Faut-il avoir peur des taux d’intérêt au plancher ?

@Pexels

En quoi des taux d’intérêt très bas, nuls voire même négatifs en termes réels représentent-ils un danger ? Une telle situation présente-t-elle aussi des opportunités ? La situation est plus nuancée qu’il n’y paraît.

Des aspects positifs

« Les taux d’intérêts faibles sont une opportunité pour les Etats qui peuvent ainsi se financer à des coûts moindres. Les Etats empruntent à des conditions avantageuses, ce qui provoque une diminution du coût de leur dette. Cependant, cet avantage doit être corrigé par l’impact de la hausse de l’endettement public ces dernières années. On a ainsi vu une forte augmentation de la dette américaine, par exemple. Il faut donc regarder le gain net que procure la baisse des taux. Le poids de la charge de la dette publique sur les budgets des Etats n’a pas nécessairement baissé», note Bernard Keppenne, Chief economist chez CBC Banque et Assurance.

Dans une situation de taux faibles, les entreprises peuvent aussi s’endetter à un coût moindre et engager ainsi des programmes de recherche & développement. Elles ont également la possibilité d’acquérir d’autres sociétés avec un endettement qui leur coûte moins cher. Les ménages peuvent, quant à eux, s’endetter à moindres frais pour acquérir un bien immobilier.

Mais aussi des risques

Ce qui est beaucoup plus dangereux que la baisse des taux c’est l’inversion de la courbe des taux. Dans cette situation, les taux d’intérêt à 10 ans sont inférieurs aux taux à 3 mois. « C’est en effet considéré comme un signal qui annonce une récession », prévient Bernard Keppenne. Cette configuration pénalise aussi les épargnants et les rentiers.

La faiblesse des taux d’intérêt est également une plaie pour les banquiers et les compagnies d’assurance. Si l’affaiblissement des taux est propice aux entreprises qui s’endettent, il peut aussi être un danger pour l’économie. « On pense ici à l’impact que pourrait avoir une hausse des taux d’intérêt sur les entreprises trop endettées. Par ailleurs, cette situation qui favorise l’endettement maintient en vie des entreprises qualifiées de zombies. Ces entreprises ne survivent qu’en raison de la faiblesse des taux. Elles sont aussi un frein à l’innovation. Nous en rencontrons beaucoup en Belgique et en Espagne, par exemple », ajoute cet économiste.

Du côté des ménages, le fait de pouvoir emprunter davantage grâce à des conditions de prêts plus avantageuses risque de provoquer une bulle immobilière. « La BCE et la BNB se sont d’ailleurs inquiétées à ce sujet. Elles ont fixé de nouvelles normes pour l’octroi des crédits. Elles exigent une mise de fonds propres plus importante lors de l’acquisition d’un bien immobilier ».

A noter encore que les derniers chiffres aux Etats-Unis montrent une baisse du taux d’épargne des ménages. Les rendements bas incitent moins les ménages à épargner. Cependant, la croissance américaine se maintient. « Le consommateur américain conserve par ailleurs un excellent moral, soutenu par la fermeté du marché du travail et par le sentiment que le gouvernement américain ne le laissera pas tomber. Les dépenses publiques américaines sont en pleine croissance et les réformes fiscales de Donald Trump, plutôt généreuses jusqu’ici, n’ont guère de raison de fléchir avant les élections de novembre 2020. Comme les dépenses des ménages représentent plus de 65% du PIB et les dépenses publiques environ 35%, voilà qui explique la bonne tenue des chiffres de croissance, du moins jusqu’ici », épingle Sylviane Delcuve, senior economist chez BNP Paribas Fortis. 

Le niveau très bas des taux d’intérêt engendre cependant une fuite des capitaux dans certaines régions du monde. De ce fait, certains pays enregistrent un déficit d’investissement.

La faiblesse des taux d’intérêt présente donc des opportunités pour certains mais aussi de réels dangers pour l’économie.

Pour en savoir plus, consultez aussi :

Pourquoi les taux d’intérêt sont-ils si faibles ?

Qu’est-ce que la courbe des taux d’intérêt ?

Qu’est-ce que les entreprises zombies ? Quels dangers en portefeuille ?


Pour en savoir plus sur ce sujet et sur le monde financier et économique, abonnez-vous gratuitement à la newsletter hebdomadaire ici
Nous n’avons que des produits de courrier électronique concernant la newsletter, des flashs actu ou l’invitation à des événements que nous organisons. C’est pour recevoir ce type d’informations que les lecteurs s’inscrivent. Nous ne recueillons et ne traitons que vos adresses électroniques. Veuillez noter qu’en vertu de GDPR, vous aurez le droit de nous demander à tout moment de recevoir une copie de vos données personnelles traitées, de demander la suppression de vos données personnelles. Nos newsletters contiennent un lien pour mettre fin à votre abonnement immédiatement ou le modifier.

Ce contenu a été publié dans Actualité, Réflexions économiques, avec comme mot(s)-clé(s) , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *