Comment investir une somme importante ?

@Pexels

Lors d’un héritage, d’une donation ou d’un départ à la retraite, la question se pose de savoir comment investir un gros montant perçu en une fois. Faut-il investir tout directement ? Ou plutôt répartir ses investissements dans le temps ? Mais si tel est le cas, sur quel laps de temps faut-il étaler ses investissements ? Et surtout, comment faut-il investir ? Faut-il se faire conseiller ou tout gérer seul ?

Bonnes questions

Avant de construire son portefeuille, il y a d’abord lieu de se poser les bonnes questions. Il est évident que l’on ne peut investir en bourse des sommes dont on aura besoin à court terme. Dans ce cas, on court le risque de devoir vendre à perte. Un portefeuille se construit avant tout sur base des besoins, des attentes et de l’aversion au risque de l’investisseur. Pour les sommes dont on n’aura pas besoin à court terme, il vaut mieux investir progressivement en actions. En général, on estime que l’investissement d’une somme importante reçue ou héritée peut prendre un an. Mais, d’un autre côté, il ne faut pas trop tarder non plus car le risque de ne pas être investi se traduit par une perte de pouvoir d’achat. En effet, rester en-dehors des marchés a un coût. Dans ce cadre, les chiffres nous en disent long : par exemple, sur la période entre le 29 décembre 2000 et le 1e mars 2018, le S&P500 a progressé de 106%. Sans les 10 meilleures séances, l’évolution est de seulement 3%. Il s’agit de l’évolution de l’indice en prix qui n’intègre pas les dividendes. Bien sûr, on ne sait pas quand auront lieu les 10 meilleures séances mais ne pas être dans le marché assure à tous les coups de ne pas profiter de ces hausses. Ne pas être investi coûte donc de l’argent.

Marchés trop chers ?

Et si les marchés sont bullish et que les valorisations sont élevées ? Il y a toujours un facteur psychologique important qui entre en ligne de compte quand on investit la veille d’une forte baisse des marchés. Or, sur le long terme, les marchés boursiers sont gagnants par rapport aux obligations. A moyen terme, il vaut mieux investir en actions tout en sachant que si nous sommes en fin de cycle, il y a un risque de correction. Il faut entrer progressivement sur les marchés tout en sachant accélérer les achats dans les périodes de baisse des marchés et ralentir les achats durant les hausses. Il faut pouvoir garder une vue à long terme.  

Investir progressivement

Mais comment investir progressivement ? On peut investir par l’intermédiaire d’un plan d’épargne-pension, ou en se fixant une somme régulière à investir chaque mois ou encore en mettant une somme au départ puis des montants moins conséquents de façon périodique en essayant d’acheter dans les baisses de marché. C’est difficile émotionnellement de rentrer dans les marchés quand tout baisse mais, sur le long terme, cela rapporte. On peut aussi investir dans des thèmes porteurs sur le long terme comme, par exemple, dans les entreprises innovantes et disruptives, ou dans les biotechs à travers un fonds ou dans les pays émergents. Ces investissements doivent entrer dans le cadre d’une diversification. Il faut éviter d’investir dans des actifs fortement corrélés entre eux. Il faut aussi être conscient qu’un investissement en actions suppose des fluctuations de cours qui, à court terme, peuvent provoquer quelques frayeurs. A noter encore que les actions sont un bon investissement pour se protéger contre l’inflation et maintenir son pouvoir d’achat. En effet, en cas de hausses des prix, les entreprises les répercutent dans leurs tarifs et donc dans leur chiffre d’affaires.

Faut-il se faire conseiller ou non ? La question se pose aussi de savoir s’il vaut mieux gérer seul ou se faire conseiller par un professionnel. Pour en savoir plus sur ce sujet consultez l’article « Comment gérer son portefeuille : seul ou se faire conseiller ? ». 

Consultez aussi sur MoneyStore :

Comment choisir le bon timing pour investir ?

Comment gérer un héritage ?

Quelle est l’évolution du S&P 500 depuis 1990 ?

 


Pour en savoir plus sur ce sujet et sur le monde financier et économique, abonnez-vous gratuitement à la newsletter hebdomadaire ici
Nous n’avons que des produits de courrier électronique concernant la newsletter, des flashs actu ou l’invitation à des événements que nous organisons. C’est pour recevoir ce type d’informations que les lecteurs s’inscrivent. Nous ne recueillons et ne traitons que vos adresses électroniques. Veuillez noter qu’en vertu de GDPR, vous aurez le droit de nous demander à tout moment de recevoir une copie de vos données personnelles traitées, de demander la suppression de vos données personnelles. Nos newsletters contiennent un lien pour mettre fin à votre abonnement immédiatement ou le modifier.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *