Quelle est la composition des principaux indices boursiers : MSCI World, S&P500, Dow Jones, Nasdaq 100, FTSE ? DAX,…?

Les trackers (ou ETF) remportent un succès grandissant dans les portefeuilles. Le premier tracker a été lancé en 1993 par Standard & Poors. En 2016, le marché des ETF totalisait 3.500 milliards de dollars. Les trackers investissent dans la totalité des valeurs qui composent leur indice sous-jacent. Il est donc utile et nécessaire de s’informer de la composition de ces indices avant d’investir dans les trackers. Dans une récente étude sur les ETF, Crédit Agricole Indosuez Wealth Management détaille la composition de certains grands indices. Cette information permet aux investisseurs de voir où ils investissent lorsqu’ils entrent dans certains ETF.

Voici une description de certains indices les plus connus.

Le MSCI World

En achetant un ETF lié au MSCI World, les investisseurs pensent ainsi obtenir une exposition bien diversifiée sur l’ensemble des marchés boursiers mondiaux. Cependant, il faut être conscient que les composantes de l’indice sont pondérées proportionnellement à la taille du marché boursier de chaque pays. De ce fait, en investissant dans un ETF sur le MSCI World, l’investisseur se retrouvera avec près de 50% de ses actifs sur les Etats-Unis. Le Japon est la deuxième plus grande pondération dans l’indice avec près de 8%, suivi par le Royaume-Uni avec 5,6%, la France 3,4%, la Suisse 3,2% et l’Allemagne 3,1%. La répartition géographique est donc peu diversifiée et, du côté des secteurs, deux secteurs sont représentés à plus de 35% de l’indice : les financières et le secteur de l’informatique. L’énergie pèse 6% et l’immobilier 3%. Par conséquent, quiconque achète un tracker sur le MSCI World doit être conscient qu’il est surpondéré sur les États-Unis, les banques et les entreprises informatiques.

Le S&P 500

Le S&P 500 reprend les 500 plus grosses entreprises américaines. Il est composé à concurrence d’environ 14% par les secteurs des logiciels et des services. Le deuxième secteur est le secteur financier, suivi des produits pharmaceutiques. L’énergie pèse 6% dans l’indice et les automobiles représentent à peine 1%. Les dix plus importantes entreprises de cet indice sont, dans l’ordre, Apple, Microsoft, Amazon, Facebook, Johnson & Johnson, Exxon Mobil, Berkshire Hathaway, JP Morgan Chase, Alphabet et General Electric Elles représentent près de 20% de l’indice.

Le Dow Jones

Créé en 1884 par les journalistes Dow et Jones, le Dow Jones est le plus vieil indice boursier. Au départ, il reprenait les compagnies de chemins de fer et, aujourd’hui, c’est un indice de marché américain dominé par les entreprises industrielles qui dépassent plus de 21% de l’indice. C’est un indice assez bien réparti entre les secteurs. Les plus grandes entreprises individuelles sont Goldman Sachs, 3M et Boeing, illustrant la différence entre le Dow Jones et le S&P 500, ce dernier étant plus fortement orienté vers l’informatique.

Le Nasdaq 100

L’indice Nasdaq 100 comprend les entreprises américaines et internationales non financières les plus importantes cotées au Nasdaq. Cet indice est fortement pondéré en entreprises informatiques qui représentent 53% de l’indice. Ensuite, nous trouvons les services aux consommateurs (23%) et les soins de santé (14%). Les secteurs tels que les matériaux de base, l’énergie, les finances et les services publics sont absents de l’indice, mais il comprend des entreprises telles que Kraft Heinz, Walgreens et Tesla. Étant international, la société chinoise Baidu, par exemple, est intégrée dans cet indice.

Le MSCI Europe

De façon assez surprenante, le MSCI Europe est composé à concurrence de 24% par des entreprises du Royaume-Uni. La France est le deuxième marché de l’indice avec une pondération de 16%, suivie de l’Allemagne et de la Suisse, toutes deux avec près de 15% chacune. Ensemble, ces quatre pays représentent près de 70% de l’indice. Les services financiers sont le secteur le plus important avec 21%, suivis par les produits de consommation, les valeurs industrielles et les soins de santé, qui représentent environ 13 à 14% chacun. Le secteur des technologies informatiques ne pèse que 4,6%, soulignant le retard relatif que l’Europe a dans ce domaine par rapport aux États-Unis. L’énergie pèse 6,6%, et l’immobilier 1,3%.

L’Euro Stoxx 50

Cet indice est représentatif des valeurs dans l’Union Européenne avec une forte pondération sur la France et l’Allemagne, suivies par l’Espagne, les Pays-Bas, l’Italie et le Royaume-Uni. Au niveau sectoriel, les finances dominent avec 23%, suivies par les industriels à près de 15%. L’énergie pèse 6% et l’immobilier 1%, et les autres secteurs varient entre 5 et 11%. Total, Siemens, Sanofi, Bayer et SAP constituent le top cinq des valeurs reprises dans cet indice.

Le FTSE 100

Le FTSE 100 est l’acronyme de Financial Times Stock Exchange et est plus communément appelé « Footsie ». Il représente les 100 plus grosses capitalisations de la bourse de Londres. L’énergie est le premier secteur dans le FTSE 100. La nourriture, les boissons et le tabac arrivent en deuxième place, et British American Tobacco est l’entreprise numéro deux de l’indice. Les banques sont également très bien représentées, et HSBC est la plus grande pondération de l’indice. Avec les produits pharmaceutiques, ces secteurs représentent environ la moitié de l’indice. Par conséquent, quiconque souhaiterait éviter l’énergie fossile ou le tabac devrait peut-être réfléchir à deux fois avant d’investir dans FTSE 100 ! En outre, les investisseurs qui cherchent à être exposés à l’économie britannique pourraient sans doute ne pas se contenter de cet indice car une grande partie est constituée de grandes entreprises internationales dont les activités au Royaume-Uni sont assez limitées. De ce fait, le FTSE 100 devrait plutôt être appréhendé comme un indice à double exposition composé de géants internationaux et de quelques groupes britanniques. Il reste à voir comment cet indice évoluera après la mise en place concrète du Brexit.

Le CAC 40

Le CAC 40 est le principal indice du marché français qui représente les 40 plus grosses valeurs de ce marché. Il est composé à concurrence de 17% de sociétés actives dans les biens de consommation. Ensuite, on y retrouve des entreprises industrielles et financières. L’énergie pèse 10% de l’indice, ce qui est plus important que dans d’autres indices de ce type. Sur les 40 entreprises de l’indice, Total est la plus importante avec une pondération de 9%. Par conséquent, si vous n’aimez pas l’énergie, ou si vous souhaitez éviter Total, vous devriez éviter cet indice. Sanofi, entreprise pharmaceutique, est la deuxième plus grande capitalisation de l’indice avec près de 9%. Les pondérations suivantes sont BNP Paribas, et le groupe de luxe LVMH, avec respectivement des pondérations de 6% et 5%. Le secteur automobile est présent avec des sociétés comme Renault avec un poids de 1,2% et Peugeot avec près de 1%.

Le DAX

Le DAX représente les 30 plus grosses capitalisations de la bourse de Francfort. Sans surprise, cet indice est fortement pondéré en valeurs du secteur automobile. Daimler et Volkswagen représentent près de 9% du total. Cependant, Siemens et Bayer sont aussi bien représentées avec des pondérations de plus de 9% chacune. Viennent ensuite SAP, Allianz et BASF. Les biens de consommation, les finances et les soins de santé représentent entre 15 et 18% chacun, les matériaux et l’IT sont tous deux supérieurs à 10%, ce qui fait que l’indice est plutôt réparti entre ces cinq secteurs.

Le SMI

Le SMI couvre les 20 entreprises les plus importantes du marché suisse, où Nestlé pèse près de 23% du total. Le conglomérat alimentaire est suivi par les produits pharmaceutiques Novartis à 20% et Roche à plus de 16%, et, ensemble, ces trois entreprises représentent près de 60% de l’indice. Dans le passé, les banques UBS et Crédit Suisse l’emportaient sur Roche mais depuis 2007 ce n’est plus le cas. En-dehors du secteur alimentaire, de la pharmacie et de la finance, l’indice contient des leaders mondiaux dans l’horlogerie, les marques de luxe, les parfums et la construction. Il a tendance à être un indice de style plutôt défensif.

Le MSCI Emerging Markets

Dans cet indice spécialisé sur les pays émergents, trois pays représentent près de 52% : la Chine, la Corée du Sud et Taiwan, ce qui en fait un indice principalement asiatique. L’Inde, le Brésil et l’Afrique du Sud sont les trois plus importantes pondérations suivantes. Du côté sectoriel, les technologies informatiques et les financières constituent la moitié de l’indice avec environ 25% chacune. Les secteurs de l’énergie et de l’immobilier représentent respectivement 6,5% et 2,6%. Une dernière recommandation concernant un investissement dans ces indices : ce sont souvent des indices qui sont cotés dans leur devise nationale ou en dollar. En y investissant, on prend donc aussi un risque (ou une opportunité !) en devises.

Source principale : Crédit Agricole Indosuez Wealth Management-Juillet 2017

Pour en savoir plus sur ce sujet et sur le monde financier et économique, abonnez-vous à la newsletter hebdomadaire ici 

Cet article vous a intéressé ? Consultez aussi :

Quels sont les différents marchés boursiers américains ?

Qu’est-ce que les valeurs cycliques et les valeurs défensives ?

ETF: à quoi faut-il être attentifs ?

 

Ce contenu a été publié dans FAQ, Gestion, Placements, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

2 réponses à Quelle est la composition des principaux indices boursiers : MSCI World, S&P500, Dow Jones, Nasdaq 100, FTSE ? DAX,…?

  1. François dit :

    Fort utile. Merci
    François

  2. catherine dit :

    Très intéressant et …Utile!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *