La dette d’infrastructure : Une alternative attrayante aux titres à revenu fixe

@Pexels

Par Jérôme Neyroud, responsable des investissements, dette d’infrastructure, chez Schroders

La dette d’infrastructure senior est préservée par rapport à bon nombre des défis auxquels sont confrontés les titres à revenu fixe traditionnels lorsque les taux d’intérêt sont très bas.  Dans le contexte actuel de crise de la Covid-19 qui a durement touché l’économie mondiale, le risque de crédit et le risque de défaut sur les emprunts obligataires ont augmenté. La politique accommodante des banques centrales du monde entier met sous pression les taux d’intérêt et les rendements effectifs. Le Financial Times a récemment souligné que plus de 60 % du marché obligataire mondial offre aujourd’hui un rendement inférieur à 1 %.

 

Les investisseurs éprouvent des difficultés à trouver des placements offrant des rendements attrayants tout en conservant les caractéristiques de risque des titres à revenu fixe. Beaucoup d’investisseurs négligent cependant la dette d’infrastructure senior européenne. Cette sous-catégorie est moins exposée à plusieurs problèmes rencontrés par les titres traditionnels à revenu fixe. La dette d’infrastructure senior européenne offre deux avantages importants dans cet environnement de marché :

  1. Un spread plus élevé.

En tant qu’instrument de dette privée, la dette d’infrastructure n’est pas éligible aux programmes de rachat des banques centrales. Les spreads ne sont donc pas autant sous pression. Pour ce type de titres, les spreads sont principalement déterminés par les marges que les banques ajoutent à leurs coûts de financement. Devant la menace de récession, les banques ont tendance à compenser l’augmentation des coûts de financement.

  1. Le taux de référence

En règle générale, les marchés publics basent leurs cours sur certaines valeurs de référence, telles que l’IBOR. La plupart des taux de référence sont actuellement négatifs. Les coupons détenus par les investisseurs sont de ce fait inférieurs aux spreads. Mais ce n’est pas le cas avec la dette d’infrastructure européenne. Les prêteurs sont souvent en mesure de négocier un plancher sur les taux de référence (ou une marge plus élevée en échange de taux de référence sans plancher). Le rendement effectif de la dette d’infrastructure senior a certes diminué, mais à un rythme plus lent que sur le marché des titres à revenu fixe. La valeur relative de la dette senior d’infrastructure a de ce fait augmenté.

Résilience dans les situations de crise

Le statut de la dette d’infrastructure a fait ses preuves pendant plusieurs décennies comme catégorie d’investissement stable. Le schéma des pertes attendues est comparable à celui de la dette à rating A, tandis que la dette d’infrastructure offre un spread net plus élevé.

De plus, la dette d’infrastructure senior affiche une volatilité moindre en termes de solvabilité. Historiquement, les titres de créance ont moins fait l’objet d’ajustements à la baisse que les sociétés non financières.

La dette d’infrastructure est-elle immunisée contre le coronavirus ?

Les premières réactions des acteurs du marché sont encourageantes :

  • 66 émetteurs d’obligations d’entreprises ont fait défaut contre seulement deux émetteurs de financement d’infrastructures et de projets (entre mars et mai 2020).
  • Cinq émetteurs de financement d’infrastructures et de projets ont fait défaut (pas en Europe) au cours des douze mois qui ont précédé le 31 mai 2020.

Solvabilité II : la cerise sur le gâteau

En raison des caractéristiques uniques de la dette d’infrastructure, la Commission européenne a accordé une réduction des frais de crédit (capital de solvabilité requis) pour ce type de dette en 2016. Ces frais ont été réduits d’environ 30 % par rapport aux obligations d’entreprises ayant un rating comparable.

Dette d’infrastructure : plus de rendement, mais pas plus de risques

On s’attend à voir persister un risque accru et la pression sur les rendements effectifs sous l’effet de l’assouplissement quantitatif. Les investisseurs sont confrontés au défi de trouver des rendements sans augmentation sensible du risque. La dette d’infrastructure senior européenne peut être une alternative intéressante aux titres traditionnels à revenus fixes, sans augmentation inutile du risque. Elle apporte une plus grande diversification sectorielle tout en réduisant la volatilité.

Lire aussi Senior infrastructure debt vs fixed income: which poses fewer challenges for investors?, de Jérôme Neyroud, Responsable des investissements, Dette d’infrastructure, chez Schroders.

 

Consultez aussi le corner Placements

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *