Stratégie d’investissement sous le signe d’un avertissement

@Pexels

Par  Thomas Planell, Gérant-analyste chez DNCA

Malgré le risque posé par une reprise des contaminations et une nouvelle variante du virus, l’activité manufacturière en Asie continue de gagner en cadence en décembre. Taïwan, capitale mondiale de l’industrie des semi-conducteurs se distingue avec un indice des directeurs d’achats à son plus haut niveau depuis 10 ans. De plus, les actions chinoises retrouvent les sommets de 2015, faisant fi du « baroud d’honneur » du Président américain sortant qui continue de s’acharner contre les sociétés chinoises cotées aux Etats-Unis. En 2021, l’Asie (plus d’un tiers du PIB mondial) devrait être la zone la plus dynamique. La croissance économique de la Chine et de l’Inde pourrait s’établir au-dessus de 8%. L’attractivité des actifs risqués continue de se diffuser sur l’ensemble des places financières et au sein des nouveaux actifs alternatifs comme les cryptomonnaies.

 

Cycliques et value

Des deux côtés de l’Atlantique, les marchés actions entament la nouvelle année comme ils ont terminé la précédente : en grande pompe et sous les auspices d’une poursuite de la rotation vers les valeurs cycliques et value. La bonne tenue des matières premières et les perspectives de convalescence économique renchérissent les taux et notamment l’indicateur de référence mondial : les bons du Trésor américain à 10 ans dont le rendement exigé s’affranchit du seuil symbolique de 1%. Cela n’entame en rien l’appétit des investisseurs pour les actifs durables, malgré leur duration longue. L’investissement socialement responsable continue de recueillir les faveurs des investisseurs. Hank Paulson, ancien secrétaire au Trésor américain et ex-PDG de Goldman Sachs renoue avec la finance en acceptant l’offre faite par la Rockstar Bono de gérer un fonds de lutte contre le réchauffement climatique.

Investissements durables

La BCE de son côté souffle dans les voiles de l’investissement responsable. Elle envisage de réduire le montant de rachats alloués aux obligations de sociétés émettant un certain niveau de CO2. Christine Lagarde pourrait introduire de façon tangible l’impératif écologique dans son mandat et contribuer, à la manière des Etats, à orienter les capitaux vers les actifs durables. Orienter, diriger ses pas, son esprit ou ceux d’autrui vers quelque chose, telle est l’une des multiples significations d’advertere, verbe à tout faire chez le poète latin Virgile, auteur de l’Enéide, et qui constitue également l’étymologie du mot « avertissement »…

Un avertissement, c’est un peu l’effet de la première séance de l’année au cours de laquelle, ce lundi 4 janvier, l’indice VIX, baromètre de la nervosité des marchés américains a alors progressé de 30%. Sans empêcher cette semaine initiale de se conclure positivement, en Europe notamment, cette première séance rappelle que de l’autre côté du Styx, le Cerbère de la volatilité n’est jamais qu’endormi…

Texte achevé de rédiger le 8 janvier 2021 par Thomas Planell, Gérant-analyste.

 

Consultez aussi le corner regards croisés

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *