Qu’est-ce que le swing pricing ?

@Pexels

Lorsque, dans un fonds de placement, des ventes ou achats importants de parts du fonds ont lieu, cela peut pénaliser les investisseurs existants. En effet, en l’absence de mécanismes anti-dilutifs, les coûts de transactions encourus pour les opérations sur les sous-jacents sont supportés de manière proportionnelle par tous les actionnaires du fonds. Ces coûts associés aux opérations d’entrée/sortie engendrent une dilution de la valeur de l’investissement des actionnaires existants d’un fonds. Le swing pricing sert à atténuer cet effet dilutif.

 

Décourager achats et ventes massifs

Qu’entend-on par swing pricing ? Le swing pricing est un mécanisme qui vise, notamment, à décourager les sorties massives des investisseurs dans un fonds. Lorsque les rachats dépassent un certain seuil, on peut ainsi ajuster à la baisse la valeur liquidative du fonds. Cela permet de refléter les coûts de transactions. En effet, ces coûts sont particulièrement élevés en cas de vente forcée lorsqu’il faut céder des titres et fournir les liquidités aux investisseurs sortants.

Le swing pricing représente les frais prélevés lors d’une sortie massive du fonds pour éviter de pénaliser les investisseurs à long terme. Ces frais tentent de dissuader les opérations de trading sur les parts du fonds. En d’autres termes, le swing pricing est le mécanisme par lequel la valeur liquidative est ajustée à la hausse (ou à la baisse) si la variation de passif est positive (ou négative) de manière à réduire, pour les détenteurs existants du fonds, le coût de réaménagement du portefeuille lié aux mouvements sur les sous-jacents.

En faveur du fonds

Ces frais peuvent varier en fonction de l’émetteur du fonds et du montant des sorties/entrées. Certaines maisons de gestion affichent un swing pricing fixe de 0,1%. D’autres appliquent un tarif variable pouvant aller jusqu’à maximum 2%. Ces droits d’entrée et de sortie ajustables reviennent au fonds. Ils ne sont donc pas versés, comme les frais de gestion ou d’entrée, à la maison de gestion ou à la banque qui commercialise le fonds.  Les maisons de gestion l’affichent pour pénaliser les transactions entrantes et sortantes. Elles le font pour éviter de défavoriser les investisseurs à long terme.

Le swing pricing est devenu l’outil anti-dilutif standard au sein du secteur européen de la gestion d’actifs. C’est avant tout un mécanisme garantissant que les coûts de transactions engendrés par les investisseurs qui achètent ou vendent des parts sont bien supportés par ces derniers. Ils ne sont pas répartis entre les investisseurs existants du fonds.

 

Consultez aussi sur MoneyStore

Vendre mon fonds d’investissement, mais à quels frais ?

Comment les frais érodent la rentabilité dans les fonds ?

Quels sont les frais prélevés dans les sicav ?


Pour en savoir plus sur ce sujet et sur le monde financier et économique, abonnez-vous gratuitement à la newsletter hebdomadaire ici
Nous n’avons que des produits de courrier électronique concernant la newsletter, des flashs actu ou l’invitation à des événements que nous organisons. C’est pour recevoir ce type d’informations que les lecteurs s’inscrivent. Nous ne recueillons et ne traitons que vos adresses électroniques. Veuillez noter qu’en vertu de GDPR, vous aurez le droit de nous demander à tout moment de recevoir une copie de vos données personnelles traitées, de demander la suppression de vos données personnelles. Nos newsletters contiennent un lien pour mettre fin à votre abonnement immédiatement ou le modifier.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *