Qu’est-ce qu’une reprise économique en V, en W, en U ou en L ?

@Pexels

Après une période de ralentissement économique, se pose une question : comment sera la reprise ? On parle alors de possibilité de reprise en V, W, U, L ou même sous forme de racinée carrée. Qu’entend-on exactement par tous ces termes ? Réponses et éclairage avec Bernard Keppenne, Chief economist chez CBC Banque & Assurances.

Reprise en V

On parle de reprise en V, lorsqu’après une chute brutale et importante de l’économie, on assiste à une reprise aussi rapide et importante des indicateurs économiques. « Cette reprise se déroule dans un délai très court de quelques mois, voire un trimestre ou maximum deux. La reprise à la fois de la production, de l’offre et de la demande est prompte. L’économie revient rapidement à son niveau antérieur », souligne cet économiste.

Reprise en W

Dans ce scénario, on assiste à une chute brutale de la croissance suivie d’un rebond rapide et ensuite d’une seconde baisse importante. Cette dernière est alors elle-même suivie d’un rapide sursaut. « On pourrait assimiler ce scénario à un phénomène de pandémie comme nous l’avons connu qui serait suivi d’une deuxième vague. Après une chute rapide, l’économie se serait redressée pour retomber ensuite en raison d’un deuxième confinement, par exemple », ajoute Bernard Keppenne.

Scénario en L

C’est sans doute le pire scénario que l’on puisse connaître. Après un rapide et fort ralentissement économique, il n’y a pas de reprise. La situation stagne et on rentre alors en récession. Il n’y a pas de reprise de l’activité. La demande ne se redresse pas et la production ne retrouve pas ses niveaux antérieurs à la baisse.

Reprise en U

Dans ce cas de figure, l’économie accuse une chute brutale avec, ensuite, une période d’atonie plus prolongée avant une reprise. « Cette période d’atonie peut prendre un an ou deux. Ensuite, on peut assister à une reprise de l’économie suite à la mise en œuvre de mesures du type dévaluation de la devise ou baisse des taux d’intérêt, par exemple ».

Reprise en racine carrée

Dans ce cas, la baisse est toujours brutale. Ensuite l’économie repart à la hausse mais peine à retrouver rapidement son niveau d’avant la baisse. « Cela prend plus de temps pour retrouver les mêmes niveaux de croissance qui prévalaient avant la baisse. Nous avons connu cette situation en 2008 en Europe. Il a fallu sept ans pour retrouver les niveaux d’avant la crise », note Bernard Keppenne.

Et aujourd’hui, où en sommes-nous ?

A la veille du mois de septembre 2020, après le confinement du printemps et le déconfinement de l’été, à quoi doit-on s’attendre ? « On s’attend plutôt à une reprise en racine carrée. On a eu le choc brutal en mars et avril. Puis, nous avons eu le déconfinement. Mais nous n’avons toujours pas retrouvé les niveaux du début d’année. Les freins sont encore nombreux car le déconfinement n’est pas encore total. Ensuite, les mesures de soutien vont petit à petit disparaître. On verra alors le nombre de faillites augmenter. Les chiffres du chômage vont repartir à la hausse. Cela va peser sur le rythme de la croissance qui sera plus lent », prévient Bernard Keppenne. En Europe, on devrait cependant sortir de ce scénario plus rapidement qu’en 2008. En effet, en 2008 la BCE et les Etats n’étaient pas intervenus aussi rapidement et avec la même ampleur qu’en 2020.

 

Consultez aussi sur MoneyStore

De la phase de récession à celle de reprise : Quelles positions pour les investisseurs ?

USA vs UE : Laquelle des deux régions économiques se redressera le plus rapidement ?

Comment la politique monétaire se transmet-elle dans l’économie ?


Pour en savoir plus sur ce sujet et sur le monde financier et économique, abonnez-vous gratuitement à la newsletter hebdomadaire ici
Nous n’avons que des produits de courrier électronique concernant la newsletter, des flashs actu ou l’invitation à des événements que nous organisons. C’est pour recevoir ce type d’informations que les lecteurs s’inscrivent. Nous ne recueillons et ne traitons que vos adresses électroniques. Veuillez noter qu’en vertu de GDPR, vous aurez le droit de nous demander à tout moment de recevoir une copie de vos données personnelles traitées, de demander la suppression de vos données personnelles. Nos newsletters contiennent un lien pour mettre fin à votre abonnement immédiatement ou le modifier.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *