Comment l’intelligence artificielle va-t-elle impacter le secteur financier ?

@Pexels

L’intelligence artificielle (IA) se déploie dans tous les secteurs de l’économie, dans tous les aspects de nos vies. Elle va aussi transformer nos façons d’aborder les services financiers et forcer le secteur à s’adapter en l’intégrant dans ces process et dans ses services. L’intelligence artificielle se nourrit essentiellement de données qui sont traitées et intégrées dans des algorithmes qui permettent d’améliorer la façon dont les services sont offerts aux clients.

Elle permet alors de détecter des points communs entre certaines données et de définir ainsi des probabilités d’occurrence d’événements. Cette capacité de prédiction est très utile dans le secteur des assurances, par exemple. Les données des clients permettent également d’établir de façon assez précise leur profil et de leur offrir un service ou un produit qui est personnalisé. Dans le cas de la gestion de portefeuille, par exemple, on peut définir le profil de l’investisseur, lui donner des recommandations à la fois pour établir son plan d’investissement et également pour lui conseiller les produits qui lui conviennent le mieux. « Le banquier peut ainsi émettre une recommandation sur base des données qui sont intégrées dans le modèle. Les données génériques dont on bénéficie (comme la météo, le taux de mortalité, les données géographiques,…) peuvent également être analysées. Ces données génériques croisées avec les données personnelles permettront, par exemple, de faciliter la prise de décision dans un octroi d’assurances ou de crédits. L’avantage de l’intelligence artificielle, c’est qu’elle peut traiter un très grand nombre de données, bien plus qu’un être humain ne peut le faire », note Jean-Marc Boxus, Senior Director Technology Consulting chez Deloitte Belgique.

Avec des systèmes d’intelligence artificielle tels que Siri, les bots ou chatbots, l’interaction avec les clients sera facilitée pour les ouvertures de compte en ligne, par exemple. Le développement du Cloud et du blockchain allié à l’intelligence artificielle permettra aussi de déployer une offre plus ciblée, plus personnalisée et d’établir des « smarts contracts » fiables.

On peut ainsi dégager quatre grands axes de développement de l’intelligence artificielle dans le secteur financier :

  • La simplification et l’accélération du traitement des demandes d’assurances, de crédits ou d’opérations financières avec une prise de décision plus rapide et plus adaptée à la situation du client.
  • Des produits, services ou conseils sur-mesure, adaptés et personnalisés à l’extrême.
  • La création d’un écosystème dans lequel les services bancaires et d’assurances seront intégrés à d’autres fonctionnalités (Uber, commerce en ligne,…).
  • Une prise de décision plus intelligente entraînant des risques de sinistre ou de défaut de remboursements moindres.
  • La mise en place de nouveaux services, une extension des activités des banques et des assurances grâce à une meilleure anticipation de l’occurrence d’apparition d’un événement.

Au sein des banques et des compagnies d’assurance, des solutions de back office pourront aussi être développées et, ensuite être commercialisées dans le secteur auprès d’autres intervenants. C’est le rôle que jouent les FinTechs aujourd’hui. « Dans ce créneau ce sont cependant les premiers qui y seront entrés qui seront les gagnants.L’intelligence artificielle va aussi changer les règles du jeu au sein du secteur financier. On va passer d’un secteur basé sur des produits assez standards, un réseau étendu géographiquement et sur l’obligation de dégager des économies d’échelle à un modèle où les données auront plus d’importance que les produits. Dans un monde de plus en plus digitalisé, les modèles historiques sont mis sous pression. La loyauté des clients se gagnera sur l’interaction, l’efficacité et la qualité du service offert. Les acteurs du service financier vont devoir choisir leur business model : soit ils jouent l’effet de masse, soit ils choisissent la personnalisation du service et les produits de niche. La taille moyenne sera assez inconfortable dans ce secteur », estime ce consultant. Le secteur risque donc de se fragmenter sous l’impulsion des changements introduits par l’intelligence artificielle : d’un côté les acteurs de niche et les FinTechs et de l’autre les grands groupes qui tableront sur l’effet de masse. L’échange des données (open data) sera aussi un facteur-clef pour le développement de ce secteur. « Il faudrait que chaque acteur du secteur puisse bénéficier du plus grand échantillon de données possible. Cela pourrait permettre de prévenir plus facilement les défauts de paiement ou encore les opérations de blanchiment d’argent », note Jean-Marc Boxus.

Pour en savoir plus consulter aussi sur MoneyStore :

Qu’est-ce que l’intelligence artificielle ?

Il y a urgence pour le secteur des FinTechs

Qu’est-ce qu’une API ?

 


Pour en savoir plus sur ce sujet et sur le monde financier et économique, abonnez-vous gratuitement à la newsletter hebdomadaire ici
Nous n’avons que des produits de courrier électronique concernant la newsletter, des flashs actu ou l’invitation à des événements que nous organisons. C’est pour recevoir ce type d’informations que les lecteurs s’inscrivent. Nous ne recueillons et ne traitons que vos adresses électroniques. Veuillez noter qu’en vertu de GDPR, vous aurez le droit de nous demander à tout moment de recevoir une copie de vos données personnelles traitées, de demander la suppression de vos données personnelles. Nos newsletters contiennent un lien pour mettre fin à votre abonnement immédiatement ou le modifier.

Ce contenu a été publié dans Comment ?, Questions d'argent, avec comme mot(s)-clé(s) , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *