Le pire n’est jamais certain…

@Pexels

Par Vincent Juvyns, Stratégiste chez J.P. Morgan AM

Il y a 10 ans, la faillite de Lehmann Brother plongeait l’économie mondiale et les marchés financiers dans l’une des pires crises de leur histoire. Au-delà de la faillite d’une banque « systémique » et des pertes financières qu’elle a engendrées, c’est la faillite de tout un système, incapable d’anticiper et de gérer de tels risques, qui a suscité la défiance des investisseurs.

Aujourd’hui, le traumatisme demeure encore important dans leur esprit en raison, d’une part, des nombreuses « répliques » de la crise, à l’instar de la crise européenne en 2011,  et, d’autre part, du fait qu’ils sont conscients que les politiques monétaires menées pour en venir à bout ont peut-être involontairement semé les germes de la prochaine crise. 

Ainsi, malgré les records enregistrés par Wall Street, les investisseurs n’ont cessé réduire le risque au sein de leur portefeuille. C’est ce que révèlent les données de l’OCDE sur l’allocation du patrimoine financier des ménages[1]puisque ces 10 dernières années, les dépôts et les fonds de pension sont les seules catégories à avoir progressé dans le portefeuille des ménages et ce, au détriment des actions et des obligations.

Les investisseurs demeurent donc à l’évidence toujours positionnés pour le « pire ». Pourtant, s’il est certain que nous traverserons, tôt ou tard, une nouvelle récession, il est moins sûr en revanche qu’elle sera aussi intense et pénalisante pour les marchés financiers que celle de 2008.

En effet, la régulation du système financier mondial a été sensiblement renforcée, la majorité des économies mondiales ont retrouvé le chemin de la croissance et l’on n’observe pas encore de signes d’«exubérance irrationnelle » sur les marchés financiers.

Si le pire n’est donc pas certain, il n’en reste pas moins nécessaire de renforcer la résilience de son portefeuille, à mesure que nous approchons de la fin du cycle. À cet égard, les chiffres de l’OCDE sur l’évolution du patrimoine financier des ménages depuis 1995 viennent confirmer un postulat largement partagé dans le monde de la gestion d’actifs : avoir un portefeuille équilibré et bien diversifié est le meilleur moyen de renforcer la résilience de son portefeuille tout en s’assurant une croissance de son patrimoine. En effet, l’étude comparée de l’évolution du patrimoine financier des ménages américains (profil risqué), européens (profil équilibré) et japonais (profil défensif) depuis 1995 montre que c’est le patrimoine financier des ménages européens qui a cru le plus vite et ce, malgré le fait que l’Europe ait connu davantage de récessions que les États-Unis sur cette période. Dans le contexte incertain que nous connaissons actuellement, il convient donc plus que jamais de garder ce fait à l’esprit.

Consultez aussi le corner Fenêtre sur le monde

[1]OECD (2018), Household financial assets (indicator). doi: 10.1787/7519b9dc-en, J.P. Morgan Asset Management. Data as of September 2018.

 

 


Pour en savoir plus sur ce sujet et sur le monde financier et économique, abonnez-vous gratuitement à la newsletter hebdomadaire ici
Nous n’avons que des produits de courrier électronique concernant la newsletter, des flashs actu ou l’invitation à des événements que nous organisons. C’est pour recevoir ce type d’informations que les lecteurs s’inscrivent. Nous ne recueillons et ne traitons que vos adresses électroniques. Veuillez noter qu’en vertu de GDPR, vous aurez le droit de nous demander à tout moment de recevoir une copie de vos données personnelles traitées, de demander la suppression de vos données personnelles. Nos newsletters contiennent un lien pour mettre fin à votre abonnement immédiatement ou le modifier.

Ce contenu a été publié dans Actualité, Construction de portefeuille, avec comme mot(s)-clé(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *