Le marché des changes en 2018 : les leçons du dernier Star Wars

@Pexels

Par Momtchil Pojarliev, Deputy Head of Currency chez BNP Paribas AM

L’année 2017 a été décevante pour les investisseurs en devises. Le consensus pour un raffermissement du dollar US après les élections américaines a été battu en brèche. Le dollar américain a atteint un sommet en début d’année à 1,04 face à l’euro et 118 face au yen pour achever l’année tout en bas du classement des performances des devises.

L’euro a nettement surperformé, s’appréciant de 10 % face au dollar US et au yen. Le regain de croissance économique dans la zone euro est considéré comme le principal soutien de l’euro en 2017.

Les devises émergentes ont fait encore mieux. Le zloty polonais et la couronne tchèque se sont appréciés de plus de 20 % vis-à-vis du dollar. Même la livre turque, en dépit de tous les remous politiques, a résisté face au billet vert.

Les investisseurs entament 2018 avec des anticipations bien différentes concernant le dollar US. Cette fois, le consensus prévoit en effet un affaiblissement du dollar en raison des valorisations record des actifs américains qui pourraient entraîner des sorties de capitaux des États-Unis vers d’autres pays (dopant au passage les devises concernées), du creusement des déficits jumeaux des États-Unis à cause des mesures de relance budgétaire, et enfin, d’une politique favorisant à nouveau un dollar faible, comme dans les années 1994-1995.

Ce consensus sera-t-il autant mis à mal qu’en 2017 et le dollar US s’appréciera-t-il ? Ou bien la majorité des acteurs auront-ils cette fois raison ? Plus particulièrement, la parité EUR/USD continue de retenir l’attention, avec un objectif moyen de 1,30.

Concentrer son attention sur la parité EUR/USD rappelle le combat de Kylo Ren contre Luke Skywalker dans le film « Star Wars: Les Derniers Jedi ». Dans le huitième épisode de cette saga, Luke affronte le Premier Ordre pour permettre aux survivants de la Résistance de s’échapper. Kylo ordonne aux forces du Premier Ordre de faire feu sur Luke, en vain. Il se bat ensuite contre Luke dans un duel au sabre laser et réalise seulement au moment de le toucher qu’il se bat contre une projection mentale de Luke via la Force. Kylo perd ainsi un temps précieux qui a permis aux survivants de la Résistance de s’échapper. Il se pourrait que les investisseurs perdent eux aussi un temps précieux en se focalisant sur la parité EUR/USD.

En effet, même les prévisions les plus optimistes anticipent un euro à seulement 1,30 dollar d’ici à la fin de l’année contre 1,25 récemment et un taux de change anticipé de 1,28 au vu des contrats « forward ». L’appréciation potentielle de l’euro atteint ainsi à peine 2 %.

En cause, un différentiel de taux d’intérêt implicite de l’EUR/USD de près de 3 %, ce qui n’encourage vraiment pas à l’optimisme en faveur d’une position longue sur l’euro face au billet vert. En réalité, ce différentiel de taux n’a quasiment jamais été aussi intéressant face à la volatilité du taux de change (cf. graphique 1).

Graphique 1 : Différentiel de taux d’intérêt implicite euro/dollar US par rapport à la volatilité

À quoi les investisseurs devraient-ils dès lors prêter attention en 2018 ?

Le yen japonais se profile comme une des devises les plus performantes du G10 et pourrait surpasser l’euro et le dollar US. Tout d’abord, l’économie japonaise enregistre une phase d’expansion supérieure à son taux de croissance potentiel depuis deux ans. La hausse des salaires reste faible et la BoJ reste pour l’instant très accommodante, mais la politique monétaire pourrait prochainement s’infléchir. Ensuite, le yen japonais est une des devises les moins chères du monde (cf. graphique 2).

Graphique 2 : Valorisations de la parité de pouvoir d’achat (PPA) des économies du G10

Enfin, le retour de l’incertitude dans les marchés financiers soutient la devise nippone, qui s’apprécie généralement en période de stress sur les actions. Après une volatilité en baisse depuis cinq ans, la hausse des actions et la détente des rendements obligataires mondiaux, la récente période de turbulences risque de perdurer plus longtemps que prévu.

Consultez aussi le corner Marchés

 


Pour en savoir plus sur ce sujet et sur le monde financier et économique, abonnez-vous gratuitement à la newsletter hebdomadaire ici
Nous n’avons que des produits de courrier électronique concernant la newsletter, des flashs actu ou l’invitation à des événements que nous organisons. C’est pour recevoir ce type d’informations que les lecteurs s’inscrivent. Nous ne recueillons et ne traitons que vos adresses électroniques. Veuillez noter qu’en vertu de GDPR, vous aurez le droit de nous demander à tout moment de recevoir une copie de vos données personnelles traitées, de demander la suppression de vos données personnelles. Nos newsletters contiennent un lien pour mettre fin à votre abonnement immédiatement ou le modifier.

Ce contenu a été publié dans Actualité, Placements, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *