Pension et soins de santé : mieux communiquer sur ces avantages extra-légaux

@Pexels

Par AG Insurance

Les avantages extralégaux liés aux assurances tels que l’assurance de groupe ou l’assurance hospitalisation sont désormais monnaie courante sur le marché du travail en Belgique. Cependant, les employeurs estiment qu’il existe encore de nombreuses opportunités pour renforcer la connaissance et la popularité des avantages extralégaux auprès des travailleurs, et ce, en améliorant la communication. Les employeurs souhaitent également apporter davantage de flexibilité au niveau du contenu de ces avantages extralégaux à l’avenir. En comparaison avec leurs collaborateurs, les employeurs ont en revanche tendance à sous-estimer l’importance de la digitalisation de la communication. Voilà quelques-unes des principales conclusions d’une étude menée par la Vlerick Business School et AG Insurance auprès de plus de 100 employeurs belges et plus de 1.200 salariés.

Renforcer le potentiel de l’assurance de groupe et de l’assurance hospitalisation en communiquant davantage et en communiquant mieux.

Jamais les salariés n’avaient encore pu compter sur un éventail d’avantages extralégaux aussi vaste qu’aujourd’hui. Pour autant, les employeurs affirment que leurs collaborateurs n’apprécient pas toujours ces avantages à leur juste valeur, ou ne sont pas en mesure de le faire. Ce constat s’explique notamment par un manque de moyens de communication au sein de l’entreprise et une méconnaissance de la part des travailleurs. Avec une voiture ou un smartphone de fonction, l’avantage est ‘tangible’ et directement perceptible, ce qui est loin d’être le cas pour les assurances hospitalisation ou de groupe. Les travailleurs le confirment : 1 personne sondée sur 4 ne peut affirmer avec certitude si elle possède ou non les 5 avantages complémentaires énumérés. De plus, la moitié des travailleurs sondés ignorent ce que couvre exactement leur assurance hospitalisation.

Pour de nombreux employeurs, la clé consiste donc à communiquer davantage et à mieux communiquer à propos de ces avantages. Près de trois quarts (73 %) des employeurs belges estiment que l’importance stratégique de la pension complémentaire et des soins de santé augmentera encore à l’avenir, notamment pour attirer les talents et les conserver. Près de neuf sondés sur dix (86 %) sont également d’avis que le personnel lui-même accordera davantage d’importance à ces deux avantages extralégaux.

Dans l’ensemble, les employeurs belges estiment qu’il est de leur responsabilité d’aider leurs collaborateurs à comprendre ce que recouvrent les avantages extralégaux, bien que plus de la moitié des sondés (56 %) reconnaissent que cet exercice nécessite des efforts significatifs. Dans cette optique, plus de six entreprises sur dix (63 %) comptent sur leurs propres moyens de communication, le plus souvent via les canaux traditionnels (par e-mail, par téléphone et oralement). Les entreprises ne semblent par ailleurs pas pleinement conscientes de l’importance croissante de la communication digitale : seul un entrepreneur sur deux (46 %) tient à participer activement à cette tendance. Ils sous-estiment donc l’importance de la communication digitale puisque 93 % des travailleurs sont demandeurs d’un lieu centralisé en ligne où ils pourraient consulter leurs avantages complémentaires.

L’étude montre également que les employeurs ne profitent pas assez des moments importants de la vie, comme le mariage, pour sensibiliser le personnel à la valeur des avantages extralégaux. En cas d’augmentation salariale ou de promotion également, seule une minorité d’entre eux (8,7 %) informent leurs employés de l’impact de ce changement sur le plan de pension ou l’assurance hospitalisation, comme la hausse de la cotisation de l’employeur.

Un package flexible

Au-delà de la communication, la flexibilité relative au contenu des solutions de pension complémentaire et de soins de santé offre également des opportunités aux employeurs belges. Les plans dits ‘cafeteria’ seront de plus en plus prisés à l’avenir, comme l’explique Xavier Baeten, professeur à la Vlerick Business School : « Actuellement, à peine deux employeurs sur dix permettent à leurs employés de faire des choix concernant un ou plusieurs avantages du package de pension complémentaire et de soins de santé, tandis que 68 % d’entre eux font part de leur volonté de le faire à l’avenir. Les employeurs souhaitent se profiler comme des ‘caring employers’ et à ce titre davantage impliquer leurs collaborateurs dans le contenu de leur package de rémunération, en leur laissant la possibilité de faire les choix qui répondent au mieux à leurs besoins individuels. »

Ces résultats sont par ailleurs conformes aux attentes des travailleurs : 3 travailleurs sur 4 aimeraient en effet pouvoir choisir eux-mêmes leurs avantages complémentaires.

Les travailleurs se font une idée relativement précise de leur pension légale, mais surestiment leur pension complémentaire

La viabilité financière des pensions est et reste aujourd’hui encore un sujet brûlant. Les auteurs de l’étude se sont donc également penchés sur les attentes des travailleurs concernant leur pension légale et complémentaire. De manière peut-être quelque peu surprenante, le montant que les travailleurs s’attendent à recevoir est relativement proche du montant de la pension légale qu’ils toucheront effectivement, ce qui n’est pas le cas de la pension complémentaire. En effet, les travailleurs surestiment systématiquement l’effort que leur employeur consent chaque année pour constituer le capital de pension complémentaire, ce qui risque donc de susciter des attentes irréalistes en matière de pension complémentaire. L’étude montre qu’il est donc conseillé de communiquer davantage et plus clairement sur cette thématique.

Lire aussi le corner Assurances

 


Pour en savoir plus sur ce sujet et sur le monde financier et économique, abonnez-vous gratuitement à la newsletter hebdomadaire ici
Nous n’avons que des produits de courrier électronique concernant la newsletter, des flashs actu ou l’invitation à des événements que nous organisons. C’est pour recevoir ce type d’informations que les lecteurs s’inscrivent. Nous ne recueillons et ne traitons que vos adresses électroniques. Veuillez noter qu’en vertu de GDPR, vous aurez le droit de nous demander à tout moment de recevoir une copie de vos données personnelles traitées, de demander la suppression de vos données personnelles. Nos newsletters contiennent un lien pour mettre fin à votre abonnement immédiatement ou le modifier.