Vers un style d’investissement plus équilibré en 2021 ?

@Pexels

Par Deutsche Banque Belgique

En résumé

  • L’administration Biden se concentrera, au moins dans un premier temps, sur les mesures de relance de l’économie plutôt que sur des sujets potentiellement défavorables au marché.
  • Bien que l’on puisse rester positifs pour les performances des actions en 2021, beaucoup de facteurs pointent vers un parcours chahuté.
  • Un style d’investissement plus équilibré est alors recommandé. Les petites et moyennes capitalisations boursières et l’Asie émergente sont également intéressantes.

 

Un départ solide en 2021

Malgré la récente aggravation de la pandémie, qui a obligé de nombreux gouvernements à réimposer des mesures de confinement plus strictes, les marchés boursiers mondiaux ont continué sur leur élan positif depuis le début de l’année. Les investisseurs ont été encouragés par les priorités politiques probables de l’administration Biden aux États-Unis.

De nouvelles mesures de relance budgétaires ont été proposées et la faible majorité détenue par les Démocrates au sein des deux chambres du Congrès US laissent penser qu’ils se concentreront, au moins dans un premier temps, sur des mesures de relance plutôt que sur des questions potentiellement défavorables au marché comme l’augmentation des impôts ou une réglementation accrue (surtout à l’encontre des puissantes entreprises technologiques).

Avis positif, mais se préparer à plus de volatilité

On peut, dans l’ensemble, être positifs sur les actions pour 2021. Le maintien d’un soutien budgétaire et monétaire solide, des rendements réels « plus bas pendant plus longtemps », l’absence d’alternatives valables et la perspective d’une croissance économique plus robuste sont autant d’éléments favorables pour les marchés d’actions.

Dans un scénario de base, la demande refoulée devrait se traduire par un retour de la croissance économique et des bénéfices des entreprises à mesure que l’année progresse. Pour l’instant, les projections du consensus pour la croissance du bénéfice par action (BPA) prévoient une baisse des bénéfices de -6,8 % au 4e trimestre 2020 par rapport à l’année précédente aux États-Unis (S&P 500) et de -26,2 % en Europe (Stoxx Europe 600). Dans les deux cas, ces résultats seraient plus faibles que ceux du 3e trimestre 2020 et contrastent avec le renforcement général des indices PMI observé au 4e trimestre 2020. Il est donc probable que les bénéfices seront meilleurs que prévu.

Mais, même si le contexte économique et la rentabilité s’améliorent, des valorisations historiquement élevées en termes absolus et la hausse des anticipations d’inflation suggèrent que la volatilité est susceptible d’augmenter. La première moitié de 2021 pourrait bien s’avérer chaotique, car les marchés doivent encore faire face aux implications de la vague actuelle de coronavirus et de confinements, et les données économiques devraient rester médiocres ces prochains mois. Compte tenu de la résurgence du virus, le rythme de déploiement des vaccins restera certainement un point d’attention majeur.

Trois éléments à prendre en compte

  1. Équilibre entre actions de croissance et actions de valeur

L’année 2020 a été exceptionnelle pour les actions dites « de croissance », qui ont largement surperformé les actions dites « de valeur »1 au cours de la dernière décennie. Les dépenses en technologie (IT) ont fortement augmenté au début de la pandémie, les entreprises cherchant à soutenir les exigences de télétravail, ainsi qu’une plus grande consommation et un plus grand divertissement en ligne.

Ces actions « de croissance », et la technologie en particulier, devraient continuer à jouer un rôle important dans les portefeuilles, car elles devraient aider les investisseurs à tirer profit des changements économiques structurels en cours et en même temps offrir des attributs défensifs contre de mauvaises surprises potentielles en termes de réouverture des économies. Ceci dit, les actions (cycliques) « de valeur » devraient bénéficier de la perspective d’une reflation de l’économie.

La hausse des anticipations d’inflation est positive pour les actions de valeur et souligne l’opportunité d’un style d’investissement plus équilibré avec une plus grande exposition cyclique. En outre, l’écart de valorisation entre les indices MSCI World Value et MSCI World Growth reste à des niveaux extrêmes dans une perspective historique.

  1. Un œil attentif sur les petites et moyennes capitalisations boursières

Les petites et moyennes capitalisations boursières sont appréciables, surtout en Europe, dont beaucoup sont exposées à la reprise cyclique attendue en 2021. En raison de sa nature cyclique, ce segment du marché a généralement tendance à surperformer les grandes capitalisations en période de reprise économique et pourrait bénéficier de l’appétit pour le risque plus élevé des investisseurs.

Ce segment peut également être plus sensible à l’amélioration attendue des dépenses de consommation (favorisée par les mesures de relance budgétaires) et du sentiment du marché. Il pourrait aussi être soutenu par des fusions et acquisitions menées par des sociétés ayant accumulé des liquidités. En outre, les valorisations sur base du rapport EV/EBIT (valeur d’entreprise/bénéfices avant intérêts et impôts) par rapport aux grandes capitalisations sont nettement inférieures à la moyenne historique, ce qui laisse encore entrevoir un potentiel de hausse supplémentaire.

  1. Marchés émergents : l’Asie présente les meilleurs atouts

Enfin, on peut aussi avoir une préférence pour les actions des marchés émergents qui devraient bénéficier d’une baisse de l’incertitude concernant les échanges commerciaux et de l’accélération attendue de la croissance mondiale en 2021. D’un point de vue stratégique, on peut continuer à privilégier l’Asie hors Japon en mettant l’accent sur la Chine, Taïwan et la Corée du Sud. Ces pays ont, jusqu’à présent, bien géré la crise du coronavirus et emmènent la reprise économique, sans pour autant avoir augmenté massivement leur endettement dans l’intervalle. Il est remarquable que les prévisions de bénéfices à 12 mois pour l’indice MSCI Asia ex Japan dépassent déjà les niveaux d’avant-crise. En outre, le redressement des bénéfices dans la région est nettement supérieur à celui des principaux marchés développés. L’orientation technologique de la région lui permet en outre de profiter des tendances de croissance structurelle, ce qui renforce encore les perspectives de croissance économique à moyen terme en Asie.

Adopter un style d’investissement plus équilibré

Des corrections de cours pourraient offrir des opportunités d’augmenter son exposition aux actions, à moins de constater :

  • un sérieux revers dans la réouverture des économies, comme par exemple

un problème majeur de déploiement ou d’efficacité des vaccins,

  • une hausse significative des taux d’intérêt réels, qui remettrait en cause les valorisations élevées de certains segments de marché,
  • des indicateurs de sentiment des investisseurs montrant une euphorie de marché généralisée.

Compte tenu d’un certain nombre de risques latents qui pourraient alimenter la volatilité boursière, il est important de détenir un portefeuille d’investissement robuste et diversifié tout en préconisant un style d’investissement plus équilibré dans la partie actions.

1 Les actions « de croissance » sont celles dont on pense qu’elles peuvent croître plus vite que la moyenne du marché, par ex­emple la technologie. Les actions « de valeur » sont celles qui sont considérées comme se traitant à un cours inférieur à leur valeur fondamentale.

 

Consultez aussi le corner Bons conseils

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.