Hit-Parade des Fonds : Le retour en grâce des financières

Selon les données fournies à fin octobre 2021 par Quantalys, on constate que les fonds investis en valeurs financières ont particulièrement bien performé depuis le début de l’année.

Avec une hausse de plus de 33%, ces valeurs font preuve d’un beau rebond. « Les deux secteurs qui ont affiché les meilleures performances depuis le début de l’année sont ceux de l’énergie et de la finance. Ce sont deux segments de l’économie qui sont très cycliques. Ils ont ainsi bénéficié de la normalisation de l’économie après la crise du Covid-19 », explique Charles-Henri Kerchove, Directeur des investissements multi assets chez Fidelity International.

 

Une crise n’est pas l’autre

 

Les marchés ont pris conscience que la crise du Covid-19 était différente de la crise financière de 2008. Depuis la crise financière, les bilans des banques ont été assainis. « De plus, avec la pandémie, les banques ont été sommées de ne pas distribuer de dividendes. Les bilans des banques sont sains. Elles ont réussi à bien réduire leurs coûts. Le niveau d’épargne a augmenté. Elles avaient constitué des réserves pour de potentielles faillites suite à la crise sanitaire. Or, les faillites ont été moins nombreuses que prévu. Tous ces éléments ont été favorables au secteur financier », ajoute Charles-Henri Kerchove.

 

Dans la crise, les banques ont joué leur rôle de transmission des politiques monétaires vers l’économie. On assiste aussi à un retour à la normale des taux d’intérêt. Les marchés anticipent une normalisation des politiques monétaires des banques centrales. On s’attend donc à un mouvement général de hausse des taux. Dans un contexte où les valorisations des financières étaient attrayantes, ces annonces des banquiers centraux ont mis « du fuel » dans le segment des valeurs financières.

 

Activités en hausse

 

Dans le secteur, certaines activités ont également particulièrement bien performé. Les banques privées ont ainsi bénéficié de la hausse de l’épargne et des investissements durant la crise du Covid-19. « On a également assisté à davantage d’opérations de fusions et acquisitions et d’introductions en bourse. De leur côté, les banques classiques ont pu poursuivre leur modernisation. Cette crise a été un accélérateur de tendances », constate Charles-Henri Kerchove.

Comment peut-on envisager les perspectives en termes d’investissement dans ce secteur ? « Nous étions positifs sur les financières. Aujourd’hui, nous sommes neutres et plutôt prudents à court terme. Mais, sur le long terme, nous restons positifs », note ce spécialiste des marchés. Il y a une forte disparité entre les sociétés de ce secteur et aussi entre les pays. Certaines activités sont aussi plus prometteuses que d’autres. On citera ici les prêts hypothécaires, la gestion de fortune, l’asset management et les plans d’épargne retraite.

 

Comment investir ?

 

Le secteur des financières peut être abordé soit par le biais des actions soit par le biais des obligations. En ce qui concerne les actions, il vaudra sans doute mieux privilégier les fonds sectoriels. « Lorsque les banques recommenceront à distribuer des dividendes, on peut s’attendre à un nouveau rebond », annonce Charles-Henri Kerchove. On peut aussi aborder ce secteur par un investissement obligataire. Dans ce cas, il conviendra d’être attentifs à la qualité des débiteurs. La classe des obligations hybrides présente également de nombreux attraits surtout en termes de rendement.

 

Consultez aussi sur MoneyStore

Banques et FinTechs : une nécessaire alliance

Le vieillissement de la population : un risque pour le modèle d’affaires des banques

Les banques intègrent-elles suffisamment les risques climatiques ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *