Fraudes à l’investissement : Ne vous laissez pas prendre !

@Pexels

Après l’affaire Madoff, Stéphane Bleus a réussi en 2014 à faire perdre près de 100 millions d’euros à des investisseurs crédules. Aujourd’hui, c’est l’affaire One Coin qui révèle une fois de plus les abus et escroqueries qui peuvent encore fleurir dans le monde financier. Pourtant, des conseils de prudence sont fréquemment diffusés. Malgré cela, certains se laissent encore attirer par des rendements faramineux. Voici, quelques conseils pour ne pas se laisser abuser.

 

Types de fraudes

Il convient d’abord de définir les types de fraudes qui sévissent actuellement.

  • Fraudes pyramidales ou pyramide de Ponzi. Il s’agit d’une arnaque qui consiste à offrir des rendements hors du commun. Les premiers paiements sont effectués grâce aux versements des investisseurs suivants.
  • Fraudes aux cryptomonnaies. Ces fraudes deviennent de plus en plus courantes.
  • Plateformes de trading. Ces plateformes proposent des investissements simples (devises, actions,…), des investissements alternatifs (or, métaux précieux,…) ou des cryptomonnaies. Ces investissements procurent des rendements surprenants.
  • Boiler Rooms. Il s’agit d’offres, souvent téléphoniques, pour offrir des opérations très lucratives.
  • Recovery Rooms. Cette offre est très pernicieuse. Elle propose d’aider les victimes de fraudes à l’investissement en les arnaquant encore plus.
  • Il existe encore d’autres types de fraudes : cloned firms (qui prétendent être une sociétés reconnue), phishing, …

Indices de fraude

Pour savoir si l’investissement qui vous est proposé est douteux ou non, la FSMA propose un test qui permet de vérifier si l’on est victime ou non d’une arnaque. La première chose à vérifier est l’identité de l’interlocuteur. Quelqu’un qui vous contacte par téléphone, via Internet, par les réseaux sociaux ou via une connaissance doit éveiller vos soupçons. Surtout, s’il vous fait miroiter des rendements extraordinaires. Si ces rendements sont offerts sur des investissements simples et faciles à réaliser, on peut aussi être alerté.

Il faut aussi redoubler de prudence si l’on propose des investissements sur des actifs alternatifs. Vin, énergie, immobilier ou cryptomonnaies exigent la plus grande prudence.

Tout conseiller honnête doit d’abord s’assurer que l’investissement proposé correspond à vos besoins et à votre profil de risque. Est-ce le cas dans l’investissement proposé ? Si non, c’est un signe de fraude. Surtout, si votre interlocuteur vous incite à prendre une décision rapidement.

Ces arnaqueurs ont aussi l’habitude de dénigrer les banquiers traditionnels. Or, ces derniers sont surveillés par les autorités de contrôle. Est-ce le cas de votre intermédiaire ? Un dernier indice conforte le soupçon de fraude. Lorsque l’intermédiaire demande de verser les sommes relatives à l’investissement sur un compte bancaire ouvert dans un autre pays que celui de son siège social. Il demandera également de verser des frais ou des sommes relatives à des taxes. Si vous êtes approchés par ce genre d’intermédiaires douteux faites le test de la FSMA.

Derniers conseils

Il n’existe pas d’investissement peu risqué qui ait un rendement élevé.

Un rendement exagéré doit inciter à la prudence.

Un intermédiaire inconnu, exerçant de l’étranger, ce n’est pas normal.

Une offre par téléphone ou réseaux sociaux est souvent signe de malhonnêteté.

Vin, cryptomonnaies, énergie, or, métaux précieux, devises, versements à l’étranger sont souvent douteux.

Pas de questionnaire MiFID ? Ce n’est pas normal !

Pour en savoir plus consultez le site de votre autorité des marchés FSMA (Belgique), l’AMF (France), la CSSF(Luxembourg),…

 

Consultez aussi sur MoneyStore

Comment détecter un Madoff ?

Comment éviter les fraudes à l’investissement ?

Investisseurs faites attention au recovery rooms !


Pour en savoir plus sur ce sujet et sur le monde financier et économique, abonnez-vous gratuitement à la newsletter hebdomadaire ici
Nous n’avons que des produits de courrier électronique concernant la newsletter, des flashs actu ou l’invitation à des événements que nous organisons. C’est pour recevoir ce type d’informations que les lecteurs s’inscrivent. Nous ne recueillons et ne traitons que vos adresses électroniques. Veuillez noter qu’en vertu de GDPR, vous aurez le droit de nous demander à tout moment de recevoir une copie de vos données personnelles traitées, de demander la suppression de vos données personnelles. Nos newsletters contiennent un lien pour mettre fin à votre abonnement immédiatement ou le modifier.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *