Qu’est-ce que les placements alternatifs obligataires ?

@Pexels

Il est souvent fait référence aux placements alternatifs en actions. Dans la sphère des placements obligataires, il est également possible de profiter de certaines situations de marché en pratiquant des stratégies moins conventionnelles.

De quoi parle-t-on ?

La gestion classique en obligations consiste à acheter un titre de créance et à le conserver jusqu’à son échéance. « Il s’agit d’une gestion buy and hold dans laquelle le rendement est basé sur la durée du titre. En marge de cette pratique, la gestion active obligataire consiste à vendre le titre avant son échéance. De cette façon, le gestionnaire peut espérer un rendement supérieur mais peut réaliser parfois aussi un rendement inférieur », explique Pascal Gilbert, Gérant de fonds chez DNCA. Ce sont là des stratégies traditionnelles en obligations.

Ces différentes façons d’aborder les obligations sont appelées « long only ». On les achète pour les détenir et les revendre. La gestion alternative consiste quant à elle à pratiquer d’autres techniques : ventes à découvert, instruments sur devises, indexation,… Cette gestion qui utilise souvent des produits dérivés espère pouvoir tirer parti de toutes les situations de marché. Ces stratégies ont pour but d’accroître la performance du portefeuille obligataire en utilisant des techniques non conventionnelles.

Quelles techniques ?

« Un première pratique consiste à « shorter » les obligations. Il s’agit de vendre à découvert des obligations en tablant sur une hausse des taux d’intérêt. Lorsque les taux remontent, le gestionnaire peut racheter les titres à un prix moindre », note Pascal Gilbert. Le gestionnaire réalise alors un bénéficie sur la différence entre son prix de vente et son prix d’achat. Au départ, il ne détient pas les titres, il les emprunte et les rachète à un prix moins élevé. Cette pratique est évidemment un pari sur la remontée des taux d’intérêt et donc un pari sur la baisse de la valeur des titres. Mais si les taux baissent, le gestionnaire réalise une perte puisqu’il doit racheter les titres à un prix plus élevé. Certains gestionnaires combinent des stratégies long et short en portefeuille.

Une autre façon de gérer un portefeuille obligataire de façon alternative est de miser sur les devises. « En général, lorsque les gestionnaires investissent en obligations libellées dans d’autres devises que l’euro, ils couvrent le risque de change. De cette façon, ils se concentrent sur le risque de taux. Dans les placements qualifiés l’alternatifs, on peut prendre ce risque de change pour essayer d’accroître la rentabilité du portefeuille », ajoute Pascal Gilbert.

D’autres instruments obligataires sont également qualifiés d’alternatifs. Il s’agit des obligations indexées. Dans cette catégorie, on retrouve notamment les obligations liées à l’inflation ou encore les titres indexés sur l’Euribor, par exemple.

Pourquoi ces stratégies ?

Ces stratégies alternatives en obligations permettent de pouvoir bénéficier de toutes les situations de marché. Si les taux d’intérêt remontent, si l’inflation repart à la hausse, si le cours d’une devise augmente, la rentabilité du placement obligataire peut alors augmenter. On retrouve dans cette catégorie de placements les fonds obligataires à performance absolue. Ces fonds visent à dégager une performance positive quelle que soit la situation du marché. Ils utilisent des produits dérivés dont des futures, des swaps de taux ou des CDS, par exemple.

Ces stratégies alternatives permettent de prendre des positions gagnantes dans certaines situations de marché. L’investisseur doit cependant être conscient que, dans ce type de stratégies, le gestionnaire prend des paris et qu’il peut se tromper. Les placements alternatifs obligataires ont donc leur place dans les portefeuilles mais dans le cadre d’une diversification.

Cet article vous a intéressé ? Consultez aussi sur MoneyStore :

Qu’est-ce que les placements alternatifs ?

Comment investir en obligations ?

Obligations : quelle allocation d’actifs faut-il privilégier ?

Qu’est ce que les obligations subordonnées ? Comment y investir ?


Pour en savoir plus sur ce sujet et sur le monde financier et économique, abonnez-vous gratuitement à la newsletter hebdomadaire ici
Nous n’avons que des produits de courrier électronique concernant la newsletter, des flashs actu ou l’invitation à des événements que nous organisons. C’est pour recevoir ce type d’informations que les lecteurs s’inscrivent. Nous ne recueillons et ne traitons que vos adresses électroniques. Veuillez noter qu’en vertu de GDPR, vous aurez le droit de nous demander à tout moment de recevoir une copie de vos données personnelles traitées, de demander la suppression de vos données personnelles. Nos newsletters contiennent un lien pour mettre fin à votre abonnement immédiatement ou le modifier.

Ce contenu a été publié dans La finance en questions, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *