Hit-parade des fonds : Le Brésil se rattrape !

Chaque mois, nous vous présentons les 10 meilleures et 10 moins bonnes performances des différentes catégories de fonds. 

 

Source des données chiffrées à fin octobre 2018 : Quantalys 

Durant le mois d’octobre, les fonds investis en actions brésiliennes ont largement surperformé les autres classes d’actifs. Leur progression sur le mois d’octobre a été de près de 22%. On y voit l’effet du résultat des élections dans ce pays.  Le président Jair Bolsonaro a clairement affiché qu’il était pro-marché. « Les marchés voient les choses de façon pragmatique. Ce nouveau président a dit qu’il allait remettre de l’ordre, c’est en général bon pour les marchés. Mais c’est sans voir les risques à long terme que peut engendrer ce genre de dictature. A court terme, les marchés s’en sortent bien mais on peut se poser la question de savoir si, à long terme, il sera bon d’être investi dans un pays sous dictature », prévient Philippe Ledent, Senior Economist chez ING Belgique. Pour l’instant, les investisseurs ont repris confiance en voyant s’éloigner les risques de nationalisation.

Les actions des pays émergents d’Amérique du Sud ont bénéficié de cette envolée de la bourse brésilienne sachant que, dans ces indices, la pondération du Brésil est très importante et majoritaire.

Parmi les fortes baisses enregistrées dans l’univers des fonds, on constate que les biotechs ont accusé le coup avec un recul de près de 12%. Ces valeurs se caractérisent par une forte volatilité. « Il suffit souvent qu’une grosse biotech rate un essai en phase 3 pour que le marché doute et chute », constate Philippe Ledent. Dans un autre registre, on remarquera aussi le recul des petites et moyennes capitalisations françaises. Ce sont surtout là des effets locaux qui se font sentir. « Rappelons que la France dégage une croissance assez décevante et que beaucoup d’espoirs qui avaient été placés dans la politique du Président Macron ont été déçus », souligne cet économiste. A noter que les petites capitalisations sont beaucoup plus cycliques que les grandes. Les small et mid caps ont bien performé jusqu’en juin 2018. Aujourd’hui, ce sont les larges caps qui prennent le relais. Plus défensives, elles sont des valeurs de repli lorsque les craintes augmentent.

Cet article vous a intéressé ? Consultez aussi sur MoneyStore :

Comment réagir en cas de baisse des marchés ?

Regards croisés sur l’économie et les marchés

Comment naviguer entre craintes et opportunités ?

 

 


Pour en savoir plus sur ce sujet et sur le monde financier et économique, abonnez-vous gratuitement à la newsletter hebdomadaire ici
Nous n’avons que des produits de courrier électronique concernant la newsletter, des flashs actu ou l’invitation à des événements que nous organisons. C’est pour recevoir ce type d’informations que les lecteurs s’inscrivent. Nous ne recueillons et ne traitons que vos adresses électroniques. Veuillez noter qu’en vertu de GDPR, vous aurez le droit de nous demander à tout moment de recevoir une copie de vos données personnelles traitées, de demander la suppression de vos données personnelles. Nos newsletters contiennent un lien pour mettre fin à votre abonnement immédiatement ou le modifier.

Ce contenu a été publié dans Hit-Parade des fonds, avec comme mot(s)-clé(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *