Secteur technologique : trois raisons de rester confiants

@pexels

Par Deutsche Banque Belgique

Le secteur technologique affiche de superbes résultats depuis le début de l’année et a aussi battu le marché à de nombreuses reprises dans le passé. Analyse.

En résumé :

  • Le secteur technologique fait non seulement la course en tête depuis le début de l’année, mais il a aussi battu le marché à de nombreuses reprises dans le passé.
  • La valorisation du secteur IT peut, a priori, sembler tendue mais les prévisions de bénéfices sont restées relativement résilientes.
  • On peut s’attendre à une poursuite de la surperformance du secteur technologique soutenue par les tendances liées à la digitalisation, des fondamentaux relativement solides et un différentiel de valorisation plus serré.

La technologie continue de stimuler les marchés d’actions

Les marchés boursiers ont rebondi de façon remarquable depuis leurs planchers du mois de mars. De nombreux marchés se rapprochent progressivement de niveaux records ou, à l’instar du Nasdaq, les ont déjà atteints. Au niveau mondial, le gain de 29,7% de l’indice MSCI ACWI Information Technology au 2e trimestre a largement dépassé la baisse de 13,9 % du 1er trimestre induite par le Covid-19. Le secteur n’affiche pas seulement la meilleure performance depuis le début de l’année (+22,3%) mais il a également battu le marché régulièrement dans le passé (voir graphique 1), soulignant l’inclinaison structurelle claire des investisseurs à privilégier la qualité et la croissance.

Sans la forte contribution à la performance du secteur technologique, les marchés boursiers afficheraient un visage sensiblement différent. Les dix actions de croissance à méga-capitalisation (1) qui composent l’univers technologique élargi (environ 30% de la capitalisation boursière totale) ont largement contribué à la performance de l’indice S&P 500 depuis fin mars. Sans ces dix valeurs, l’indice S&P 500 aurait évolué dans une fourchette étroite depuis début avril et aurait même chuté lorsque la situation sur le front de la pandémie aux États-Unis s’est à nouveau aggravée (voir graphique 2).

Les revenus du secteur technologique s’avèrent relativement résilients

Si la valorisation du secteur IT semble à première vue tendue, il convient toutefois de l’apprécier dans le contexte des prévisions de bénéfices futurs par rapport aux prévisions pour l’ensemble du marché. Le rallye boursier au cours du 2etrimestre a été caractérisé par un découplage extrême de l’évolution des cours par rapport au consensus des prévisions de bénéfices des 12 prochains mois, qui a connu au 2e trimestre les plus fortes révisions à la baisse jamais enregistrées. En revanche, le consensus des prévisions de bénéfices des 12 prochains mois pour le secteur IT a, quant à lui, connu des révisions à la baisse beaucoup plus faibles.

Pour ce qui est de la saison des résultats du 2e trimestre 2020, le secteur technologique a, jusqu’à présent, enregistré la meilleure croissance du chiffre d’affaires par rapport à l’an dernier pour l’indice S&P 500 et la meilleure croissance du bénéfice par action pour l’indice STOXX Europe 600. L’ampleur des surprises positives au niveau des revenus et des bénéfices a également été supérieure à celle observée pour les indices plus larges.

Croissance structurelle

En dépit de certains risques évidents, tels que, par exemple, la perturbation des chaînes d’approvisionnement, les très fortes valorisations de certaines actions individuelles, le conflit commercial et une réglementation plus stricte, en particulier sous une administration Biden, il y a trois raisons principales susceptibles de soutenir une poursuite de la surperformance du secteur technologique.

  1. Le secteur IT profitera davantage des nombreuses tendances à la digitalisation (commerce électronique, paiement sans contact, travail à domicile, etc.). Les changements structurels de l’économie mondiale associés à la pandémie de Covid-19 pourraient rendre les technologies de l’information encore plus importantes. Des industries durement touchées par la crise pourraient, par exemple, y avoir davantage recours pour accroître leur productivité. Le secteur IT pourrait aussi fortement bénéficier d’une augmentation des dépenses d’investissement, peut-être stimulées par de nouvelles mesures de relance budgétaires.
  2. Le secteur technologique se caractérise généralement par d’importantes barrières à l’entrée sur le marché et des fondamentaux relativement robustes, notamment en ce qui concerne les bénéfices et les marges. Ces derniers sont soutenus par des prévisions de croissance bénéficiaire à long terme qui sont les plus élevées de tous les secteurs. Des bilans solides, avec des trésoreries abondantes et des niveaux d’endettement relativement faibles, offrent également un soutien supplémentaire au secteur IT.
  3. Du point de vue des valorisations, la prime actuelle du secteur technologique par rapport au marché au sens large (sur base du rapport cours/bénéfices estimés à 12 mois) semble raisonnable, d’autant plus qu’elle était beaucoup plus importante avant la crise. Dans l’ensemble, la valorisation du secteur IT n’est certes plus bon marché, mais le secteur est très diversifié et il comprend des entreprises qui occupent des positions de premier plan sur leurs créneaux respectifs, offrant souvent un potentiel de croissance structurelle à des valorisations plus raisonnables.

Graphique 1 : Performances de l’indice MSCI ACWI Information Technology (IT) par rapport à l’indice mondial MSCI ACWI.

Source : Bloomberg, Deutsche Bank AG, données au 10 août 2020.

Graphique 2 : Performance des actions de croissance à méga-capitalisation par rapport au reste du S&P 500.

  • Les 10 actions de croissance à méga-capitalisation sont les suivantes : Adobe, Alphabet, Amazon, Apple, Facebook, Mastercard, Microsoft, Netflix, NVIDIA et Visa.

Consultez aussi le corner Bons conseils


Pour en savoir plus sur ce sujet et sur le monde financier et économique, abonnez-vous gratuitement à la newsletter hebdomadaire ici
Nous n’avons que des produits de courrier électronique concernant la newsletter, des flashs actu ou l’invitation à des événements que nous organisons. C’est pour recevoir ce type d’informations que les lecteurs s’inscrivent. Nous ne recueillons et ne traitons que vos adresses électroniques. Veuillez noter qu’en vertu de GDPR, vous aurez le droit de nous demander à tout moment de recevoir une copie de vos données personnelles traitées, de demander la suppression de vos données personnelles. Nos newsletters contiennent un lien pour mettre fin à votre abonnement immédiatement ou le modifier.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *