Qui pilote l’économie et les marchés ?

Nous connaissons la pire récession de l’après-guerre. La porte de sortie est liée à la découverte d’un vaccin. La crise sanitaire et la récession économique qui a suivi, sont arrivées de façon très brutale. A quoi devons-nous nous attendre à court et moyen terme ? Philippe Ledent, Senior Economist chez ING Belgique et Vincent Juvyns, Stratégiste chez J.P. Morgan AM ont apporté leur éclairage sur ces sujets lors de la conférence-débat en ligne organisée ce jeudi par La Libre et le blog MoneyStore.be.

Un accélérateur de tendances

Avec le recul, aurait-on pu anticiper cette crise et son ampleur ? « Quand on voit ce qui est arrivé, on constate que la crise sanitaire est survenue assez brutalement. Mais, comme en 2008, ex-post, on pense qu’on aurait pu réagir plus vite. Cependant, il faut avoir l’humilité de reconnaître qu’on ne savait rien de ce virus. Le confinement était la seule solution. Cela a entrainé un choc, une baisse de 30 à 40%, de l’activité économique. Aujourd’hui, nous connaissons la plus grave récession depuis la dernière guerre mondiale », constate Philippe Ledent. Au-delà du confinement généralisé que nous avons connu au printemps, cette grave récession s’est également installée par le fait que nous en sommes toujours au même point après plusieurs mois. Nous ne savons pas quand nous allons sortir de cette crise sanitaire.

Les marchés financiers ont, quant à eux, évolué de façon différenciée. « Les marchés ont, eux aussi, été pris au dépourvu. La bourse a réagi de façon violente et on a même dû débrancher le système à Wall Street pendant quelques séances. Mais, ensuite, on a su tirer les enseignements de la crise de 2008. Les décideurs ont déployé des mesures. Certains secteurs sont aussi sortis gagnants. Les marchés sont alors apparus très fragmentés. Cette crise a également été un accélérateur de tendances », note Vincent Juvyns.

Après un moment de panique, les investisseurs ont retrouvé leur sang-froid et sont revenus en bourse. On a ainsi enregistré davantage de flux entrants cette année sur les marchés. Il faut reconnaître que les Etats et les Banques centrales ont réagi rapidement face à cette crise. « Les banques centrales ont directement envoyé un message fort aux marchés. La BCE a ainsi injecté jusqu’à 1,350 milliard d’euros. Les Etats et l’Union européenne ont également embrayé avec des plans de relance et des mesures comme des allocations de chômage. On pourrait peut-être considérer que ces mesures ont parfois été prises trop rapidement », ajoute Philippe Ledent.

Virus et vaccin

Et demain ? Vers quoi se dirige-t-on d’un point de vue économique à court et moyen terme ? Sommes-nous finalement tributaires de la découverte d’un vaccin ? « La situation dans laquelle nous sommes est celle où c’est un virus qui occupe le siège du pilote de l’économie et des marchés. Le scénario central pour l’avenir tourne autour de la façon dont la situation va évoluer d’un point de vue sanitaire. Nous sommes, aujourd’hui, dans un mode survie. Les entreprises n’investissent plus. Les ménages épargnent au lieu de consommer. Le vaccin ne résoudra pas tout. On peut penser que, lorsqu’il sera efficace, nous serons un an après le confinement. Beaucoup d’entreprises n’auront pas survécu d’ici là », annonce Philippe Ledent.

Taux bas

Du côté des marchés, le scénario restera le même. « Les Etats et banques centrales sont intervenus rapidement. Les taux d’intérêt resteront encore bas pour les cinq prochaines années. Il faut alors aller chercher des alternatives sur les marchés obligataires. Les marchés d’actions resteront attrayants à moyen et long terme avec encore des opportunités dans les valeurs technologiques. Sans oublier le rôle central que jouera la Chine », conseille Vincent Juvyns. Si le pilote sera le virus Covid-19, les deux intervenants restent néanmoins optimistes concernant l’avenir. « Il faut être optimises quand on vit, qu’on élève ses enfants et que l’on gère un portefeuille. On peut cohabiter mieux avec le virus. De ce choc, il sortira aussi de bonnes choses. Nous assistons ainsi à un réveil des consciences avec une demande accrue pour les investissements durables », conclut Vincent Juvyns. 

 

Consultez le débat en ligne ici

Consultez également sur MoneyStore

Hit-parade des fonds : sans surprise les technologiques ont surperformé !

Quelle est la composition des principaux indices boursiers ?

Infographie du mois: confiance des consommateurs et marchés financiers


Pour en savoir plus sur ce sujet et sur le monde financier et économique, abonnez-vous gratuitement à la newsletter hebdomadaire ici
Nous n’avons que des produits de courrier électronique concernant la newsletter, des flashs actu ou l’invitation à des événements que nous organisons. C’est pour recevoir ce type d’informations que les lecteurs s’inscrivent. Nous ne recueillons et ne traitons que vos adresses électroniques. Veuillez noter qu’en vertu de GDPR, vous aurez le droit de nous demander à tout moment de recevoir une copie de vos données personnelles traitées, de demander la suppression de vos données personnelles. Nos newsletters contiennent un lien pour mettre fin à votre abonnement immédiatement ou le modifier.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *