Assurances-décès solde restant dû : pas toujours bonnes à prendre !

@Pexels

La FSMA vient de publier les résultats d’une enquête qu’elle a réalisée sur les assurances solde restant dû que l’on propose aux emprunteurs dans le cas des crédits à la consommation. Il ne s’agit ici que des crédits à la consommation et pas des crédits hypothécaires. Sont donc visés, par exemple, les crédits pour l’achat d’une voiture ou d’un bien meuble comme des appareils électroniques ou des électroménagers. Ces crédits ont une durée courte et le montant n’est souvent pas excessif. « Une assurance de solde restant dû est donc surtout utile pour les personnes qui courent un risque élevé de décès à court terme. Il ressort d’une analyse du nombre de sinistres survenus au cours de la période 2011-2015 que les assureurs n’ont versé une indemnisation que dans 0,24 % des contrats en cours », souligne la FSMA.

Cette enquête est l’occasion de se pencher sur les bonnes questions à se poser lors de la souscription d’une assurance de ce type :

  • Le risque encouru vaut-il la peine d’être couvert ? Pour des petits montants, sur une courte période, ce type de couverture n’est sans doute pas adapté. En revanche, sur du long terme avec des montants importants, comme pour une maison, ce type d’assurance est plus indiqué et est d’ailleurs exigé en cas de prêt hypothécaire.
  • En cas de sinistre, suis-je capable de couvrir les frais ? Certains organismes proposent d’assurer la perte, le vol ou les dégâts occasionnés sur des appareils comme des téléphones ou des appareils photos. La question à se poser est de se demander si le sinistre vaut la peine d’être couvert. Ne serait-on pas capable de se repayer un tel appareil ? Le coût d’une prime sur une durée fixée courte ou longue pour un montant auquel on peut faire face en vaut-il vraiment la peine ?
  • Quelle est la probabilité que le sinistre survienne ? On le voit dans l’enquête menée par la FSMA, ce type d’assurance ne vaut que pour les personnes qui ont une forte probabilité de décès à court terme.
  • Quels sont les frais d’une telle assurance ? Quand vous cumulez la ou les primes par rapport au prix du bien acheté, ce coût en vaut-il vraiment la peine sachant que si le sinistre ne se produit pas, l’argent est, quant à lui, bel et bien parti ?

Il ne faut donc pas trop écouter ses peurs quand on effectue ce type d’achats. Souvent, le risque est minime et le montant auquel on devrait faire face en cas de remplacement ou de paiement du prêt est souvent acceptable sans que cela justifie que l’on s’en protège par une assurance.

Par ailleurs, la FSMA attire l’attention sur le manque de transparence des commissions. « Les premiers constats de l’enquête permettent également d’affirmer que le montant des commissions fait rarement l’objet d’une communication claire. Les rémunérations élevées peuvent en outre amener les vendeurs de ces assurances – qui, dans bon nombre de cas, agissent également comme vendeurs du crédit à la consommation – à ne pas suffisamment placer l’intérêt des clients au centre des préoccupations. Dans le cadre de son enquête, la FSMA examine non seulement la clarté des conditions générales et la transparence de la structure des frais, mais s’assure également de la qualité et de la transparence des publicités. Cette deuxième partie de l’enquête n’est pas encore clôturée ; ses résultats seront communiqués ultérieurement. La FSMA a décidé de ne pas attendre les résultats complets de l’enquête pour attirer l’attention des consommateurs sur le fait que ces produits sont chers pour la couverture qu’ils offrent. Elle conseille aux personnes contractant un crédit à la consommation de se demander si elles ont réellement besoin d’une telle assurance de solde restant dû ». Affaire à suivre donc…

Lire aussi :

Pensez à la protection de votre conjoint !

Quel sort pour les pensions et les compagnies d’assurance dans un environnement de taux bas ?

Combinaison donation mobilière et assurance-vie : un duo gagnant

 


Pour en savoir plus sur ce sujet et sur le monde financier et économique, abonnez-vous gratuitement à la newsletter hebdomadaire ici
Nous n’avons que des produits de courrier électronique concernant la newsletter, des flashs actu ou l’invitation à des événements que nous organisons. C’est pour recevoir ce type d’informations que les lecteurs s’inscrivent. Nous ne recueillons et ne traitons que vos adresses électroniques. Veuillez noter qu’en vertu de GDPR, vous aurez le droit de nous demander à tout moment de recevoir une copie de vos données personnelles traitées, de demander la suppression de vos données personnelles. Nos newsletters contiennent un lien pour mettre fin à votre abonnement immédiatement ou le modifier.

Ce contenu a été publié dans Produits de placement et d'assurance, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.