Qu’est-ce qui change en 2018 dans la fiscalité sur l’épargne-pension ?

@Pexels

Par AG Insurance

Vous le savez certainement : outre l’indexation du plafond fiscal de 940 € par an en 2017 qui passe à 960 € par an en 2018, le gouvernement belge étudie une adaptation de la fiscalité sur l’épargne-pension en 2018. Mais qu’en est-il exactement ?

Quelles sont les adaptations attendues ?

Depuis ce 1er janvier 2018, les contribuables belges peuvent verser au maximum 960 € par an au sein de leur épargne-pension et bénéficient d’un avantage fiscal de 30% sur la somme versée. S’ils versent ce maximum, ils profitent donc d’un avantage fiscal de 288 €.

D’ici peu, chaque contribuable pourra choisir de verser une somme inférieure ou égale à 960 €, ou comprise entre 960 € et 1230 €.

 Deux cas de figure sont envisageables pour le contribuable belge :

  • Il verse une prime inférieure ou égale à 960 € : rien ne change et il ne doit rien faire.  Il bénéficiera d’un avantage fiscal de 30% sur la prime versée.
  • Il verse une prime comprise entre 960 € et 1230 € : il bénéficiera d’un avantage fiscal de 25 % sur la prime versée s’il a fait part à son assureur ou banquier de sa volonté de participer à ce nouveau régime fiscal. Pour une prime de 1230 €, son avantage fiscal sera alors de 307,50 € (25% de 1230 €).

Sera-t-il intéressant de verser plus de 960 € dans son épargne-pension ?

Si une personne souhaite verser plus de 960 € par an dans son épargne-pension, il lui est déconseillé de verser une somme comprise entre 960 € et 1152 €.

Pourquoi ? Étant donné que l’avantage fiscal est de 30% jusque 960 € et de 25% au-delà, un versement entre 960 € et 1152 € lui procurera un avantage fiscal moindre que s’il verse 960 €.

Donc : si vous souhaitez verser 1000 €/an pour votre pension par exemple, il est préférable de verser 960 € via l’épargne-pension et 40 € en épargne à long terme ou hors fiscalité.

Il est également déconseillé à ceux qui ont souscrit une épargne-pension après 55 ans de verser plus de 960 € par an dans celle-ci. 

Étant donné l’application de la taxe anticipative de 8% sur l’ensemble des primes, il est plus intéressant :

  • de verser maximum 960 € dans l’épargne-pension en bénéficiant de l’avantage fiscal de 30%
  • et d’épargner une somme complémentaire en épargne à long terme ou sans avantage fiscal
  • plutôt que de verser plus de 960 € par an dans l’épargne-pension, avec un avantage fiscal de 25% seulement.

Donc : il est préférable d’épargner 960 € par an via l’épargne pension et le reste en épargne à long terme ou hors fiscalité.

Pour les personnes ayant conclu un contrat avant 55 ans, il peut être fiscalement intéressant de participer au nouveau système fiscal, à condition de verser plus de 1152 € par an. Mais l’avantage fiscal supplémentaire reste limité comparativement à la forte hausse de prime nécessaire.

Concrètement

La possibilité de verser une prime comprise entre 960 € et 1230 € sera effective dans le courant de l’année 2018 et non dès janvier 2018.

Si une personne ne souhaite pas verser plus de 960 € par an dans son épargne-pension, elle ne doit rien faire et il n’y aura aucun impact. Elle pourra continuer à verser maximum 960 € par an et bénéficiera d’un avantage fiscal de 30% sur la prime versée. Dans le cas où cette personne verserait plus de 960 € par erreur, le surplus lui sera automatiquement remboursé, comme c’est le cas aujourd’hui, et elle ne risque donc pas de passer dans le régime fiscal à 25%.

Consultez aussi le corner Assurances

 

Ce contenu a été publié dans Assurances, Fiscalité, avec comme mot(s)-clé(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *