Comment investir en obligations ?

@pexels

Pour rappel, une obligation est un titre qui représente une partie d’une dette à long terme d’un Etat ou d’une entreprise. Le détenteur d’une obligation détient donc une créance sur l’émetteur. L’obligation a une durée définie (une échéance) et affiche un taux d’intérêt qui est payé sous forme de coupon.

Il y a deux façons d’aborder les obligations en portefeuille :

  • soit en direct en achetant une ou plusieurs obligations,
  • soit via un fonds obligataire qui investit dans un panier d’obligations.

Lorsqu’on achète une obligation individuelle, on recherche essentiellement un rendement à travers le coupon. Dans ce cas, on sait que l’on revendra l’obligation à son échéance et le risque principal est le risque de défaut de l’émetteur. On peut également la revendre durant sa durée de vie sur le marché secondaire.

Si l’on a décidé d’acquérir des parts d’un fonds obligataire, il s’agit alors d’investir dans une gestion de portefeuille, avec une stratégie et un panier d’obligations diversifié. Au-delà du coupon, on peut alors tabler aussi sur la valeur des obligations en portefeuille en fonction de l’évolution des taux d’intérêt. En effet, si les taux d’intérêt baissent, la valeur des obligations en portefeuille augmentera. En revanche, si les taux d’intérêt augmentent, la valeur des obligations en portefeuille diminuera et le fonds affichera alors une valeur nette d’inventaire plus faible. Contrairement aux obligations individuelles, le fond n’affiche pas de date de remboursement puisqu’il est composé de diverses émissions avec des échéances différentes. On ne peut donc pas prévoir de date pour récupérer son investissement à la valeur faciale. On ne peut pas non plus prévoir le planning de paiement des coupons puisque les émissions en portefeuille ont des échéanciers de coupons différents. On ne dispose donc pas d’une bonne prévisibilité. Cependant, ce type de fonds offre l’avantage de pouvoir bénéficier d’une bonne diversification avec une somme investie qui peut être relativement faible et il peut être facilement revendu à tout moment à sa valeur nette d’inventaire.

Lorsque l’on investit dans une ou plusieurs obligations individuelles différentes, on en connaît la date d’échéance, le montant et les dates de paiement des coupons. Dans ce cas, il faut veiller à diversifier soi-même son portefeuille obligataire. On estime que, pour avoir un portefeuille suffisamment diversifié, il faut détenir une vingtaine de lignes en évitant de dépasser une exposition supérieure à 5 ou 6% par titre. Cependant, dans le cas de certaines émissions européennes, les montants par coupure peuvent atteindre 100.000 euros. En général, il est plus facile de trouver des plus petites coupures dans les autres devises que l’euro. Attention, si l’investissement se fait dans une autre devise, l’investisseur court le risque de volatilité du cours de change.

Dans un investissement obligataire, il faut tenir compte du risque de défaut appelé aussi risque de crédit, du risque de taux, du risque de change et, dans certains pays (comme la Belgique), de l’impact fiscal. En effet, les coupons sont taxés à 30%. Ce n’est pas le rendement net de l’obligation qui est taxé mais son coupon annuel. D’un point de vue fiscal, en Belgique, il vaut mieux acquérir une obligation lors de son émission (marché primaire), ou des émissions sur le marché secondaire mais qui viennent tout juste de payer leurs coupons. Il vaut mieux aussi acquérir les obligations en-dessous du pair (car seuls les intérêts sont taxés).

Attention : sous le vocable « obligations » se cachent aussi des produits plus complexes dont le risque est plus élevé que les obligations classiques.

Consultez à ce sujet les articles suivants sur MoneyStore :

Qu’est-ce qu’une obligation subordonnée ?

Qu’est-ce que les obligations à haut rendement ?

Qu’est-ce qu’une obligation convertible ?

Qu’est-ce qu’une obligation reverse convertible ?

Qu’est-ce qu’une obligation hybride ?

Qu’est-ce qu’une structured note ?

Qu’est-ce qu’une obligation catastrophe ?

Qu’est-ce que les co-co bonds ?

Qu’est-ce qu’une obligation perpétuelle ?

Comment analyser la liquidité d’un placement obligataire ?


Pour en savoir plus sur ce sujet et sur le monde financier et économique, abonnez-vous gratuitement à la newsletter hebdomadaire ici
Nous n’avons que des produits de courrier électronique concernant la newsletter, des flashs actu ou l’invitation à des événements que nous organisons. C’est pour recevoir ce type d’informations que les lecteurs s’inscrivent. Nous ne recueillons et ne traitons que vos adresses électroniques. Veuillez noter qu’en vertu de GDPR, vous aurez le droit de nous demander à tout moment de recevoir une copie de vos données personnelles traitées, de demander la suppression de vos données personnelles. Nos newsletters contiennent un lien pour mettre fin à votre abonnement immédiatement ou le modifier.

Ce contenu a été publié dans Comment ?, Produits de placement, Questions d'argent, avec comme mot(s)-clé(s) , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *