Comment les femmes abordent-elles les placements ?

@Pexels

Selon une étude réalisée aux Etats-Unis par New York Life Insurance Company, les femmes sont encore sous-représentées dans le monde des placements. 

On assiste cependant à un tournant dans ce domaine et les femmes commencent à prendre davantage de décisions en matière financière.

Les femmes ne sont pas un groupe homogène

Comme le relève l’étude de New York Life Insurance Company, on peut distinguer quatre grandes catégories de femmes.

  1. Les femmes qui se retrouvent soudainement célibataires sont séparées, divorcées ou veuves au cours des cinq dernières années. Parmi celles-ci, 32 % se sentent favorisées par les conseillers financiers et 51 % ne peuvent plus travailler avec un conseiller.
  2. Les femmes mariées qui sont soutiens de famille, qui exercent une activité professionnelle et qui représentent la principale source de revenu du ménage. Une part de 44 % d’entre elles estime que les conseillers financiers traitent les femmes différemment.
  3. Les femmes mariées professionnelles et non professionnelles dont la contribution principale au ménage est généralement non financière. Dans cette catégorie, 32 % d’entre elles se sentent inconsciemment exclues dans les conversations avec les conseillers financiers.
  4. Parmi les femmes chefs de famille monoparentale, professionnelles et non professionnelles, définies comme vivant seules ou en famille monoparentale, 27 % ont exprimé le désir d’une meilleure éducation financière.

Comportements d’investissement

Les femmes sont, en général, plus prudentes dans la façon dont elles abordent les placements.

Selon un rapport du Crédit Suisse, le Global Wealth report 2018,  les femmes détiennent une part plus importante de leurs avoirs sous forme non financière. Elles hésitent à prendre des risques. Les femmes américaines et européennes investissent moins que leurs homologues masculins dans des produits risqués comme les actions ou les fonds de placement. Elles destinent davantage leurs économies à une aide pour leurs enfants. Une tendance que l’on retrouve moins chez les hommes.

En général, les femmes ont moins de connaissance en matière de placements et sont moins confiantes quand elles investissent. En fait, il apparaît que les femmes américaines épargnent plus que les hommes mais investissent moins. La littérature et la presse financières les intéressent moins. Selon l’étude de New York Life Insurance Company, 40% des femmes américaines sondées ont le sentiment d’être traitées différemment que les hommes par leur conseiller patrimonial. 36% d’entre elles estiment qu’elles sont considérées avec condescendance.

Le monde de la finance reflète donc encore une image très masculine qui ne répond pas toujours aux attentes plus spécifiques d’un certain public féminin.

Cet article vous a intéressé ? Consultez aussi :

Femmes et finance : un rapport très complexe

Secteur financier : mais où sont les femmes ?

Les femmes championnes de la microfinance

 


Pour en savoir plus sur ce sujet et sur le monde financier et économique, abonnez-vous gratuitement à la newsletter hebdomadaire ici
Nous n’avons que des produits de courrier électronique concernant la newsletter, des flashs actu ou l’invitation à des événements que nous organisons. C’est pour recevoir ce type d’informations que les lecteurs s’inscrivent. Nous ne recueillons et ne traitons que vos adresses électroniques. Veuillez noter qu’en vertu de GDPR, vous aurez le droit de nous demander à tout moment de recevoir une copie de vos données personnelles traitées, de demander la suppression de vos données personnelles. Nos newsletters contiennent un lien pour mettre fin à votre abonnement immédiatement ou le modifier.

Ce contenu a été publié dans Actualité, La finance au féminin, avec comme mot(s)-clé(s) , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *