Qu’est-ce que les risques implicites en investissement ?

@Pexels

Lorsqu’il investit en bourse, l’investisseur est soumis à des risques explicites inhérents à ces placements. Ces risques explicites sont nombreux. Les révisions sur les anticipations de bénéfices (profit warning), l’évolution du secteur ou des marchés sont des éléments susceptibles de faire varier le cours de bourse de son action. Les tendances économiques et politiques ou la variation du cours de change des devises sont également des éléments qui peuvent influencer le chiffre d’affaires, les bénéfices et donc le cours de bourse d’une entreprise. L’évolution des taux d’intérêt est également un facteur à prendre en considération.

En général, ces risques explicites sont connus des investisseurs et des analystes. Cependant, au-delà de ces éléments, d’autres facteurs implicites peuvent aussi avoir une influence sur l’évolution d’une entreprise.

Qu’entend-on par risques implicites ? Ce sont des risques qui n’apparaissent pas d’emblée quand on analyse une valeur et qui ne sont souvent pas pris en considération parce que trop peu visibles. Il arrive, par exemple, qu’un portefeuille soit fortement pondéré en valeurs cycliques. Cette sur-pondération engendre un risque supplémentaire qu’il faut prendre en considération en cas de retournement de la croissance.

Des analystes de Fidelity International illustrent par quelques exemples ce que peuvent représenter ces risques implicites. Ils prennent l’exemple de l’industrie des cosmétiques en Corée du Sud. Comme toutes les entreprises de ce secteur, cette industrie est soumise aux évolutions des préférences des consommateurs, de la concurrence des autres entreprises du secteur et du commerce en ligne. La hausse potentielle du coût de la main-d’œuvre ou l’évolution du cours de change des devises sont d’autres éléments qui peuvent influencer cette industrie. Mais, récemment, un autre risque géopolitique est apparu de façon moins explicite. « L’opposition de la Chine à la Corée du Sud hébergeant le système antimissile américain « Thaad » a déclenché des appels au boycottage des consommateurs chinois de produits coréens et une interdiction chinoise de vendre des voyages en groupe en Corée du Sud. Cela a entraîné une forte baisse des ventes et des cours des actions de plusieurs entreprises sud-coréennes, dont celles de deux grandes sociétés de cosmétiques », notent les analystes de Fidelity International.

Dans un autre registre, des risques pourraient apparaître dans les portefeuilles sur base d’une mauvaise classification des entreprises. Les investisseurs qui voudraient pouvoir bénéficier de l’évolution des valeurs technologiques, par exemple, risquent de passer à côté de la croissance de certaines cibles comme Amazon ou Netflix qui sont classées comme des sociétés de consommation et non pas comme entreprises technologiques.

Autre exemple de risque implicite : l’évolution du prix du pétrole qui n’impacte pas seulement les sociétés pétrolières mais aussi les compagnies aériennes, les transporteurs, les industries qui utilisent le pétrole comme matière première mais aussi tous les fournisseurs de matériel pour les compagnies pétrolières (forage, plateformes en mer,…).

Dans l’allocation d’actifs en portefeuille, des risques cachés peuvent aussi survenir. En allant chercher du rendement dans certaines classes d’actifs, l’investisseur peut s’éloigner des classes d’actifs plus rassurantes mais peu performantes pour accroître sa rentabilité. Il prend ainsi, sans s’en rendre compte, plus de risques en portefeuille.

L’évolution de certains indicateurs économiques peut aussi avoir un impact surprenant en portefeuille. On a ainsi vu, début 2018, que des chiffres de l’emploi aux Etats-Unis en progression ont provoqué une chute des cours de bourse aux Etats-Unis et… en Europe. La crise des subprimes est aussi un exemple de risque «caché » qui sévissait sur les marchés en 2007.

Il convient donc de ne pas trop se focaliser sur le rendement et les performances du portefeuille mais d’analyser également les risques directs et indirects que chaque actif comporte. Il faut pouvoir faire les ajustements nécessaires en portefeuille pour circonscrire ces risques. L’investisseur doit aussi aller voir en-dehors du premier cercle de risques et observer dans quel écosystème évolue l’entreprise et quels sont les risques potentiels liés à cet écosystème.

Pour en savoir plus sur ce sujet et sur le monde financier et économique, abonnez-vous gratuitement à la newsletter hebdomadaire ici 

Consultez aussi :

Comment faire le point avec son banquier privé ? Les bonnes questions à poser

Qu’est-ce que les valeurs cycliques et défensives ?

Comment analyser les risques dans une SIR ?

 

Ce contenu a été publié dans FAQ, Gestion, Placements, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *