Economistes célèbres : Quelles sont les théories de Milton Friedman et des monétaristes ?

@Wikipedia

Au fil du temps et de leur époque, les économistes ont décrit des phénomènes, ont avancé des explications et en ont déduit des théories. Ces théories ont parfois été revues au regard des événements survenus après l’énoncé de ces règles.

Pour mieux comprendre l’économie et la finance, ou pour se rafraîchir tout simplement la mémoire, nous vous emmenons pour quelques courts voyages au pays des grands économistes. Avec l’éclairage d’Etienne de Callataÿ, chargé de cours invité à l’Université de Namur et Président d’Orcadia Asset Management nous vous invitons à suivre Milton Friedman. Voici une courte synthèse de ses idées.

Quelles sont ses principales théories ?

Milton Friedman, dont la famille est d’origine hongroise, est né aux Etats-Unis en 1912 et y est décédé en 2006. Ardent défenseur du libéralisme, ses théories s’opposent à celles de Keynes. Fondateur de la célèbre Ecole de Chicago (devenue la Chicago Booth School of Business), il a également lancé le courant monétariste. Dans ses théories, il s’oppose aux idées de Keynes sur la fonction de consommation et promeut la notion de taux de chômage naturel. Il y a un niveau de chômage en-dessous duquel une économie ne peut pas descendre.

Il est le chantre de l’économie de marché. Selon lui, les politiques de relance prônées par Keynes n’ont pas de sens et risquent de provoquer une montée de l’inflation. Pour les monétaristes, il faut avant toute chose lutter contre l’inflation. Il propose ainsi un taux de croissance constant de la masse monétaire. Il estime également que le contrôle des prix fausse leur fixation selon le principe de l’offre et de la demande. Il porte un regard très critique sur les mesures prises par les autorités durant la grande dépression. Selon lui, il aurait fallu augmenté l’offre de monnaie plutôt que la réduire. En 1956, il publie « Etudes sur la théorie quantitative de la monnaie » et en 1962 « Capitalisme et liberté » dans lequel il défend le modèle capitaliste.

Friedman est néo-libéral. Non seulement il déclare l’Etat impuissant à lutter contre les creux conjoncturels mais en plus, il affirme que moins il y a d’Etat, mieux l’économie se porte. Il prône les privatisations, les baisses d’impôts, la dérégulation et est contre l’action discrétionnaire des banques centrales. Mais Friedman peut aussi nous surprendre en étant favorable au revenu universel, à l’abolition du service militaire obligatoire ou encore en s’attaquant à certaines situations monopolistiques ou aux jugements moraux en économie. Il estime aussi que le libéralisme économique peut permettre d’atteindre une libéralisation politique, argument qu’il utilisa pour justifier sa collaboration avec le dictateur Pinochet au Chili.

Milton Friedman recevra le prix Nobel d’économie en 1976. Il exercera une forte influence sur les politiques économiques et monétaires de nombreux pays dans les années 80. Ronald Reagan et Margaret Thatcher ont ainsi été des adeptes du monétarisme et ont suivi des politiques très libérales.

Que reste-t-il de l’héritage de Milton Friedman aujourd’hui ?

Friedman reste une référence dans les cours d’économie et de théorie financière en 2017. Mais comment sa marque s’est-elle imprimée dans l’économie du XXIème siècle ? On peut décliner son impact dans la sphère économique en trois points. Premièrement, il faut reconnaître que Friedman a fait une analyse ex-post de la crise de 1929 qui est assez convaincante. Cependant, son approche quantitative de la monnaie s’avère aujourd’hui un peu simpliste et réductrice. Ensuite, Friedman a énoncé la théorie qui lie la consommation au revenu permanent. Cette théorie avance que les consommateurs ne consomment pas en fonction de leur revenu actuel mais bien en fonction de leur revenu futur, de leur prévision concernant l’ensemble de leurs revenus sur l’ensemble de leur vie. Dès lors, il n’y a pas lieu, selon cet économiste, de faire de relance budgétaire en cas de récession puisque les consommateurs ne changeront pas de comportement. Il s’oppose en cela à Keynes. 

En troisième lieu, en matière de politique de stabilisation économique, Friedman critique sévèrement l’activisme étatique prôné par Keynes. L’Etat ne doit pas intervenir lors des creux conjoncturels. Non seulement la consommation y est peu sensible mais en plus les interventions de l’Etat mettent tellement de temps à produire leurs effets qu’elles arrivent trop tard, quand l’économie a redémarré et cela met de l’huile sur le feu en provoquant un effet contraire à l’effet escompté au départ. Friedman estime également qu’il y a un taux naturel de chômage en-dessous duquel on ne peut descendre par de l’activisme budgétaire ou monétaire. Pour lui, pour réduire le chômage, il faut réformer le marché du travail, en diminuant le salaire minimum, en réduisant le pouvoir des syndicats ou en luttant contre les concentrations de pouvoir des entreprises.

Ces théories sont-elles pertinentes aujourd’hui ? Pas vraiment. On a vu avec la crise de 2008, que les gouvernements ont pu contribuer à stabiliser l’activité économique. Mais si Milton Friedman a largement contribué à influencer les politiques économiques des années 80-90, aujourd’hui, il subit un retour de balancier. Après la crise de 2008, on a pu constater les excès de la dérégulation et l’on rit des théories de Friedman ou plutôt on pleure sur leurs effets. C’est une autre vision du rôle de Etat dans l’économie qui émerge aujourd’hui. Désormais, il semble préférable d’insister sur une intervention de l’Etat dans la sphère économique mais pour autant que cette intervention soit efficace. Friedman n’a donc plus le succès qu’on lui connaissait et ses idées semblent, à bien des égards, dépassées par les événements récents et par les dégâts que la dérégulation a produits.

Téléchargez gratuitement le « Guide du keynésianisme et du monétarisme. Et autres théories économiques »

Lire aussi

Qu’est-ce que le keynésianisme et le monétarisme ?

Et notre série sur les économistes célèbres :

Quelles sont les théories d’Adam Smith ?

Quelles sont les théories de David Ricardo ?

Quelles sont les théories de Thomas Malthus ?

Quelles sont les théories de John-Maynard Keynes ?

 

Ce contenu a été publié dans FAQ, Le Club des Sages, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.