Comment les FinTechs peuvent répondre aux enjeux  sociétaux

@Pexels

Lors du Digital Finance Summit qui s’est déroulé à Bruxelles en novembre 2019, il a été question du rôle que les FinTechs jouent dans la société. Climat, migrations : les choses bougent dans ce domaine.

Climat et FinTechs

Les FinTechs peuvent-elles sauver la société du changement climatique ? Quel rôle peuvent-elles concrètement jouer dans ce domaine ? « Il convient de mettre en place des outils pour le secteur financier qui permettent d’atteindre les objectifs en matière de changement climatique. Pour cela, il faut aussi travailler avec l’Union Européenne et avec chaque gouvernement. On a besoin d’investissements pour atteindre ces objectifs », souligne Nicola Koch, Project Manager chez 2° Investing Initiative.

Peut-on combiner les FinTechs et l’investissement socialement responsable ? «Aujourd’hui, l’impact de l’investissement responsable sur la société n’est pas suffisamment prouvé. Exclure un secteur ou une entreprise ne suffit pas. Les investisseurs doivent aussi utiliser leur droit de vote durant les assembles générales pour avoir plus d’impact. Il faut, aujourd’hui, connecter la finance, l’aspect durable et les technologies. Cela aboutira au cOncept FT4SF : Fintech for sustainable finance », ajoute Nicola Koch.

Voic comment FT4SF peut se cOncevoir

Mesurer la performance climatique

Bientôt, les institutions financières seront obligées de proposer des produits ISR ou ESG à leurs clients retail. C’est une Obligation imposée par l’Union Européenne. Si l’ensemble de l’économie devient plus durable ce n’est cependant pas par conviction. C’est la pression de la société qui fait et fera bouger les lignes. 2°Investing Initiative est un groupe de réflexion multipartite qui s’efforce d’aligner le secteur financier sur les objectifs climatiques de 2°C. « Nous cherchons à élaborer des mesures et des outils pour évaluer la performance climatique des institutions financières. Nous voulons provoquer des incitations réglementaires et politiques pour transférer les capitaux vers le financement de la transition énergétique », peut-on lire sur leur site.

Parmi les projets repris sur ce site, on épinglera KliFin-Scanner. Il s’agit d’un scanner de produits de financement climatique pour les investisseurs particuliers et les banques. Il élabore actuellement un questionnaire sur les objectifs non financiers pour les investisseurs particuliers. Le questionnaire permettra aux investisseurs particuliers de créer un profil d’investissement basé sur leurs objectifs extra-financiers individuels. Il peut ensuite être adapté aux produits financiers. Un site web accessible à tous les investisseurs particuliers intégrera ce questionnaire et ce logiciel. Pour l’instant, seuls les investisseurs allemands y auront accès. Il s’agira d’une solution open-source. Elle sera disponible en marque blanche pouvant être intégrée dans l’infrastructure des banques.

Faciliter les envois d’argent

En 2018, on a comptabilisé 266 millions de migrants à travers le monde. Les migrations ont traversé l’histoire de l’humanité. Ce phénomène va s’amplifier. Il sera bénéfique pour compenser le vieillissement de la population dans les pays occidentaux. 90% des migrants sont des migrants économiques. Ils envoient des fonds dans leur pays d’origine pour aider leurs proches restés au pays. Le marché des envois de fonds est en constante augmentation.

Les FinTechs peuvent, elles aussi, améliorer la vie des communautés de migrants. Environ 1,7 milliard de personnes sont sous-bancarisées. Les travailleurs étrangers en provenance des pays pauvres sont demandeurs d’un service bancaire particulier. « Ils envoient des petites sommes plusieurs fois par an à leur famille restée au pays. Ce service n’est pas couvert par le secteur bancaire traditionnel. En effet, les banques ne recherchent pas ce type de clientèle car son potentiel financier n’est pas suffisant. Les marges sont trop faibles. De plus, les profils des clients sont trop atypiques et complexes pour les banques», constate Jeremy De Smet, CEO de Moneytrans.

Une niche dans le secteur

Moneytrans facilite les transferts d’argent vers les familles restées au pays. Ces envois de fonds sont faits en temps réels. Ils permettent d’atteindre des populations non bancarisées. Ces transferts sont effectués dans la monnaie locale à un taux de change fixe. Il n’y a pas de montant minimum à transférer. Les frais de transfert sont nettement moindres que les frais perçus dans le secteur bancaire traditionnel. Moneytrans s’est donc installé dans une niche du marché financier et a un réel impact sur la société. Les néo-banques offrent aussi un accès à un service financier n’importe où, n’importe quand. Elles sont accessibles à tous à travers un outil digital (device).

Les FinTechs peuvent donc développer un impact sociétal certain. Elles donnent accès aux services bancaires pour des populations plus démunies. Elles joueront aussi un rôle dans le financement de la transition énergétique.

Consultez aussi sur MoneyStore :

Comment les FinTechs favorisent-elles l’inclusion financière ?

Ewala: un nouvel outil pour la diaspora

Comment l’écosystème des FinTechs s’est-il transformé ?

 


Pour en savoir plus sur ce sujet et sur le monde financier et économique, abonnez-vous gratuitement à la newsletter hebdomadaire ici
Nous n’avons que des produits de courrier électronique concernant la newsletter, des flashs actu ou l’invitation à des événements que nous organisons. C’est pour recevoir ce type d’informations que les lecteurs s’inscrivent. Nous ne recueillons et ne traitons que vos adresses électroniques. Veuillez noter qu’en vertu de GDPR, vous aurez le droit de nous demander à tout moment de recevoir une copie de vos données personnelles traitées, de demander la suppression de vos données personnelles. Nos newsletters contiennent un lien pour mettre fin à votre abonnement immédiatement ou le modifier.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *