Quel est le rôle des critères ESG dans les placements en obligations d’État? 

Par Jessica Ground, Schroders

Comment l’intégration des critères ESG peut-elle générer des rendements supérieurs à la moyenne pour les investisseurs en obligations d’État? Dans un rapport détaillé, Jessica Ground, Global Head of Stewardship chez Schroders, s’intéresse au rôle des critères ESG pour les investisseurs en obligations d’État.

Les marchés des actions et des obligations des entreprises tiennent déjà largement compte des facteurs environnementaux, sociaux et de gouvernance. Les entreprises doivent justifier leur politique au regard des facteurs ESG. Mais on ne parle guère à ce stade de la mesure dans laquelle les critères ESG peuvent être intégrés dans le marché des obligations d’État, alors que ces valeurs à revenu fixe constituent pourtant dans bien des cas une partie essentielle du portefeuille. Or, les critères ESG vont gagner en importance pour les autorités publiques, en partie parce que les défis sociaux et environnementaux prennent de l’ampleur.

L’analyse ESG surtout pour les risques à (moyen et) long terme

L’analyse ESG s’utilise souvent comme un instrument de maîtrise des risques. La relation entre les risques ESG et les prestations des obligations d’État n’est pas linéaire. Des risques ESG plus élevés peuvent même conduire à une surperformance des obligations d’État. Cela joue notamment pour les risques extrêmes à court terme, comme une cyberattaque ou un ouragan, lorsque les investisseurs trouvent refuge dans la sécurité des obligations d’État.

Les investisseurs qui veulent générer un rendement supérieur à la moyenne grâce aux critères ESG doivent dès lors se focaliser davantage sur les risques extrêmes à moyen et à long terme. Il s’agit des changements qui s’accumulent au fil du temps, qui ont un impact sur la croissance du PIB et qui touchent en définitive à la durabilité de la dette. En ce qui concerne les risques extrêmes à long terme, l’analyse cible les aspects sociaux et liés à la gouvernance.

Les critères ESG dans un cadre plus large

Le Japon est une bonne étude de cas pour l’évaluation des risques extrêmes à long terme à la lumière des critères ESG. Comme le pays est confronté au vieillissement de sa population, à la déflation et à une croissance chroniquement faible, la dette a atteint un niveau record par rapport au PIB. Pourtant, les obligations d’État japonaises continuent à afficher de bonnes performances et sont même considérées comme une valeur refuge. Cette bonne santé est due à la puissance des autorités publiques, à des institutions nationales fortes comme la Banque du Japon, à la politique monétaire et à la cohésion sociale. L’effet cumulé de ces facteurs a permis au pays de conserver sa qualité de crédit élevée en dépit des problèmes précités. 

Le défi pour les investisseurs consiste donc à ne pas se contenter d’examiner les effets que les tendances environnementales ou sociales ont sur l’économie, mais à analyser ces données à la lumière du cadre de gouvernance nationale afin d’évaluer les risques au plus juste. 

Les pays émergents sont plus vulnérables 

L’impact des facteurs ESG qui jouent à long terme varie d’un pays à l’autre. Les marchés émergents sont plus vulnérables à cause de leur cadre institutionnel plus faible. La plupart des études sur le lien entre les critères ESG et les obligations d’État portent sur les marchés développés. Grâce aux instruments dont ils disposent et à l’infrastructure institutionnelle, ces derniers sont plus ou moins insensibles aux risques extrêmes à long terme. En ce qui concerne les marchés émergents, il importe de voir dans quelle direction ils évoluent. Pour dresser l’inventaire des risques, il faut tenir compte aussi d’éléments tels que le développement de l’enseignement, l’évolution démographique et les mesures prises à l’échelle nationale. 

Identification des tendances

Il s’agit donc d’identifier les tendances dans les risques, plutôt que de définir un point de basculement. Les améliorations sont aussi importantes que les détériorations lorsque l’on génère l’alpha

L’implication entre les détenteurs d’obligations d’État et les émetteurs est moindre que celle entre les détenteurs d’obligations des entreprises et les émetteurs, mais elle existe. Elle s’exprime à un stade plus précoce sur les marchés émergents parce que l’impact est plus important.  Pour vraiment réaliser des changements ESG, il faut que les préoccupations des actionnaires soient relayées non seulement auprès des agences nationales chargées d’émettre les obligations d’État, mais aussi directement auprès des gestionnaires des autorités publiques.

Implication sur le plan géopolitique

L’implication peut prendre un caractère géopolitique. La Chine est par exemple le principal détenteur d’obligations d’État américaines. Est-ce à dire que les autorités d’un pays pourraient à l’avenir contrôler celles d’un autre pays et leur demander de rendre des comptes sur leur comportement au regard des critères ESG?

Le climat de croissance économique est porteur de défis de plus en plus nombreux, ce qui rend d’autant plus important de jauger la solidité des fondations sur lesquelles les pays sont construits. L’application de l’analyse ESG dans le processus fondamental d’investissement est un incontournable pour les investisseurs qui veulent identifier les changements structurels et en profiter.

Le rapport détaillé intitulé « Sustainability and sovereign fixed income” , de Jessica Ground, est téléchargeable ici.

Lire aussi le corner placements

 


Pour en savoir plus sur ce sujet et sur le monde financier et économique, abonnez-vous gratuitement à la newsletter hebdomadaire ici
Nous n’avons que des produits de courrier électronique concernant la newsletter, des flashs actu ou l’invitation à des événements que nous organisons. C’est pour recevoir ce type d’informations que les lecteurs s’inscrivent. Nous ne recueillons et ne traitons que vos adresses électroniques. Veuillez noter qu’en vertu de GDPR, vous aurez le droit de nous demander à tout moment de recevoir une copie de vos données personnelles traitées, de demander la suppression de vos données personnelles. Nos newsletters contiennent un lien pour mettre fin à votre abonnement immédiatement ou le modifier.

Ce contenu a été publié dans Actualité, FAQ, Placements responsables, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *