2020 : Quelle année cette année-là !

@Pexels

Par Frédéric Rollin, senior investment advisor chez Pictet Asset Management

L’année 2020 continue de jouer avec nos nerfs et pourtant il faut déjà penser à 2021 ! Il est effectivement crucial d’inscrire les investissements sur un horizon long.

Sur longue période, les actions devraient une fois de plus se retrouver gagnantes. Les obligations européennes n’offrent quasiment plus de rendement. Les actions, quant à elles, distribuent de généreux dividendes et leur cours de bourse bénéficiera du retour de la croissance mondiale l’année prochaine. Confinement, déconfinement, re-confinement…les bourses continueront de donner des sueurs froides, mais le jeu en vaut la chandelle. 

 

Pays émergents

2021 devrait voir l’arrivée d’un vaccin. Aujourd’hui, 11 vaccins sont en tests à grande échelle et les annonces de Pfizer sont très encourageantes.  Les actions asiatiques devraient tirer leur épingle du jeu.  Alors que l’Europe et l’Amérique patinent, la Chine signe une reprise économique en V et ses avancées technologiques impressionnent. Les situations sanitaire et économique sont certes préoccupantes en Inde, mais, à long terme, ce pays recèle un immense potentiel. Jeunesse, éducation technique dynamique et production par habitant très faible, le pays concentre les avantages. Le Japon, délaissé des investisseurs internationaux, devrait revenir en grâce. La pandémie y est bien contrôlée et le pays bénéficiera du dynamisme de ses voisins.

La bonne tenue de l’Asie portera le secteur des matières premières. Les pays d’Amérique Latine en bénéficieront. Le premier client du Brésil est la Chine. Ceci sera favorable aux obligations émergentes, largement composées d’émetteurs de la région. Par ailleurs, la politique ultra-accommodante de la Réserve fédérale facilite les financements en dollar, si importants pour les pays en voie de développement.

Et l’or ?

L’or reste aussi un investissement de choix pour le long terme. Les économies développées ne se relèveront que très progressivement, les taux resteront bas en 2021. Et, cerise sur le gâteau, lorsque l’inflation reviendra, il y a fort à parier que les banques centrales attendront avant de resserrer leur politique. Taux au plancher, hausse de l’inflation :  le métal jaune appréciera.

Consultez aussi le corner Chroniques d’experts

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *