Secteur financier : Non à la tyrannie des talons hauts !

@Pexels

Elles sont jeunes (ou moins jeunes), juchées sur leurs talons aiguilles elles semblent défier la gent masculine de Paris à Londres en passant par Bruxelles. Ces femmes maîtrisent les matières économiques et financières aussi bien que leurs homologues masculins. Mais voilà : ce n’est un secret pour personne, la finance est un monde essentiellement masculin voire parfois franchement macho.

Dans cet environnement, certaines femmes croient qu’il est nécessaire de se démarquer en portant des talons aiguilles. Certaines d’entre elles vont jusqu’à penser qu’il s’agit d’un diktat dans ce secteur. Elles ont leurs baskets dans un grand sac et les enfilent dès la sortie des bureaux pour prendre leur métro. Mais alors qu’elles affichent leur féminité par les pieds, elles se conforment souvent à un code vestimentaire plutôt viril. Tailleur-pantalon noir et chemisier blanc leur permettent de se fondre dans la masse de ce monde qui se prend au sérieux.

Beaucoup de femmes ne se sentent pas reconnues pour leurs qualités intellectuelles et professionnelles dans le monde de la finance. « Quand je termine une présentation, on me dit que j’ai vraiment une très belle tenue ». « Après avoir vendu avec succès un produit à un client, je me fais rabrouer au bureau parce que je suis grande, blonde et belle ». « Je pourrais écrire un livre sur toutes les allusions, avances et remarques désobligeantes que j’ai dû subir dans mon travail parce que je suis une femme ». Avec de tels propos glanés dans le secteur, il paraît naturel que certaines femmes tentent de gommer leur différence avec les hommes ou veulent se mettre à la hauteur avec des escarpins vertigineux.

Et si l’on revoyait la situation par la base, au niveau du sol. S’il est vrai que les femmes ne doivent pas se conformer au code vestimentaire masculin du costume-cravate, qu’elles doivent garder et même afficher leur féminité, cela ne doit pas se faire au détriment de leur dos, de leurs jambes et de leurs pieds. Pourquoi ne pas opter pour la ballerine noire ou de couleur avec ou sans petit talon ou pour la botte à talon plat ou mi- haut ? Et pour conserver à l’ensemble sa féminité, pourquoi ne pas afficher la couleur ? Blazer corail sur pantalon noir, foulard fuchsia sur veste noire, manteau rouge, jolie robe bleue… voici autant d’exemples pour sortir du lot dans les matins gris de la City.

En revanche, comme le soulignent beaucoup de femmes qui travaillent dans ce secteur, il y a lieu d’éviter la vulgarité et la féminité outrageuse. Robes trop courtes et décolletés vertigineux ne font pas avancer la cause des femmes dans le monde du travail. Alors mesdames, prenez de la hauteur : balancez d’un geste élégant vos talons aiguilles, soyez «classe» et élégantes en talons plats. Dites-vous qu’assises à une table de réunion, ce n’est pas la hauteur de vos talons qui fera la différence. Votre dos vous dira merci dans quelques années et les autres femmes aussi ! Et la génération qui vous suit vous sera reconnaissante d’avoir fait avancer la cause féminine dans le secteur financier…

Cet article vous a intéressé ? Consultez aussi :

Femmes dans les conseils : qui cherche trouve

Harcèlement au travail : comme le détecter ? Comment y remédier ?

Encore trop peu de femmes dans le monde de la gestion

 

Ce contenu a été publié dans Femmes, avec comme mot(s)-clé(s) , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.