5 tendances majeures dans les investissements durables

@Pexels

Par Deutsche Bank Belgique

Dans quelques années, tout investissement ne sera-t-il pas nécessairement ‘durable’ ? Analyse des tendances d’aujourd’hui et des réalités de demain…

  1. Bon pour la planète. Bon pour le portefeuille.

Jadis, l’investissement durable était considéré comme une œuvre de bienfaisance financière, dans le registre : « Bravo pour ce noble geste, mais n’en attendez pas de rendement digne de ce nom ». Depuis lors, les choses ont changé. Des chercheurs ont épluché 2.250 études universitaires consacrées aux investissements durables depuis les années 70. Leur conclusion? L’investissement durable offre souvent un rendement identique – voire supérieur – à un investissement non durable1. Continuer la lecture sur Moneystore de « 5 tendances majeures dans les investissements durables »

Petit déjeuner financier : Investissements durables : Comment allier rentabilité financière et impact social ?

Les investissements durables sont de plus en plus en vogue. Mais ces investissements sont-ils performants ? Investir dans ce type de fonds a-t-il un réel impact sur l’environnement et sur la société en général ? Ces choix d’investissement permettent-ils d’améliorer la gouvernance des entreprises et avoir un impact réel ? Pour répondre à ces questions

et

vous invitent au Petit Déjeuner Financier sur le thème

Investissements durables : Comment allier rentabilité financière et impact social ?

Le jeudi 7 novembre 2019

Continuer la lecture sur Moneystore de « Petit déjeuner financier : Investissements durables : Comment allier rentabilité financière et impact social ? »

Comment les investisseurs ESG doivent-ils envisager les emprunts d’État ?

@Pexels

Par Maria Municchi, manager of the M&G (Lux) Sustainable Allocation Fund 

Il est souvent plus facile de conceptualiser les critères ESG en matière d’investissements dans des entreprises. En revanche, investir dans des emprunts d’État soulève des questions qui peuvent être relativement complexes.

Les activités d’une entreprise sont souvent relativement restreintes. Etablir un lien direct entre l’entreprise et les activités que nous ne cautionnons pas (la pollution, les jeux, le tabac, les boissons alcoolisées, etc.) ou celles que nous défendons (la santé, l’éducation, les ressources renouvelables) est généralement relativement aisé.

Continuer la lecture sur Moneystore de « Comment les investisseurs ESG doivent-ils envisager les emprunts d’État ? »

Les tendances dans le secteur des fonds

@Pexels

Par Deutsche Bank

 

    • Les investissements impliquent toujours des risques. Lorsque les marchés financiers sont à la baisse, les investisseurs peuvent subir des pertes. Les fonds mixtes flexibles peuvent adapter l’équilibre entre les actions, les obligations et les liquidités (cash) en fonction des fluctuations de marché actuelles et futures. A cet effet, ils se focalisent souvent sur la maîtrise du risque à la baisse. 

Continuer la lecture sur Moneystore de « Les tendances dans le secteur des fonds »

Comment mesurer la durabilité d’un fonds ?

@Pexels

Nous avons déjà abordé dans les pages de ce blog les conseils pour bien choisir son fonds ISR. Tous les conseils repris dans cet article sont évidemment toujours d’actualité. 

Mais une fois que l’on a défini son investissement, comment mesurer sa performance dans son aspect ISR (ou ESG) dans le temps? La question qui est abordée ici concerne donc l’impact que ces fonds ont sur l’environnement, les conditions sociales ou l’amélioration de la gouvernance des entreprises.

Continuer la lecture sur Moneystore de « Comment mesurer la durabilité d’un fonds ? »

Investir de façon socialement responsable : quelle réelle différence ?

@Pexels

Par Sheila Ter Laag, spécialiste ESG pour BNP Paribas Asset Management

L’énorme progression de l’investissement durable s’explique plus facilement si l’on dissipe deux malentendus persistants : qu’il ne s’agit que d’idéalisme et qu’il n’est pas compatible avec un bon rendement financier.

L’investissement durable est rapidement devenu très populaire. Au niveau mondial, plus de 23 000 milliards d’euros sont investis selon des critères ESG[i], soit environ un quart de la valeur totale des investissements en actions mondiales. L’émergence de cette forme d’investissement ne tient pas seulement de l’idéalisme. Le secteur financier a, entre-temps, réalisé les enjeux. Ce constat ressort non seulement de l’énorme quantité d’argent qui afflue vers les investissements durables, mais aussi de la collaboration qui se met en place. Un bon exemple à ce sujet est la création, il y a environ un an, du Network for Greening the Financial System,qui implique les présidents de huit grandes banques centrales et est présidé par l’homme d’affaires et politique Michael Bloomberg. Ces personnes ne sont pas purement idéalistes, mais aussi conscientes des intérêts financiers considérables qui sont en jeu.

Continuer la lecture sur Moneystore de « Investir de façon socialement responsable : quelle réelle différence ? »