Pandémie : Quel impact sur la croissance ?

@Pexels

Par NNIP

Les marchés sont axés sur la reprise économique, mais l’horizon reste sombre à court terme. La Chine semble avoir maîtrisé les mutations du virus. Mais il en va autrement pour le reste du monde émergent.

Malgré une volatilité un peu plus importante ces dernières semaines sur les marchés financiers, l’appétit pour le risque reste globalement sain. Les attentes à plus long terme quant à une forte reprise compensent toujours les nouvelles négatives relatives au coronavirus.

Toutefois, à court terme, les chiffres toujours élevés des infections aux États-Unis et en Europe, les nouveaux foyers d’infections en Chine et les importants revers de vaccination, en particulier en Europe, font qu’il sera difficile pour les gouvernements de lever les restrictions de mobilité dans un avenir proche. Dans plusieurs pays, il est plus probable que les restrictions soient encore plus nombreuses. La perspective d’un confinement plus long et plus strict a un impact négatif sur la confiance des entreprises et des consommateurs.

 

Attentes positives à long terme. Incertitude à court terme

Si les attentes du marché concernant une reprise économique au second semestre 2021 n’ont pas changé, les perspectives immédiates de croissance continuent de se détériorer. Les indices de confiance des directeurs d’achat sont plus faibles dans la zone euro. Les indicateurs cycliques du monde émergent s’affaiblissent. La lecture précoce en janvier de l’indice composite de la zone euro était nettement plus faible qu’en décembre et se situait à 47,5, bien en-dessous de la barre neutre des 50.

Dans le même temps, l’indice allemand Ifo Business Climate a connu sa plus forte baisse depuis avril dernier.  Cela s’explique par le resserrement des restrictions de mobilité et l’allongement des périodes de confinement. Compte tenu de la forte croissance persistante des infections et des retards dans l’approvisionnement des vaccins dans l’Union Européenne, il y a peu d’espoir que les restrictions soient assouplies à court terme.

Et si le secteur manufacturier a jusqu’à présent fait preuve de résilience, aidé par le glissement de la demande mondiale des consommateurs de services vers les biens et la forte reprise de l’économie chinoise, les nouvelles récentes de nouveaux confinements en Chine pourraient commencer à peser sur la résilience du secteur manufacturier allemand.

Différents taux de réussite dans la lutte contre la pandémie dans le monde émergent

Les nouveaux foyers de coronavirus dans le Hebei et d’autres provinces du nord de la Chine ont été limitées par rapport à d’autres pays ou en comparaison avec le début de l’année dernière en Chine. Mais la réaction des autorités, qui ont mis des villes entières en quarantaine et les ont isolées du monde extérieur, rappelle à quel point la situation sanitaire est encore fragile. La manière dont la Chine a traité la pandémie s’est avérée efficace. Il semble donc peu probable que le virus se répande rapidement à de grandes parties du pays.

Les autorités sont prêtes à faire des efforts importants pour contenir le virus. Le gouvernement a déjà limité les voyages pour le Nouvel An chinois en février. Cela devrait entraîner une diminution d’au moins 40 % des voyages par rapport à une année normale. Mais si cela doit affecter la consommation liée aux vacances, cela pourrait également entraîner une augmentation de la production industrielle. En effet, les travailleurs migrants ne se rendant pas dans leur ville natale seront encouragés à plutôt prester des heures supplémentaires.

La Chine et la plupart des autres pays d’Asie de l’Est continuent à contenir le virus. Mais d’autres régions du monde émergent ne sont jamais parvenues à gérer la croissance de l’infection. Certaines connaissent même une nouvelle vague douloureuse.

Les chiffres récents semblent particulièrement inquiétants dans la plupart des pays d’Amérique Latine, en Afrique du Sud et en Indonésie. Cela commence à affecter les données économiques. À partir d’août, la dynamique de croissance de l’ensemble du monde émergent a commencé à se redresser, à un rythme plus rapide qu’attendu, mais cette reprise s’essouffle (voir graphique ci-dessous). Cela est principalement dû à l’accélération de la croissance des infections et à la baisse de la mobilité dans des pays qui n’ont jamais vraiment contrôlé la pandémie.

Grâce à la situation en Asie de l’Est, le schéma de reprise économique n’est pas encore complètement rompu, mais les perspectives économiques se sont détériorées en raison de l’aggravation de la dynamique du virus. Cette situation est exacerbée par le fait que le processus de vaccination dans une grande partie du monde émergent sera beaucoup plus lent qu’aux États-Unis et en Europe. Le retour à la normale après la crise et la reprise économique seront probablement également plus lents, ne s’accélérant qu’en 2022.

Dynamique de croissance économique dans les marchés émergents

Score moyen sur 3 mois – 22 marchés principaux

Source : NN Investment Partners

Consultez aussi le corner Gestion

3 réponses sur “Pandémie : Quel impact sur la croissance ?”

  1. Bonjour,
    Depuis un certain temps, je ne parviens pas à voir la définition des mots que vous soulignez: « l’indice  » par exemple sur lequel il suffisait de cliquer.
    Or c’était une fonction très intéressante qui aidait à la compréhension pour les abonnés .
    Merci de rétablir ce service.
    Bien à vous.
    B. G.

    1. Nous avons dû intégrer de nouvelles fonctionnalités de sésurité qui ont un peu bouleversé certaines modalités. Nous regardons ce que nous pouvons faire sachant que la sécurité primera toujours. Merci pour votre fidélité et votre vigilance.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *