Les titres liés à l’assurance : De quoi s’agit-il ? Comment cela fonctionne ?

@Pexels

Par Beat Holliger, spécialiste ILS chez Schroders

Les conditions de marché difficiles pour les classes d’actifs traditionnelles entraînent une demande accrue de placements moins corrélés, comme les titres liés à l’assurance (« insurance linked securities » – ILS).  De quoi s’agit-il et comment est-ce que cela fonctionne ? 

Définition

Comme leur nom l’indique, les « insurance linked securities » sont des titres liés à des assurances. Le rendement est déterminé par des événements naturels plutôt qu’économiques. Cela signifie qu’ils ne sont donc pas corrélés aux classes d’actifs traditionnelles, dont le rendement dépend davantage de la conjoncture économique, des résultats des entreprises ou des risques géopolitiques. La valeur totale du marché des ILS est estimée à environ 103 milliards de dollars américains.

Catastrophes et autres malheurs

Un tiers du secteur des ILS se compose d’obligations catastrophes (« catastrophe bonds » ou CAT bonds). Les CAT bonds sont librement négociables et ont normalement une maturité de trois à cinq ans. La plupart des chiffres sont disponibles pour ce segment.

Les deux autres tiers du marché des ILS se composent de contrats privés non négociables, ayant une maturité de 12 mois en général. Ce marché permet aux investisseurs d’avoir accès à une variété de risques d’assurance, tels que les risques liés au transport maritime et aérien et des assurances spécialisées. Comme ils ne sont pas négociables, les placements dans ce segment du marché des ILS offrent une « prime d’illiquidité » supplémentaire.

En quoi les ILS se distinguent-ils des obligations émises par les sociétés ou les États ?

  1. Risque crédits

Les ILS sont en fait un moyen utilisé par les entreprises pour se couvrir contre les risques résultant d’un événement. L’investisseur en ILS touche des intérêts prélevés sur la prime d’assurance plus un rendement du marché monétaire. Cela signifie que le rendement est principalement déterminé par le risque d’assurance pris en charge.

Contrairement aux obligations émises par les sociétés ou les États, les ILS ne sont pas directement exposés au risque de crédit de l’émetteur. Cette caractéristique est due à la structure spécifique des ILS qui convertissent un risque d’assurance en instrument d’investissement.

Dans le cas peu probable d’un défaut de l’émetteur d’un ILS (qui ne paierait par exemple pas la prime de risque convenue), le capital nominal n’en serait pas affecté. L’ILS cesserait d’exister et la garantie sur le compte fiduciaire distinct serait remboursée aux investisseurs. En revanche, ce qui pourrait conduire à la perte du capital nominal, c’est bien entendu la survenance de l’« événement assuré ». Si l’ouragan, l’inondation ou le tremblement de terre contre lequel l’acheteur de la protection s’est couvert survient, le capital investi est sollicité. Il ne s’agit cependant pas d’un risque de crédit, mais du risque d’assurance inhérent à l’instrument. C’est aussi une raison majeure expliquant l’absence de corrélation avec les marchés traditionnels.

2. Duration

La duration (sensibilité aux variations des taux d’intérêt) des instruments ILS est généralement négligeable. Les ILS sont en théorie des instruments à taux variable, étant donné qu’une partie de l’intérêt du coupon payé est basée sur le rendement du marché monétaire. Le coupon est ajusté mensuellement, ce qui signifie que les modifications de la politique monétaire ont peu d’effet sur la valeur de l’instrument.

Où trouve-t-on des ILS à l’heure actuelle ?

Une opportunité de placement raisonnablement valorisée dans le secteur des ILS est un placement qui offre une rémunération suffisante pour le risque d’assurance inhérent que les investisseurs prennent en charge. Pour ce faire, il faut avoir une idée des dommages modélisés par rapport au rendement potentiel.

2017 et 2018 ont été des années où les pertes assurées ont atteint des montants élevés (respectivement 140 milliards de dollars et 80 milliards de dollars au niveau mondial). Par l’effet combiné des catastrophes naturelles survenues durant ces années, les prix sont devenus plus intéressants en 2019. Les primes ayant été ajustées pour améliorer l’indemnisation, en particulier pour les contrats touchés par les sinistres, les spreads atteignent aujourd’hui leur plus haut niveau en six ans.

Lire aussi What are insurance-linked securities and how do they work ? de Beat Holliger, Head of Product Management, ILS, chez Schroders.

Consultez aussi sur MoneyStore le corner Placements

et l’article sur MoneyStore  » Qu’est-ce qu’une obligation catastrophe ? »

 


Pour en savoir plus sur ce sujet et sur le monde financier et économique, abonnez-vous gratuitement à la newsletter hebdomadaire ici
Nous n’avons que des produits de courrier électronique concernant la newsletter, des flashs actu ou l’invitation à des événements que nous organisons. C’est pour recevoir ce type d’informations que les lecteurs s’inscrivent. Nous ne recueillons et ne traitons que vos adresses électroniques. Veuillez noter qu’en vertu de GDPR, vous aurez le droit de nous demander à tout moment de recevoir une copie de vos données personnelles traitées, de demander la suppression de vos données personnelles. Nos newsletters contiennent un lien pour mettre fin à votre abonnement immédiatement ou le modifier.

Ce contenu a été publié dans La finance en questions, Produits de placement et d'assurance, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *