Perspectives 2018 : Quelle croissance et quelle inflation ?

@Pexels

Par Keith Wade, économiste en chef chez Schroders

L’économie mondiale enregistre son rythme de croissance le plus rapide depuis 2011 et cette reprise est de plus en plus synchrone à l’échelle mondiale. C’est une raison suffisante pour revoir à la hausse les prévisions de la croissance mondiale de 2018 à 3,2%. Après ce pic, la croissance redescendra à 3 % en 2019. 

Le scénario Boucles d’Or (goldilocks) perd-il de son éclat?
Toute la question est de savoir si la reprise robuste alimentera aussi l’inflation, avec pour conséquence un resserrement de la politique monétaire. Jusqu’ici, l’accélération de l’activité n’a pas encore fait repartir l’inflation à la hausse, mais il est permis de se demander si le scénario Boucle d’Or – celui d’une croissance forte accompagnée d’une inflation faible – va se poursuivre. 

La reprise économique mondiale concerne tant les économies développées que les économies émergentes. Le taux de croissance prévu pour l’économie américaine en 2018 a été revu à la hausse de 2 % à 2,5 %, tandis que celui de la zone euro a été relevé de 2 % à 2,3 % et celui du Japon de 1,5 % à 1,8 % (contre 1,5 % précédemment). Les prévisions de croissance pour les marchés émergents ont été portées à 4,9 % (au lieu de 4,8 % initialement).

Le taux d’inflation prévu pour 2018 a ainsi été revu à la hausse en tablant désormais sur 2,3 % à cause de l’augmentation des prix du pétrole et des matières premières et de la hausse des prix à la production. Les forces cycliques poussent l’inflation américaine à nouveau vers les 2 %. Le retard entre la croissance et l’inflation est considérable et la reprise de l’activité économique en 2017 va entraîner une accélération de l’inflation en 2018. Voilà l’effet Boucles d’Or va s’estomper et l’économie mondiale va entrer dans une phase de croissance plus forte, mais aussi d’inflation supérieure aux prévisions.

La politique monétaire bascule vers un resserrement

Il en résulte un risque de resserrement de la politique monétaire. On peut estimer que trois hausses des taux d’intérêt interviendront en 2018 après une première modification ce mois-ci. Le taux directeur sera de 1,5 % fin 2017 et de 2,25 % fin 2018. Il augmentera ensuite une dernière fois en 2019 pour s’établir à 2,5 %. 

La BCE va mener une politique moins accommodante que ce que l’on pense. La croissance et l’inflation seront suffisamment robustes pour permettre de mettre un terme à la politique d’assouplissement quantitatif dès septembre 2018. Une première hausse des taux d’intérêt interviendrait alors en Europe en 2019. 

La Banque du Japon est également sur le point de changer son fusil d’épaule. La Banque du Japon va relever l’objectif pour les taux à dix ans sous l’effet d’une croissance économique robuste. Bien qu’il s’agisse d’une étape modérée, les marchés vont ressentir la chose comme un point de basculement vers une politique plus stricte.

Scénarios de reflation

Le scénario de reflation surnommé‘global trade boom’, se traduit par une hausse de la croissance et de l’inflation. La reprise entraînera une augmentation des prix des matières premières. Le scénario ‘American fiscal reflation’table sur une impulsion budgétaire allant de pair avec des baisses d’impôt sensibles et une augmentation des dépenses d’infrastructure, ce qui fera rebondir l’inflation. Les effets du scénario ‘American fiscal reflation’se feront ressentir surtout aux États-Unis.

 

Une activité économique plus forte est aussi une des caractéristiques du scénario ‘productivity revival’, même si dans le cas présent, on n’assiste pas à une accélération de l’inflation parce que la croissance supplémentaire est compensée par une amélioration de la productivité. Ces derniers temps, des signes encourageants indiquent que la productivité américaine s’améliore; ce scénario part du principe que cette tendance va se poursuivre au cours de la période considérée.

Les risques: la déflation et la stagflation

Deux scénarios pouvent conduire l’économie mondiale à la déflation: il s’agit des scénarios ‘secular stagnation’ et ‘bond yields surge’. Dans le premier scénario, la reprise cyclique actuelle s’essouffle et l’économie mondiale retombe dans une tendance déflationniste faible. Bien que cela paraisse improbable, il est important de se rendre compte que la croissance économique mondiale se heurte encore à des obstacles structurels considérables (par exemple les taux d’endettement élevés et la détérioration des données démographiques). Le scénario ‘bond yields surge’prévoit un net resserrement des conditions financières dû au démantèlement, par la Fed et la BCE, de leur politique d’assouplissement quantitatif, ce qui donne naissance à un environnement déflationniste.

L’issue des deux scénarios est une stagflation (croissance faible et inflation en hausse): il s’agit des scénarios ‘inflation accelerates’ et ‘protectionism rises’. Comme son nom l’indique, le scénario ‘inflation accelerates’table sur une accélération de l’inflation sur fond de ralentissement de la croissance économique du fait que les banques centrales réagissent en adoptant une politique moins accommodante. Dans le scénario ‘protectionism rises’, les pays relèvent leurs tarifs commerciaux en réponse au protectionnisme accru. Ce relèvement provoque à son tour un ralentissement de l’activité économique et une hausse de l’inflation à mesure que les prix commerciaux et les tarifs à l’importation augmentent.

De Boucles d’Or à la reflation

L’année 2017 a été caractérisée par une croissance constante et une inflation basse: c’est le scénario que l’on appelle ‘Boucles d’Or’. Les choses semblent vouloir prendre un autre tour en 2018. Pour l’année prochaine, on s’attend à ce que l’inflation augmente parallèlement à la croissance économique et au resserrement de la politique monétaire. D’après l’analyse des différents scénarios, le risque de reflation est plus grand que celui d’aboutir à un environnement déflationniste, étant donné qu’il y a de fortes chances que des mesures de soutien budgétaire soient prises et que l’on assiste à une croissance des échanges mondiaux.

Retrouvez le texte intégral de cette analyse dans l’article From goldilocks to reflation/ Outlook 2018: Global Economy, de Keith Wade, économiste en chef chez Schroders. 

Consultez aussi le corner Placements

 

Ce contenu a été publié dans Actualité, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *