Immigration : stop aux préjugés !

GetAttachment.aspxInvité par la Société Royale d’Economie Politique de Belgique, Frédéric Docquier, Chercheur au FNRS et professeur à l’UCL entend casser les préjugés qui règnent sur le sujet de l’immigration. Cela fait une quinzaine d’années qu’il se penche sur les effets économiques des migrations et qu’il les confronte aux perceptions qu’en a la population des natifs.

« En Europe, on considère traditionnellement l’immigration comme un problème. L’idée que l’on reçoit de nombreux immigrants peu qualifiés est largement répandue. De même, les personnes sondées lors d’enquêtes d’opinion estiment que l’immigration a un effet négatif sur l’emploi et sur les salaires. L’idée que l’immigration a un impact négatif sur la criminalité et sur le déficit budgétaire est aussi ancrée dans les mentalités. Il en résulte des pressions pour réguler l’immigration, la décourager ou encore pour sélectionner les migrants à l’entrée », note Frédéric Docquier.

Qu’en est-il réellement ?

Le sentiment que l’immigration a un effet négatif sur l’emploi et sur les salaires des natifs est largement répandu. « Or, on ne trouve pas d’effets négatifs de l’immigration sur l’emploi des natifs ni sur leur salaire moyen. Beaucoup de gens pensent aussi que l’immigration a un effet fiscal négatif. Or, il n’y a pas d’évidence que les migrants constituent un coût fiscal et la moyenne générale est positive », constate Frédéric Docquier.

Le sentiment général des populations des pays développés est négatif et l’immigration légale est souvent considérée comme étant néfaste pour l’économie dans son ensemble. Or, il s’avère que la taille du marché s’agrandit de même que la diversité, l’entrepreneuriat et l’innovation profitent généralement de l’immigration. « Les effets économiques nets de l’immigration sont vraisemblablement positifs », estime Frédéric Docquier.

Alors que les migrants sont généralement considérés comme étant sous-qualifiés, il s’avère que la majorité des migrants sont qualifiés et que ce sont les plus qualifiés qui quittent leur pays d’origine. L’immigration est vue globalement comme un problème alors qu’elle est un facteur qui permet de réduire la pauvreté dans le monde. Les envois de fonds des migrants dominent l’aide dans ces pays.  Globalement, il n’y a donc pas d’arguments économiques pour réduire l’immigration.

Et la criminalité ? La criminalité au sein des migrants n’est pas automatique, elle dépend essentiellement de la vague d’immigration et de l’intégration de la première génération qui affecte la deuxième génération (voir les problèmes dans les banlieues françaises). « Certaines études ont également montré la peur des natifs concernant la perte de la diversité culturelle, face par exemple, à l’Islam. On constate que, souvent, l’immigration diminue la confiance entre les peuples. Au niveau politique, l’immigration peut changer les intentions de vote à la fois des natifs (plus de repli sur soi) et des migrants qui vont influencer les choix », note Frédéric Docquier.

Par contre, un autre phénomène a un réel impact économique : c’est l’émigration. Le fait que des talents quittent un pays est un vrai problème économique et c’est là que devrait se concentrer les politiques migratoires. « Les émigrants sont toujours plus qualifiés et plus jeunes que les résidents. L’effet fiscal de ces départs est négatif et l’effet sur les salaires moyens des natifs est toujours négatif même si l’effet est faible sur leur emploi », estime Frédéric Docquier.  Ce chercheur regrette également que le monde politique ne se penche pas davantage sur les études qui sont réalisées par le monde académique avant de prendre des décisions en matière d’immigration.

PerceptionsRéalités économiques
L’immigration a un effet négatif sur l’emploi.On ne trouve pas d’effets négatifs sur l’emploi des natifs.
L’immigration a un effet négatif sur les salaires.On ne trouve pas d’effets négatifs sur le salaire moyen des natifs.
L’effet fiscal de l’immigration est négatif.Il n’y a pas d’évidence que les migrants constituent un coût fiscal et la moyenne générale est positive.
L’immigration légale est mauvaise pour l’économie.L’immigration augmente la taille des marchés, la diversité, l’entrepreneuriat, l’innovation. Les effets économiques nets sont vraisemblablement positifs.
Les migrants sont sous-qualifiés.La majorité des migrants sont qualifiés. Ce sont les plus qualifiés qui quittent leur pays d’origine.
L’immigration est un problème.L’immigration diminue la pauvreté dans le monde. Les envois de fonds des migrants dominent l’aide dans ces pays.
L’immigration entraine une hausse de la criminalité.La criminalité au sein des migrants dépend de la vague d’immigration et de l’intégration.
Il faut réduire l’immigration.Il n’y a pas d’argument économique pour réduire l’immigration.


Pour en savoir plus sur ce sujet et sur le monde financier et économique, abonnez-vous gratuitement à la newsletter hebdomadaire ici
Nous n’avons que des produits de courrier électronique concernant la newsletter, des flashs actu ou l’invitation à des événements que nous organisons. C’est pour recevoir ce type d’informations que les lecteurs s’inscrivent. Nous ne recueillons et ne traitons que vos adresses électroniques. Veuillez noter qu’en vertu de GDPR, vous aurez le droit de nous demander à tout moment de recevoir une copie de vos données personnelles traitées, de demander la suppression de vos données personnelles. Nos newsletters contiennent un lien pour mettre fin à votre abonnement immédiatement ou le modifier.