il s’en rende compte », souligne Luc de Brabandère. Il cite alors plusieurs exemples. « On n’a pas le budget pour acheter ce bâtiment. Mais notre site Internet n’a a jamais eu autant de clics ». Ou la phrase du Général de Gaulle : « Comment voulez-vous gouverner un pays où il existe 258 variétés de fromage ? ». Si ces citations prêtent à sourire, en étant attentifs, on constatera qu’il n’est pas rare de les rencontrer dans notre quotidien ou dans la presse.

Mais alors, que faire ?

Au fil des lignes, Luc de Brabandère nous initie à différentes formules utilisées par les arguments fallacieux. De l’appel à l’expertise, au name dropping en passant par la généralisation vague et hâtive, nous apprenons à déjouer les pièges. Mais l’auteur nous interpelle : « Que faire alors face aux slogans tendancieux, aux attaques personnelles, aux fake news, aux publicités biaisées ou aux injonctions paradoxales ? ». Pour ce philosophe, il n’y a qu’une porte de sortie : la pensée critique. Il développe cette pensée critique dans un chapitre de cet ouvrage. Il nous met enfin en garde contre les dérives d’Internet et conclut son ouvrage en encourageant le lecteur à faire… attention ! Il nous invite aussi, comme Socrate, à passer les informations que nous voulons relayer au travers des trois tamis. L’information est-elle vérifiée et vraie ? Apporte-t-elle quelque chose de bon ? Et, enfin, cette information est-elle utile ? Ce livre nous appelle à méditer et à réfléchir avec humilité sur la façon dont nous absorbons les arguments fallacieux et sur la manière dont nous les formulons parfois.

 

Consultez aussi sur MoneyStore :

Comment combattre les fake news et les idées reçues en économie ?

Doutons, observons et soyons créatifs

Et si on apprenait à penser

[i] Luc de Brabandère, « Petite philosophie des arguments fallacieux », Éditions Eyrolles, 2020, 165p., 14 euros

 


Pour en savoir plus sur ce sujet et sur le monde financier et économique, abonnez-vous gratuitement à la newsletter hebdomadaire ici
Nous n’avons que des produits de courrier électronique concernant la newsletter, des flashs actu ou l’invitation à des événements que nous organisons. C’est pour recevoir ce type d’informations que les lecteurs s’inscrivent. Nous ne recueillons et ne traitons que vos adresses électroniques. Veuillez noter qu’en vertu de GDPR, vous aurez le droit de nous demander à tout moment de recevoir une copie de vos données personnelles traitées, de demander la suppression de vos données personnelles. Nos newsletters contiennent un lien pour mettre fin à votre abonnement immédiatement ou le modifier.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *