Davantage de Tanguy et de personnes âgées seules en Belgique

@Pexels

Par l’Institut pour un Développement Durable

Le Bureau fédéral du Plan vient de publier les Perspectives démographiques 2016-2060. Des données complémentaires – non publiées mais disponibles auprès du Bureau du Plan – permettent d’actualiser les évolutions de certains indicateurs socio-démographiques dont le nombre de Tanguy et le nombre de personnes âgées seules.

  1. Les Tanguy

C’est à juste titre que le phénomène des Tanguy attire l’attention. Pour les parents concernés,

l’allongement des études et/ou de la durée de présence des jeunes au domicile familial après les études (parfois, d’ailleurs, après une première expérience d’autonomie) peut être source de difficultés ou de tensions.

En absolu, le nombre de Tanguy (définis ici comme les 18-34 ans encore à domicile) a baissé de 1991 jusqu’en 2004 pour remonter de manière régulière depuis lors et atteindre quasiment le million de jeunes (voir graphique page suivante). On constate que la hausse entre 2015 et 2016 est significativement plus élevée qu’au cours des années précédentes (est-ce l’effet des mesures en matière d’allocations d’insertion ?).

Le tableau de la page suivante donne la répartition du nombre de Tanguy par région, pour 1991, 2016 et l’année où ce nombre est à son minimum entre ces deux dates.

NB : Le creux n’est pas atteint exactement en même temps dans les trois régions.

Le profil d’évolution du nombre de Tanguy est la résultante d’une baisse du nombre de jeunes de 18-34 ans jusqu’en 2005 puis d’une remontée par après et d’une croissance régulière du pourcentage de jeunes restant à domicile (à Bruxelles ce pourcentage baisse jusqu’en 2006).

Deux observations encore :

 les hommes sont proportionnellement plus nombreux chez les Tanguy mais leur part a baissé pour descendre d’environ 59% en 1991 à un peu moins de 56% en 2016 ; les pourcentages sont très proches d’une région à l’autre ;

 de plus en plus de Tanguy sont des enfants de familles monoparentales (voir tableau suivant) ; les différences entre régions sont importantes.

 

  1. Les personnes très âgées seules

Les trois régions s’inquiètent de l’évolution des dépenses liées aux aides à apporter aux personnes âgées. L’assurance-autonomie est sous tension en Flandre et, en Wallonie, on s’inquiète d’un possible dérapage budgétaire.

Parmi les personnes âgées, on peut penser que les personnes seules sont (potentiellement) plus vulnérables que d’autres.

On constate que, depuis 2000, le nombre de personnes seules de 80 ans et plus est orienté à la hausse dans les trois régions ; la hausse est particulièrement marquée en Flandre, plus modeste à Bruxelles.

Mais les évolutions à venir – sur base des perspectives du Bureau fédéral du Plan – seront plus différenciées encore d’une région à l’autre :

  •  poursuite de la hausse en Flandre
  •  (quasi) stabilisation en Wallonie
  •  recul à Bruxelles.

Sources des données :

Résumé de la Brève de l’IDD n°10 (03.04.17)

Banque Carrefour de la Sécurité Sociale et Bureau fédéral du Plan

Calculs et estimations : IDD

 Lire aussi :

Le taux de pauvreté sous-estime les difficultés économiques des Belges

Pourquoi les économistes ne sont-ils pas infaillibles ?

La bienveillance comme ingrédient du management

 


Pour en savoir plus sur ce sujet et sur le monde financier et économique, abonnez-vous gratuitement à la newsletter hebdomadaire ici
Nous n’avons que des produits de courrier électronique concernant la newsletter, des flashs actu ou l’invitation à des événements que nous organisons. C’est pour recevoir ce type d’informations que les lecteurs s’inscrivent. Nous ne recueillons et ne traitons que vos adresses électroniques. Veuillez noter qu’en vertu de GDPR, vous aurez le droit de nous demander à tout moment de recevoir une copie de vos données personnelles traitées, de demander la suppression de vos données personnelles. Nos newsletters contiennent un lien pour mettre fin à votre abonnement immédiatement ou le modifier.