J.P. Morgan : Un nom, une banque, une histoire

Le 1eravril dernier, quelques représentantes du Cercle Femmes & Finance étaient les invitées de la maison J.P. Morgan dans les prestigieux locaux de l’hôtel particulier de cette banque, Place Vendôme à Paris. A cette occasion, Annabelle Azoulay, Directrice de la banque privée, a retracé l’histoire de cette société vieille de 220 ans avant de présenter les activités de ce groupe à travers le monde.

Des chemins de fer…

Nous sommes aux Etats-Unis, à la fin du XIXème siècle. A cette époque, le paysage financier américain se composait d’un grand nombre de petites institutions qui émettaient chacune leurs propres lettres de dépôt. John Pierpont Morgan, banquier dont la famille s’est installée au 17èmesiècle aux Etats Unis en provenance du pays de Galles , s’associe avec Anthony Drexel banquier de Philadelphie pour former  Drexel, Morgan & Co en 1871. Ce nom deviendra J.P. Morgan & Co dans les années 1890 à la mort de Drexel. «John Pierpont Morgan a eu l’intelligence de financer la construction du chemin de fer aux Etats-Unis. Ce financement a constitué le cœur de son activité durant de longues années. On estime ainsi que sa banque aurait financé près d’un quart de la construction des chemins de fer aux Etats-Unis. Ensuite, les sociétés qui intègreront le groupe J.P. Morgan participent au financement de quelques grands projets notoires comme le Brooklyn Bridge, le socle de la statue de la liberté ou encore le Canal de Panama », explique Annabelle Azoulay.

Dès que Morgan s’associe avec Drexel en 1871, il devient partenaire de sociétés basées à Philadelphie, New York et Paris. Il travaille également avec son père Junius Morgan à Londres via J.S. Morgan & Co. Ce banquier visionnaire consolide son conglomérat en intégrant quatre nouvelles institutions financières américaines et internationales. Il assure ainsi une présence de son groupe à New-York, Philadelphie, Londres et Paris. A Paris, il s’associe avec l’établissement créé par Anthony Drexel près de la Place Vendôme.

… au financement de l’effort de guerre

En 1870, la guerre franco-prussienne éclate. Le siège de la banque J.S. Morgan & Co à Londres (dirigé par Junius Morgan) décide alors d’aider le gouvernement français en finançant l’effort de guerre à concurrence de 250 millions de francs. Dès ce moment, un lien fort s’établit entre ces banquiers et l’Etat français. Ce lien sera encore étayé en 1915 lorsque J.P. Morgan accorde un financement de 500 millions de dollars pour aider la Grande-Bretagne et la France dans leur effort de guerre des alliés.

En 1916, l’opportunité de racheter l’hôtel particulier sis au numéro 14 de la Place Vendôme à Paris se présente. « La légende dit que cet hôtel a été offert par l’Etat français à la banque en remerciement du soutien qu’elle a prodigué dans l’effort de guerre », précise Annabelle Azoulay.

Présence internationale

La banque s’installe en Belgique en 1919. Aujourd’hui, les activités de la banque se répartissent en plusieurs pôles : la banque de détail, la banque d’affaires et les opérations de marché, l’asset management et la gestion privée et l’activité de banque commerciale. Le groupe emploie 250.000 personnes à travers le monde. La banque n’est plus détenue par la famille Morgan. Elle est cotée en bourse et a une capitalisation boursière de 329 milliards de dollars. Les activités de banque de détail ne sont exercées qu’aux Etats-Unis sous la marque « Chase » et représentent 47% des revenus du groupe. « D’autre part, la banque d’investissement qui s’occupe notamment, des fusions et acquisitions, génère 33% des revenus. La gestion d’actifs (asset management et banque privée) représente 12% des revenus et les activités de banque commerciale représentent 8% des revenus ».

Et enjeux sociétaux

Mais J.P. Morgan n’est pas qu’une banque ! Elle est aussi, en marge des activités financières, l’initiatrice d’une collection d’art constituée de près de 30.000 pièces d’art moderne et contemporain. J.P. Morgan a également œuvré à la mise en place d’une fondation qui bénéficie d’un budget de 250 millions de dollars par an pour financer des projets en faveur de la réinsertion professionnelle, de l’emploi des jeunes  et des quartiers défavorisés dans les pays où elle est active. Dans ce cadre, 56.000 employés du groupe à travers le monde consacrent une part de leur temps via du bénévolat pour faire avancer des projets à caractère social.

A travers les siècles, du financement des chemins de fer à la responsabilité sociétale, le groupe J.P. Morgan reste un nom illustre dans la finance tout en s’adaptant, au fil du temps, aux différents enjeux sociétaux propres à chaque époque.

Consultez aussi sur MoneyStore :

Quelles sont les plus grandes banques privées ?

Qu’est-ce qu’un banquier privé ?

Le corner Fenêtre sur le monde


Pour en savoir plus sur ce sujet et sur le monde financier et économique, abonnez-vous gratuitement à la newsletter hebdomadaire ici
Nous n’avons que des produits de courrier électronique concernant la newsletter, des flashs actu ou l’invitation à des événements que nous organisons. C’est pour recevoir ce type d’informations que les lecteurs s’inscrivent. Nous ne recueillons et ne traitons que vos adresses électroniques. Veuillez noter qu’en vertu de GDPR, vous aurez le droit de nous demander à tout moment de recevoir une copie de vos données personnelles traitées, de demander la suppression de vos données personnelles. Nos newsletters contiennent un lien pour mettre fin à votre abonnement immédiatement ou le modifier.

Ce contenu a été publié dans Divers, Formations et Events, avec comme mot(s)-clé(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *