Qu’est-ce qui change en 2018 dans la fiscalité sur l’épargne-pension ?

@Pexels

Par AG Insurance

Vous le savez certainement : outre l’indexation du plafond fiscal de 940 € par an en 2017 qui passe à 960 € par an en 2018, le gouvernement belge étudie une adaptation de la fiscalité sur l’épargne-pension en 2018. Mais qu’en est-il exactement ?

Quelles sont les adaptations attendues ?

Depuis ce 1er janvier 2018, les contribuables belges peuvent verser au maximum 960 € par an au sein de leur épargne-pension et bénéficient d’un avantage fiscal de 30% sur la somme versée. S’ils versent ce maximum, ils profitent donc d’un avantage fiscal de 288 €.

D’ici peu, chaque contribuable pourra choisir de verser une somme inférieure ou égale à 960 €, ou comprise entre 960 € et 1230 €.

 Deux cas de figure sont envisageables pour le contribuable belge :

  • Il verse une prime inférieure ou égale à 960 € : rien ne change et il ne doit rien faire.  Il bénéficiera d’un avantage fiscal de 30% sur la prime versée.
  • Il verse une prime comprise entre 960 € et 1230 € : il bénéficiera d’un avantage fiscal de 25 % sur la prime versée s’il a fait part à son assureur ou banquier de sa volonté de participer à ce nouveau régime fiscal. Pour une prime de 1230 €, son avantage fiscal sera alors de 307,50 € (25% de 1230 €).

Sera-t-il intéressant de verser plus de 960 € dans son épargne-pension ?

Si une personne souhaite verser plus de 960 € par an dans son épargne-pension, il lui est déconseillé de verser une somme comprise entre 960 € et 1152 €.

Pourquoi ? Étant donné que l’avantage fiscal est de 30% jusque 960 € et de 25% au-delà, un versement entre 960 € et 1152 € lui procurera un avantage fiscal moindre que s’il verse 960 €.

Donc : si vous souhaitez verser 1000 €/an pour votre pension par exemple, il est préférable de verser 960 € via l’épargne-pension et 40 € en épargne à long terme ou hors fiscalité.

Il est également déconseillé à ceux qui ont souscrit une épargne-pension après 55 ans de verser plus de 960 € par an dans celle-ci. 

Étant donné l’application de la taxe anticipative de 8% sur l’ensemble des primes, il est plus intéressant :

  • de verser maximum 960 € dans l’épargne-pension en bénéficiant de l’avantage fiscal de 30%
  • et d’épargner une somme complémentaire en épargne à long terme ou sans avantage fiscal
  • plutôt que de verser plus de 960 € par an dans l’épargne-pension, avec un avantage fiscal de 25% seulement.

Donc : il est préférable d’épargner 960 € par an via l’épargne pension et le reste en épargne à long terme ou hors fiscalité.

Pour les personnes ayant conclu un contrat avant 55 ans, il peut être fiscalement intéressant de participer au nouveau système fiscal, à condition de verser plus de 1152 € par an. Mais l’avantage fiscal supplémentaire reste limité comparativement à la forte hausse de prime nécessaire.

Concrètement

La possibilité de verser une prime comprise entre 960 € et 1230 € sera effective dans le courant de l’année 2018 et non dès janvier 2018.

Si une personne ne souhaite pas verser plus de 960 € par an dans son épargne-pension, elle ne doit rien faire et il n’y aura aucun impact. Elle pourra continuer à verser maximum 960 € par an et bénéficiera d’un avantage fiscal de 30% sur la prime versée. Dans le cas où cette personne verserait plus de 960 € par erreur, le surplus lui sera automatiquement remboursé, comme c’est le cas aujourd’hui, et elle ne risque donc pas de passer dans le régime fiscal à 25%.

Consultez aussi le corner Assurances

 


Pour en savoir plus sur ce sujet et sur le monde financier et économique, abonnez-vous gratuitement à la newsletter hebdomadaire ici
Nous n’avons que des produits de courrier électronique concernant la newsletter, des flashs actu ou l’invitation à des événements que nous organisons. C’est pour recevoir ce type d’informations que les lecteurs s’inscrivent. Nous ne recueillons et ne traitons que vos adresses électroniques. Veuillez noter qu’en vertu de GDPR, vous aurez le droit de nous demander à tout moment de recevoir une copie de vos données personnelles traitées, de demander la suppression de vos données personnelles. Nos newsletters contiennent un lien pour mettre fin à votre abonnement immédiatement ou le modifier.

Ce contenu a été publié dans Produits d'assurance, Questions fiscales, avec comme mot(s)-clé(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *