L’or, c’est de l’argent

@Pexels

Par Bert Flossbach, Flossbach von Storch

Après tout, le très grand crash de la crise du Corona n’a pas encore eu lieu. Les programmes d’aide et de relance économique des gouvernements ont empêché l’économie de s’effondrer. Mais le prix à payer pour cela est gigantesque. Dans le monde entier, les mesures fiscales affectant le budget s’élèvent à plus de cinq mille milliards de dollars, qui sont complétés par des garanties d’État s’élevant à environ 3 700 milliards de dollars.

Si nécessaire, les États fourniront des fonds supplémentaires, qui peuvent être financés à coût zéro compte tenu du faible niveau des taux d’intérêt. La conséquence est une augmentation rapide de la dette publique qui atteint des niveaux records. Les banques centrales sont donc prisonnières de leur politique de taux d’intérêt ultra-libre. Elles sont condamnées à fournir à l’infini de l’argent bon marché au monde et à intervenir en cas d’urgence pour apporter leur soutien.

Les taux d’intérêt ? Cette époque est révolue…

De plus en plus d’investisseurs reconnaissent que le taux d’intérêt zéro sera permanent et réfléchissent à des alternatives d’investissement possibles. La politique monétaire expansive et l’escalade des dépenses publiques devraient entraîner un retour de l’inflation à moyen terme. Les investisseurs auront probablement un besoin accru de protéger leurs actifs contre ce danger qui n’a plus été connu depuis longtemps. La classe d’actifs avec laquelle cela peut être sans doute le mieux réalisé est celle des actions de sociétés plus résistantes aux bénéfices et en croissance.

L’or (calculé à la fois en euros et en dollars) a récemment atteint un nouveau sommet historique. Toutefois, la raison fréquemment citée pour laquelle l’or est un gagnant dans la crise n’explique pas entièrement le phénomène. Ce sont plutôt les conséquences attendues de la crise, en particulier le niveau durablement bas des taux d’intérêt et l’afflux de liquidités des banques centrales, qui ont ramené la question de l’inflation à l’horizon.

Une demande en hausse

En tant qu’actif liquide, l’or est une protection adéquate contre l’inflation. Rien qu’au cours du premier semestre 2020, selon le World Gold Council, 734 tonnes d’or ont été achetées, soit plus que pendant toute l’année record 2009. Cela reflète une demande successivement croissante des investisseurs, qui a probablement moins à voir avec la crise du cornona elle-même qu’avec ses conséquences.

L’augmentation extrême de la dette publique, la faiblesse permanente des taux d’intérêt et le retour de l’inflation, qui ne peut être exclu, font de l’or une « valeur refuge » attrayante pour de nombreux investisseurs. Il est remarquable, mais pas surprenant, que les avoirs des ETF sur l’or aient fortement augmenté, en particulier aux États-Unis. La faiblesse record des taux d’intérêt américains et la dette publique record ont incité non seulement les investisseurs privés mais aussi les investisseurs institutionnels à augmenter leurs avoirs en or d’investissement malgré la récente reprise du marché boursier.

Cependant, l’or est une protection contre l’inflation et les éventuelles crises du système financier. À long terme, il ne faut pas attendre de l’or plus que la préservation réelle des actifs, mais pas moins. Et c’est un mot donné en période de taux d’intérêt bas.

 

Consultez aussi le corner Billet d’humeur


Pour en savoir plus sur ce sujet et sur le monde financier et économique, abonnez-vous gratuitement à la newsletter hebdomadaire ici
Nous n’avons que des produits de courrier électronique concernant la newsletter, des flashs actu ou l’invitation à des événements que nous organisons. C’est pour recevoir ce type d’informations que les lecteurs s’inscrivent. Nous ne recueillons et ne traitons que vos adresses électroniques. Veuillez noter qu’en vertu de GDPR, vous aurez le droit de nous demander à tout moment de recevoir une copie de vos données personnelles traitées, de demander la suppression de vos données personnelles. Nos newsletters contiennent un lien pour mettre fin à votre abonnement immédiatement ou le modifier.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *