Comment les marchés émergents transforment le commerce mondial

@Pexels

Par Kim Catechis, Responsable marchés émergents chez Martin Currie (une filiale de Legg Mason)

À la différence des mesures protectionnistes de plus en plus nombreuses dans beaucoup de pays développés, les pays émergents cultivent et développent activement leurs partenariats commerciaux.

Comme le tableau ci-après le démontre, la plupart des échanges internationaux se font désormais entre les économies avancées et émergentes. Or, il y a vingt ans, la majorité des échanges commerciaux internationaux se déroulaient entre les économies avancées. Il est à noter que les exportations entre les économies émergentes ont augmenté le plus rapidement. Nous estimons que ces échanges intra-régionaux entre entreprises des pays émergents façonneront les flux commerciaux internationaux dans les décennies à venir. 

Voici un aperçu des principales raisons pour lesquelles les marchés émergents transforment le commerce mondial :   

Déplacement de l’axe du commerce mondial

Le retrait américain du Partenariat trans-pacifique (TPP) plus tôt dans l’année a généralement été perçu comme une aubaine géopolitique et économique pour la Chine, car il lui donne la possibilité de combler le vide laissé au niveau commercial en Asie de l’Est. Bien que beaucoup redoutent que le TPP se désagrège sans la participation des États-Unis, ses 11 membres cherchent à le maintenir en vie. Cela devrait libéraliser les échanges commerciaux entre plusieurs pays émergents, notamment le Chili, le Pérou et la Malaisie, et – en cas d’accord – il s’agirait de l’un des accords commerciaux multilatéraux les plus importants au monde.

En outre, en raison du retrait des États-Unis du TPP, le Partenariat économique régional global (RCEP), fort de 16 États et soutenu par la Chine, revient sur le devant de la scène. Le RCEP englobe tant la Chine que l’Inde et représente un quart du PIB mondial. Cet accord intègre également le Japon et l’Australie, mais pas les USA…

Tandis que les renégociations de l’Accord de libre-échange nord-américain pourraient nuire au Mexique, plusieurs accords commerciaux bilatéraux renforcent les relations entre les pays émergents. La Chine, en particulier, cherche depuis quelques temps à consolider ses relations commerciales avec de nombreux pays d’Amérique centrale et du Sud, ce qui laisse entrevoir une intensification de l’activité diplomatique et économique entre les régions en dehors de la sphère d’influence des marchés développés. 

L’importance croissante du commerce intra-régional

De plus en plus, les principaux partenaires à l’import et à l’export des marchés émergents sont d’autres pays en développement. La Chine, par exemple, est de loin la principale destination d’exportation pour les produits brésiliens. Alors que le principal exportateur vers l’Afrique du Sud, l’Inde et la Russie n’est autre que la Chine. Ce commerce intra-régional est amené à continuer avec les blocs commerciaux, comme la Zone de libre-échange de l’ASEAN (qui englobe la Thaïlande, le Vietnam, l’Indonésie, la Malaisie, les Philippines, Singapour, le Myanmar, le Cambodge et le Laos) en imprimant une dynamique robuste d’échanges internes, en dehors des relations commerciales avec les pays développés. Comme le graphique ci-dessous l’indique, la grande majorité des importations pour la région de l’ASEAN, en termes de valeur, proviennent de ses membres ainsi que de la Chine. 

La Nouvelle Route de la Soie

La Nouvelle Route de la Soie ou l’initiative « Une ceinture, une route » de la Chine est un projet audacieux qui engendrera de grandes retombées en facilitant les échanges commerciaux entre la Chine, l’Asie et des contrées plus lointaines. Selon les estimations, 2 000 à 4 000 milliards de dollars américains seront dépensés dans 68 pays pour construire des infrastructures comme des ports, des aéroports, des autoroutes, des chemins de fer, des centrales électriques et des pipelines. Grâce à ces améliorations transformatives des infrastructures de transport, il est facile d’imaginer les avantages potentiels qui s’offriront aux pays émergents et aux entreprises dont les marchés s’étendront en conséquence. 

 

Source : Martin Currie

Des marchés en expansion

Les pays émergents pèsent également de plus en plus lourd dans le commerce international car ils s’enrichissent et leur demande intérieure augmente. Une croissance rapide est alimentée par des tendances à long terme marquées : l’amélioration de la situation démographique fournit une main-d’œuvre en plein essor, jeune et de mieux en mieux instruite ; tandis qu’en parallèle, une classe moyenne en ascension, principalement dans les zones urbaines, continuera d’alimenter une forte croissance de la consommation sur de nombreux marchés.

Prenez le secteur automobile mondial, par exemple. La Chine est déjà le principal marché automobile au monde. En 2016, 28 millions de nouvelles immatriculations ont été dénombrées, plus que les immatriculations aux États-Unis, au Canada et au Mexique combinées. Néanmoins, quand on connaît également l’engouement de la Chine pour les véhicules électriques (une hausse de 381 % entre 2014 et 2016 dans les nouvelles immatriculations de VE en Chine1), il apparaît évident que les pays émergents joueront un rôle crucial dans ces marchés tant en qualité de consommateurs que de producteurs. 

Plus d’offres

Alors que la demande et la consommation augmentent dans les pays émergents, la combinaison de réformes de l’offre, d’améliorations de l’efficacité et de l’innovation ouvre également la voie à une consolidation des capacités d’exportation. Ainsi, bon nombre d’entreprises issues des marchés émergents sont devenues des chefs de file dans des domaines tels que les technologies de l’Internet et le commerce en ligne. Les entreprises de commerce en ligne en Chine ont une présence interne monumentale, tandis que leurs rivaux américains respectifs restent des acteurs secondaires. Entre-temps, d’autres entreprises de haute technologie en provenance des pays émergents sont devenues des acteurs clés dans les chaînes d’approvisionnement mondiales.

Avantage aux marchés émergents

Les marchés émergents jouent aujourd’hui un rôle dans le commerce international plus important que jamais. La forte croissance à long terme dans les pays émergents a encouragé une réponse vigoureuse de l’offre grâce à l’innovation, à des réformes et à une amélioration de l’utilisation des capacités. Dans le même temps, les récents tournants dans les politiques commerciales des pays développés vers davantage de protectionnisme contrastent avec l’approche générale plus favorable au libre-échange des marchés émergents. Pour ces raisons, de nombreuses entreprises des pays émergents ont un avantage net sur leurs concurrents des marchés développés et cela continuera à alimenter leur croissance pour de nombreuses années à venir. 

Lire aussi le corner Billet d’humeur 

1 Source : Statista. Source de Statista : Agence internationale de l’énergie


Pour en savoir plus sur ce sujet et sur le monde financier et économique, abonnez-vous gratuitement à la newsletter hebdomadaire ici
Nous n’avons que des produits de courrier électronique concernant la newsletter, des flashs actu ou l’invitation à des événements que nous organisons. C’est pour recevoir ce type d’informations que les lecteurs s’inscrivent. Nous ne recueillons et ne traitons que vos adresses électroniques. Veuillez noter qu’en vertu de GDPR, vous aurez le droit de nous demander à tout moment de recevoir une copie de vos données personnelles traitées, de demander la suppression de vos données personnelles. Nos newsletters contiennent un lien pour mettre fin à votre abonnement immédiatement ou le modifier.

Ce contenu a été publié dans Actualité, avec comme mot(s)-clé(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *