Le mouton et le chameau

@Pexels

Par Par Igor de Maack, Gérant et porte-parole de la Gestion, DNCA Investments

Les comparaisons animalières constituent une source inépuisable d’inspiration. Depuis dix ans, le marché, comme la politique, s’est littéralement polarisé entre un certain type d’investisseurs (les moutons) et un autre (les chameaux). Ces deux animaux ont la particularité d’être des herbivores vivant dans des milieux naturels différents. Là où le mouton a besoin d’herbe grasse (argent facile et peu cher) et de ses congénères, le chameau, lui, est solitaire voire taiseux (pour ne pas dire désagréable) dans un environnement désertique dépourvu d’eau et d’aliments comestibles. Continuer la lecture sur Moneystore de « Le mouton et le chameau »

Perspectives des marchés obligataires : en quête d’inflation

@Pexels

Par Dominick DeAlto, Chief Investment Officer, Fixed Income chez BNP Paribas AM

En bref : Les évolutions les plus significatives de la politique monétaire en 2020 ont peu de chance de se matérialiser sous la forme de changements de taux directeurs. Au lieu de cela, de nombreux banquiers centraux vont se pencher sur les outils dont ils disposent – ou qu’ils doivent concevoir – pour gérer des économies endettées, une croissance modérée et une inflation insaisissable. 

Les Big Five pour 2020

@Pexels

Par Igor de Maack, Gérant et porte-parole de la Gestion, DNCA Investments

Dans la « savane » financière, les investisseurs ont aussi à surveiller et observer leur « Big Five », terme qu’on utilise, en paraphrasant Ernest Hemingway dans sa nouvelle « Les neiges du Kilimandjaro » pour désigner les cinq animaux les plus symboliques et majestueux d’Afrique (éléphant, buffle, rhinocéros, léopard et lion). Ces cinq « animaux » sont essentiels pour un investisseur afin de construire un portefeuille ou une allocation une fois que le scénario macro-économique aura été dessiné.

Continuer la lecture sur Moneystore de « Les Big Five pour 2020 »

Quelle différence entre la mission de la BCE et celle de la Fed ?

@pexels

Le rôle des Banques centrales est primordial dans nos économies. Quantitative easing, politique monétaire accommodante, hausses et baisses des taux d’intérêt sont autant de termes présents dans l’actualité. Mais quelles sont les finalités de ces politiques monétaires ? Quels buts poursuivent les banques centrales ?

Contrairement à ce que l’on pourrait croire, la Banque centrale européenne (BCE) et la Federal Reserve (Fed) ne poursuivent pas exactement les mêmes objectifs.

Continuer la lecture sur Moneystore de « Quelle différence entre la mission de la BCE et celle de la Fed ? »

Qu’est-ce que les placements alternatifs obligataires ?

@Pexels

Il est souvent fait référence aux placements alternatifs en actions. Dans la sphère des placements obligataires, il est également possible de profiter de certaines situations de marché en pratiquant des stratégies moins conventionnelles.

De quoi parle-t-on ?

La gestion classique en obligations consiste à acheter un titre de créance et à le conserver jusqu’à son échéance. « Il s’agit d’une gestion buy and hold dans laquelle le rendement est basé sur la durée du titre. En marge de cette pratique, la gestion active obligataire consiste à vendre le titre avant son échéance. De cette façon, le gestionnaire peut espérer un rendement supérieur mais peut réaliser parfois aussi un rendement inférieur », explique Pascal Gilbert, Gérant de fonds chez DNCA. Ce sont là des stratégies traditionnelles en obligations.

Continuer la lecture sur Moneystore de « Qu’est-ce que les Placements alternatifs obligataires ? »

Pourquoi les taux d’intérêt sont-ils si faibles ?

Véritable casse-tête pour les investisseurs et les épargnants, la situation des taux d’intérêt interpelle à plus d’un titre. Comment explique-t-on la faiblesse actuelle de ces taux ? Explications et décryptage avec Etienne de Callataÿ, Président et co-fondateur d’Orcadia Asset Management.

L’incidence de l’inflation

La première explication que l’on pourrait avancer est l’inflation. En effet, l’inflation est faible. Nous sommes très loin de l’environnement des années 80. Les anticipations montrent une obsession pour le scénario à la japonaise. On assiste alors à une véritable crainte d’une absence durable d’inflation. Ces prévisions estiment que le progrès technologique empêchera ce retour à l’inflation. Ces progrès permettent la production de biens et services à moindres coûts. De ce fait, les attentes inflationnistes sont basses voire même excessivement basses.

Continuer la lecture sur Moneystore de « Pourquoi les taux d’intérêt sont-ils si faibles ? »