Cinq éléments à prendre en compte si l’on investit en obligations

@Pexels

Pour bien investir en obligations, il convient d’être attentif à certains facteurs spécifiques à ce type de placement. Le point avec Alex Goldwasser, Gérant-Associé chez Goldwasser Exchange.

  • Le risque crédit.

Dans les périodes de taux d’intérêt au plancher, la tentation est grande de prendre plus de risque. En obligations, cela se traduit par des positions en obligations high yield, qui signifie haut rendement. Or, ces obligations peuvent présenter un danger, surtout dans les périodes de ralentissement économique. Dans ce contexte, les entreprises avec un haut taux d’endettement et qui offrent des rendements élevés en obligations risquent de souffrir. La prise de risque doit donc s’adapter en fonction de l’environnement économique. En période d’expansion économique, une plus grande prise de risque peut se justifier. Mais dans des cycles de ralentissement économique, la prudence s’impose.

  • Diversification du portefeuille

Il faut éviter d’avoir un portefeuille obligataire trop concentré et surtout de « tomber amoureux » d’une obligation. Pour éviter les trop fortes concentrations, on peut s’imposer une règle. Celle-ci consiste à ne pas investir plus de 5% sur un seul poste obligataire et donc, pour 100 investis en obligations il ne faut pas investir plus de 5 sur une seule ligne. On peut donc veiller à avoir au moins 20 postes dans le portefeuille obligataire. Cette diversification permet de limiter les risques en cas de défaut d’un des émetteurs.

  • L’impact des devises

L’investisseur obligataire doit également veiller à ne pas concentrer ses investissements uniquement en euro. De ce fait, une diversification de 20 à 30% du portefeuille en dollar semble indiquée. Cette position en dollar permet aussi d’accroître le rendement du portefeuille puisqu’actuellement les taux d’intérêt dans cette devise sont plus intéressants.

  • La règle des intérêts courus

Dans un investissement obligataire, il vaut mieux privilégier les nouvelles émissions ou les obligations qui viennent de payer leur coupon. En effet, si l’on achète une obligation la veille du paiement du coupon, on paye le précompte mobilier d’une année (aujourd’hui de 30%) sur un coupon détenu sur un jour. Or, si l’on achète l’obligation à son émission, le précompte sera payé sur une détention d’une année.

  • La fiscalité

En Belgique, la fiscalité pénalise les revenus des placements mais pas (encore !) les plus-values. Dans ce cadre, il vaudra mieux privilégier les obligations qui cotent en-dessous du pair (quand c’est possible, bien sûr). Ces obligations seront remboursées au pair. Elles feront donc l’objet d’une plus-value non taxée. Il faut donc éviter d’acquérir des obligations qui cotent au-dessus du pair.

Cet article vous a intéressé ? Consultez aussi :

Comment se fait-il que les fonds obligataires puissent baisser ?

Comment investir en obligations gouvernementales ?

Les obligations, fraction de la dette des entreprises et des états

Cinq éléments à prendre en compte quand on investit en or

 


Pour en savoir plus sur ce sujet et sur le monde financier et économique, abonnez-vous gratuitement à la newsletter hebdomadaire ici
Nous n’avons que des produits de courrier électronique concernant la newsletter, des flashs actu ou l’invitation à des événements que nous organisons. C’est pour recevoir ce type d’informations que les lecteurs s’inscrivent. Nous ne recueillons et ne traitons que vos adresses électroniques. Veuillez noter qu’en vertu de GDPR, vous aurez le droit de nous demander à tout moment de recevoir une copie de vos données personnelles traitées, de demander la suppression de vos données personnelles. Nos newsletters contiennent un lien pour mettre fin à votre abonnement immédiatement ou le modifier.

Ce contenu a été publié dans Gérer et transmettre son patrimoine, La finance en questions, avec comme mot(s)-clé(s) , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *