Vos enfants seront-ils plus riches que vous ?

@Pexels

Les enfants des baby-boomers sont actuellement face à de nombreux défis. Aux Etats-Unis, ils doivent fréquemment rembourser une lourde dette contractée pour le financement de leurs études.  Ils perçoivent des salaires qui sont généralement plus serrés que ceux de leurs parents. Les augmentations de ces salaires sont moins systématiques que celles qu’avait connues la génération précédente. Le coût élevé de l’immobilier est aussi un défi pour eux. Ils vivent des situations plus compliquées que celles vécues par les baby-boomers quand ils avaient entre 20 et 30 ans.

Conséquences de l’héritage

Mais ces difficultés pourraient s’aplanir dans le temps. Aux Etats-Unis, les possibilités d’héritage des millenials devraient leur permettre d’envisager leur avenir avec plus de sérénité. « Grâce à la richesse que les baby-boomers légueront à leurs enfants, la vie deviendra plus facile pour un pourcentage important de la population des millenials. On s’attend à ce qu’ils héritent de 68 billions de dollars de leurs parents baby-boomers d’ici 2030. Ce total est réparti entre 45 millions de ménages américains, selon un rapport du cabinet d’études Cerulli Associates », note Jeannette Bajalia fondatrice et présidente de womans-worth.com.

Il faut alors que les conseillers patrimoniaux soient particulièrement attentifs à la façon dont cette transmission se fera. Dans ce cadre, il faut tenir compte des aspects fiscaux. Il faut aussi veiller à ce que les donateurs ne se démunissent pas trop tôt de leurs avoirs s’ils doivent faire face à des soucis de santé de longue durée. Les discussions intergénérationnelles sont également indispensables. Elles permettent de clarifier la situation patrimoniale et les priorités des parents. Elles font comprendre aux héritiers comment gérer l’héritage de façon responsable.

Gérer l’héritage

Mais recevoir un héritage c’est une chose, le gérer en est une autre. Les millenials doivent apprendre à ne pas compter sur leur héritage pour résoudre instantanément leurs problèmes. Ils ne doivent dès lors pas utiliser leur héritage comme une nouvelle source de revenus quotidiens, mais doivent surtout le gérer sur le long terme.

Cependant, selon une étude réalisée par Schroders, les millenials ont des attentes excessives concernant les rendements futurs de leurs investissements. Selon cette étude, les millenials sont vraiment très optimistes. Ils s’attendent à engranger un taux annuel moyen de 11,5 % au cours des cinq années à venir. Les générations plus âgées tablent sur un rendement annuel de 9,8 %. « Je suspecte cependant que c’est surtout parce que les jeunes ont moins d’expérience en matière d’investissement. Certains n’ont jamais rien connu d’autre que des rendements boursiers élevés. Cela peut avoir influencé leur réponse. Les générations plus âgées prennent souvent moins de risques et préfèrent préserver leurs investissements avant la retraite. Moins de risque signifie généralement un rendement plus faible. Mais que les investisseurs soient jeunes ou vieux, débutants ou experts, les rendements qu’ils attendent sont élevés à en devenir inquiétants. Beaucoup risquent d’être confrontés à une désagréable surprise dans le futur », estime Wim Nagler de chez Schroders. Les millenials sont plus impulsifs et aiment constituer leur portefeuille eux-mêmes. Ils se considèrent rarement comme des débutants en finance.

Une adaptation nécessaire

Selon Schroders, les millenials aiment confectionner leurs portefeuilles de placement sur la base de paramètres personnels. Les plus décisifs sont notamment l’accessibilité en ligne du compte de placement et le service personnalisé. Les millenials veulent, plus que les générations plus âgées, pouvoir surveiller leurs produits financiers sur une plateforme en ligne centralisée (92 % contre 81 %). Ils sont moins réticents à ce que cette plateforme soit fournie par un tiers indépendant (40 % contre 28 %). « La jeune génération s’attend à une expérience de service très différente de celle de ses parents. Les millenials veulent une meilleure communication, la commodité, l’intégration de leurs services financiers par le biais de portails en ligne et des produits facilement accessibles. Ils veulent une expérience personnalisée dans l’ensemble », conclut Jeannette Bajala. En marge de tous ces éléments, cette génération a surtout un besoin crucial d’éducation financière.

Consultez aussi sur MoneyStore

Pourquoi faire un testament ?

Comment gérer un héritage ?

Démographie et différences générationnelles : un défi pour les gestionnaires !


Pour en savoir plus sur ce sujet et sur le monde financier et économique, abonnez-vous gratuitement à la newsletter hebdomadaire ici
Nous n’avons que des produits de courrier électronique concernant la newsletter, des flashs actu ou l’invitation à des événements que nous organisons. C’est pour recevoir ce type d’informations que les lecteurs s’inscrivent. Nous ne recueillons et ne traitons que vos adresses électroniques. Veuillez noter qu’en vertu de GDPR, vous aurez le droit de nous demander à tout moment de recevoir une copie de vos données personnelles traitées, de demander la suppression de vos données personnelles. Nos newsletters contiennent un lien pour mettre fin à votre abonnement immédiatement ou le modifier.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *