Entreprendre : aussi une affaire de femmes

par défaut 2014-06-14 à 14.16.55Par la Banque Degroof

La coopérative wallonne Credal a mis au point un programme pour aider les femmes en recherche d’emploi à créer leur propre entreprise. Ce programme baptisé « Affaires de Femmes, Femmes d’Affaires » existe depuis près de dix ans. Il donne d’excellents résultats en termes d’intégration professionnelle des femmes sans emploi et joue également un rôle de levier dans le développement de projets d’entreprises menés par des femmes au chômage. Aujourd’hui, ce programme vient d’être sélectionné dans le cadre du prix européen pour la promotion de l’esprit d’entreprendre (EEPA), organisé par la Commission européenne. Ce prix récompense les initiatives les plus originales et les plus réussies mises en place par des organismes publics et des partenariats public-privé européens afin de soutenir l’entrepreneuriat.

Premier stade

« L’objectif de ce programme est d’encourager les femmes qui ont un projet de création d’entreprise à créer leur propre emploi. Il s’agit surtout de très petites entreprises, essentiellement dans les secteurs du commerce de détail, de l’horeca ou des services aux entreprises ou aux personnes. Ces femmes sont généralement demandeuses d’emploi et ont un projet de création d’entreprise qui en est à son tout premier stade de développement », explique Marie Ledent, coordinatrice auprès de Credal Entreprendre.

Peut-on dire qu’il y a des différences entre l’entrepreneuriat masculin et féminin ? « A proprement parler, non. Cependant, on voit certaines différences liées au genre. Tant les hommes que les femmes marquent leur envie de créer leur entreprise. On constate toutefois que les femmes ont davantage de difficulté à concrétiser ce projet, tout comme le fait qu’il y a moins de femmes qui montent dans la hiérarchie des entreprises. Au-delà des étapes classiques, les femmes s’interrogent aussi sur l’incidence qu’aura leur projet sur leur vie familiale. Leur démarche est beaucoup plus globale », souligne Marie Ledent. Les femmes ont aussi une approche plus prudente : elles réalisent qu’elles engagent la responsabilité de leur famille. Elles prennent en compte toute la situation, l’ensemble des paramètres avant de s’engager dans un projet de ce type. Le profil de ces femmes : entre 30 et 50 ans, avec un diplôme de fin d’humanités et parfois un diplôme d’études supérieures. Certaines s’y lancent à défaut de ne pas trouver d’emploi, mais la majorité s’y consacre par volonté de lancer sa propre entreprise.

Programme trimestriel

Comment s’articule ce programme d’accompagnement ? Le concept proposé : partir de l’idée initiale du projet. Credal propose alors un programme de trois mois sur base de six sessions organisées dans plusieurs villes wallonnes. Ce programme se compose d’une quinzaine de journées d’ateliers durant lesquelles différents aspects sont passés en revue : quelle est la place du projet dans le marché ? Quelle forme de financement est envisagée ? Quelle forme juridique faut-il adopter ? Les femmes ont aussi l’occasion de présenter leur projet devant les autres participantes et sont coachées au préalable pour le présenter oralement. Elles bénéficient aussi d’entretiens plus personnalisés. Elles peuvent alors présenter leur business plan et avoir le feedback d’un conseiller. Elles doivent aussi préparer les ateliers à l’avance et bénéficient d’outils sur une plateforme d’accompagnement en ligne. Si elles valident leur projet, elles peuvent alors passer à la deuxième étape de l’accompagnement.

Valeurs sociétales

«Ce qui distingue aussi les personnes qui viennent chez nous, c’est que la majorité de leurs projets sont sous-tendus par des valeurs sociétales. Les femmes se soutiennent mutuellement et ont souvent des valeurs assez fortes », ajoute Marie Ledent. Parmi les projets qui ont vu le jour citons : Les Midinettes, un café couture à Bruxelles, Pimpinelle un concept store cuisine, Les contes de fèves, une chocolaterie mobile, Ekikrok qui fait la promotion de l’alimentation durable et équitable ou encore la maison d’hôtes Le 15 temps. Tous les renseignements pratiques pour participer à ces formations sont disponibles sur le site de Credal.

Lire aussi le coin des femmes

 

 


Pour en savoir plus sur ce sujet et sur le monde financier et économique, abonnez-vous gratuitement à la newsletter hebdomadaire ici
Nous n’avons que des produits de courrier électronique concernant la newsletter, des flashs actu ou l’invitation à des événements que nous organisons. C’est pour recevoir ce type d’informations que les lecteurs s’inscrivent. Nous ne recueillons et ne traitons que vos adresses électroniques. Veuillez noter qu’en vertu de GDPR, vous aurez le droit de nous demander à tout moment de recevoir une copie de vos données personnelles traitées, de demander la suppression de vos données personnelles. Nos newsletters contiennent un lien pour mettre fin à votre abonnement immédiatement ou le modifier.